Coronavirus (covid-19) : chiffres de l’épidémie en France, arrivée des vaccins

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Limitez les risques de contamination : téléconsultez !

Vous rencontrez des symptômes ? Consultez depuis chez vous et, si nécessaire, recevez une ordonnance pour le test de dépistage !

– Consultation 100% prise en charge par l’Assurance Maladie.

Prochain RDV

L’épidémie de covid-19 continue de progresser sur le territoire français et l’objectif des 5000 cas par jour est encore loin d’être atteint. Face à cette recrudescence du coronavirus, le gouvernement doit prendre de nouvelles mesures jeudi 7 janvier. Suivez l’évolution de l’épidémie avec l’équipe médicale de Qare, et faites le point sur les symptômes et les mesures de prévention pour éviter les contaminations.

Quelle est la situation actuelle de la France face à la covid-19 ?

Chiffres et état des lieux de l’épidémie de covid-19 en France

D’après le dernier bilan de Santé Publique France publié le 6 janvier 2021, il y a eu :

  • 25 379 nouveaux cas depuis la veille ;
  • 291 décès supplémentaires en 24h ;
  • 7 602 hospitalisations supplémentaires depuis les 7 derniers jours dont 1 163 en réanimation.

Malgré le second confinement et les autres mesures sanitaires (couvre-feu, fermeture des théâtres, restaurants, etc.), la France ne parvient pas à atteindre l’objectif des 5000 contaminations au coronavirus par jour, fixé par le Président Emmanuel Macron début novembre. Cela détermine la réouverture de certains établissements, qui a d’ailleurs déjà été repoussée sans nouvelle date.

En cette période d’épidémie, il est préférable de rester chez vous en cas de symptômes, et de téléconsulter un médecin pour vous soigner.

Évolution du nombre de cas de covid-19 depuis mars 2020

En France, depuis le 1er mars 2020 :

  • 2 680 239 cas ont été détectés dont 197 503 guérisons ;
  • 261 123 cas covid-19 ont été hospitalisés en France ;
  • le nombre total de décès dû au coronavirus s’élève à 66 282 ;

Le pic de décès s’est produit le 15 avril 2020, durant le premier confinement avec 1438 décès enregistrés en 24 heures. Le pic de la deuxième vague s’est également produit en période de confinement avec 1220 décès enregistrés en 24 heures le 10 novembre, et 1219 décès le 18 novembre.

Limitez le risque de contamination et consultez depuis chez vous

Des médecins sont disponibles 7J/7 pour des consultations vidéo : prendre RDV (Remboursable à 100 % par l’Assurance Maladie).

Lancement de la campagne de vaccination contre le coronavirus

Autorisation du vaccin de Pfizer-BioNTech

Le vaccin de Pfizer-BioNTech est le premier vaccin contre le coronavirus à avoir été autorisé par l’Union Européenne. La campagne de vaccination a pu commencer simultanément dans tous les pays membres dont la France, le 27 décembre 2020. Il a également dû être validé par la Haute Autorité de Santé avant d’être mis en circulation. Ce vaccin qui utilise la technologie ARN messager avait déjà été approuvé quelques semaines auparavant aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Par ailleurs, l’Agence Européenne du Médicament (AEM) a également donné son autorisation de mise sur le marché d’un autre vaccin à ARN messager, celui du laboratoire américain Moderna.

Accélération de la campagne de vaccination en France

Le 27 décembre 2020, la France a commencé à vacciner les résidents des EHPAD et le personnel soignant à risque et/ou de plus de 65 ans de ces établissements. La campagne de vaccination a commencé doucement avec quelques centaines de personnes vaccinées, et s’accélère légèrement depuis la rentrée de janvier 2021.

Depuis le 4 janvier 2021, tous les personnels soignants, les pompiers et aides à domicile de plus de 50 ans peuvent également se faire vacciner, conformément à ce qu’avait annoncé le ministre de la Santé, Olivier Véran. Il a également promis que tous les plus de 75 ans non-résidents en EHPAD pourraient commencer à se faire vacciner d’ici fin janvier, au lieu de courant février comme cela était initialement prévu.

Le plan de vaccination contre le coronavirus

Pour rappel, la campagne de vaccination contre la covid-19 doit se dérouler en trois phases :

  • Phase 1 à partir de fin décembre : résidents en EHPAD et professionnels de santé, ainsi que pompiers et aides à domicile de plus de 50 ans ou présentant un profil de vulnérabilité face au coronavirus, et dorénavant toutes les personnes de plus de 75 ans (avant fin janvier).
  • Phase 2 à partir de février : les personnes entre 65 et 74 ans et/ou vulnérables.
  • Phase 3 au printemps : élargissement à l’ensemble de la population en priorisant les personnes les plus exposées (ex : travailleurs en contact avec le public) ou présentant des facteurs de risques.

Certains pays envisagent la création d’un passeport vaccinal pour voyager tant que l’épidémie de coronavirus continue. Le gouvernement français n’a pas annoncé de mesure précise allant dans ce sens.

Posez vos questions sur le vaccin en vidéo

Demandez à un médecin si vous êtes éligible à la vaccination et recevez toutes les informations nécessaires : prendre RDV (Remboursable par l’Assurance Maladie).

La mutation britannique du Sars-Cov-2 détectée en France

En Angleterre, une nouvelle souche plus contagieuse du virus de la covid-19 (SARS-Cov-2) a été découverte, mais elle n’est pas plus virulente. Le coronavirus a déjà connu plusieurs mutations depuis son apparition mais sans effet pour les humains.

Ce nouveau variant du coronavirus surgit de Grande-Bretagne inquiète fortement puisqu’il rend le virus 50 % à 74 % fois plus contagieux. Cela a entraîné une recrudescence importante du nombre de cas de covid-19 et d’hospitalisations en Angleterre. Le gouvernement a annoncé de nouvelles mesures de confinement effectives depuis le 6 janvier, et qui seront appliquées vraisemblablement jusqu’en mars.

En France, plusieurs individus testés positifs à la covid-19, sont porteurs de ce nouveau variant. Cette nouvelle souche du coronavirus circule donc déjà en France et notamment à Paris.

Quels sont les symptômes de la covid-19 ?

Les symptômes les plus fréquents du coronavirus

La covid-19 est un nouveau virus qui peut se manifester par des symptômes très variés et pouvant rappeler d’autres pathologies comme la grippe ou même un simple rhume. La liste des symptômes s’est donc allongée depuis le début de l’épidémie et un patient ne présente pas forcément tous les signes en même temps. La majorité des personnes infectées présentent des signes légers à modérés.

Il faut également rappeler que 17 à 25 % des personnes contaminées par le SARS-CoV-2 ne présentent aucun symptôme durant toute la durée de l’infection. On parle de personnes asymptomatiques ou de porteurs sains.

Nous avons listé les symptômes les plus fréquents en début d’infection, d’après une étude réalisée à Wuhan sur des patients ayant été hospitalisés :

  • fièvre (99 %) ;
  • asthénie, la fatigue (70 %) ;
  • toux sèche (59 %) ;
  • perte d’appétit (40 %) ;
  • myalgies (douleurs musculaires) (35 %) ;
  • dyspnée (gêne respiratoire) (31 %) ;
  • expectorations (27 %).

La fièvre ou sensation fébrile est souvent le symptôme qui apparaît en premier. De manière générale, lorsque l’on est atteint par un virus il est très courant de ressentir une très grande fatigue liée à la fièvre.

Vous avez des symptômes ? Consultez un médecin en vidéo

Téléconsultez un médecin dans la journée, et recevez une ordonnance pour un traitement et un test PCR, si nécessaire (Remboursable à 100 % par l’Assurance Maladie).

symptômes covid-19

Les symptômes plus rares de la covid-19

La covid-19 peut également entraîner :

Si vous avez la covid-19, il est aussi possible d’avoir le nez qui coule et de le confondre avec d’autres maladies comme des rhinites ou des rhinopharyngites.

Bon à savoir : la déperdition de l’odorat ou du goût sont des symptômes bénins mais qui peuvent persister en cas de covid long. Ils sont néanmoins rarement associés à d’autres symptômes graves.

Les formes graves du coronavirus

La gêne respiratoire (dyspnée) fait partie des premiers signes de gravité de l’infection à covid-19. Les douleurs dans la poitrine, mais aussi la perte de motricité ou difficulté d’élocution sont également des signes qui doivent alerter. Si vous ou l’un de vos proches présentez l’un de ces symptômes, vous devez immédiatement contacter les services d’urgences en contactant le SAMU au 15.

Les personnes à risque sont les personnes atteintes de maladies chroniques (diabète, hypertension, obésité morbide, bronchite chronique, maladies cardiaques, insuffisance rénale), les personnes dont le système immunitaire est affaibli, les personnes âgées notamment ainsi que les femmes enceintes. Ces personnes doivent être particulièrement protégées du virus.

Bon à savoir : au début de l’épidémie, on a cru que les personnes qui souffraient de maladie respiratoire comme l’asthme étaient plus à risque. Finalement, il s’avère que c’est n’est pas un facteur de risque particulier.

Prévention, gestes barrières et dépistage de la covid-19

Quelles sont les mesures de prévention en vigueur contre la covid-19 ?

Dernièrement, le gouvernement a écarté la possibilité d’un troisième confinement, mais cela reste évidemment conditionnel, selon l’évolution du nombre de cas de covid-19. L’ouverture de certains établissements culturels avait été promise pour le 15 décembre 2020 et a été reculée. Celle des établissements de restauration, initialement prévue pour le 20 janvier est d’ores et déjà repoussée jusqu’à mi-février minimum. Le gouvernement veut éviter de donner à nouveau de faux espoirs et n’a pas annoncé de nouvelles dates.

Par ailleurs, le port du masque reste obligatoire dans tous les lieux publics pour tous les plus de 11 ans, et le télétravail, lorsqu’il est possible, reste la norme. Cependant, à partir du 7 janvier, les salariés qui le souhaitent pourront revenir sur leur lieu de travail une fois par semaine.

Pour contrôler l’épidémie de covid-19 après le second confinement, le gouvernement a instauré un couvre-feu à 20h interdisant les déplacements après cette heure, sauf pour les personnes munies d’une attestation de déplacement. Ce couvre-feu a été avancé à 18h dans certains départements depuis le 2 janvier, notamment dans le Grand Est. Jeudi 7 janvier, le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé l’élargissement de cette mesure à d’autres départements.

Bon à savoir : ces mesures restrictives ont des effets psychologiques négatifs chez certaines personnes, comme le développement d’un stress chronique, des troubles du sommeil ou encore l’exacerbation de symptôme dépressif. Il est donc important de parler à un médecin de vos troubles si vous en ressentez le besoin.

Consultez un psy depuis chez vous

Déprimé, anxieux ? Des psychologues et des psychiatres sont à votre écoute 7J/7 pour faire face à cette période difficile.

Cas contact, symptomatique ou confirmé : quand s’isoler et combien de temps ?

  • Vous présentez des symptômes ou êtes testé positif au SARS-CoV-2 : vous devez respecter une période d’isolement de 10 jours, quelques soit la version de la covid-19 qui vous a infecté (par la souche classique ou un variant).
  • Un test de sortie d’isolement n’est pas nécessaire, mais si vous êtes toujours fiévreux à J10, vous devez rester isolé jusqu’à 48h suivant la disparition de la fièvre.
  • Vous n’avez pas de symptômes mais êtes positif à un test de dépistage covid-19 : vous devez vous isoler pendant 10 jours. Si des symptômes surviennent, l’isolement est prolongé de 10 jours à partir de leur apparition.
  • Vous avez eu un contact à risque avec une personne contaminée (foyer ou hors foyer) : vous devez vous isoler pendant 7 jours à partir du dernier contact avec le cas confirmé ou probable, et réaliser un test antigénique immédiatement. Un résultat négatif au test ne lève pas la mesure d’isolement.
  • Vous êtes cas contact d’une personne hors foyer (qui ne vit pas avec vous) : l’isolement prend fin à condition de présenter un résultat négatif à un test de dépistage à J7 suivant le dernier contact avec la personne contaminée et en l’absence de symptômes.
  • Vous êtes cas contact d’une personne vivant dans votre foyer : l’isolement prend fin à condition de présenter un résultat négatif à un test à J7 suivant la guérison du cas confirmé et en l’absence de symptômes.

Si vous avez des symptômes légers ou modérés de la covid-19, vous pouvez consulter un médecin en téléconsultation pour éviter tout risque de contamination.

Téléconsultez un médecin dans la journée

En cas de symptômes, restez chez vous et consultez un médecin en vidéo (Remboursable à 100 % par l’Assurance Maladie).

Quand réaliser un test de dépistage covid-19 ?

Voici à quel moment il est recommandé de faire votre test PCR selon votre situation afin de faciliter le diagnostic.

  • Vous avez des symptômes : immédiatement ou dans les 48h suivant leur apparition.
  • Vous êtes cas contact et vivez sous le même toit que la personne contaminée : immédiatement ou dans les 48h suivant leur apparition.
  • Vous êtes cas contact et ne vivez pas avec la personne infectée : vous devez réaliser le test PCR 7 jours après votre dernier contact avec cette personne.

Si vous ne pouvez pas effectuer de test virologique dans ces délais, cela réduit la fiabilité du résultat. Un test sérologique pourra éventuellement vous être prescrit en téléconsultation en diagnostic de rattrapage. Vous pouvez obtenir une ordonnance pour le test par téléconsultation.

Recevez une ordonnance pour le test sans vous déplacer

Limitez les contacts et téléconsultez un médecin 7J/7 pour recevoir une ordonnance pour vous faire dépister (Remboursable à 100 % par l’Assurance Maladie).

test covid-19

Quels sont les différents tests de dépistage disponibles du coronavirus ?

Type de testPrincipeType de prélèvementNiveau de fiabilitéDélai d’obtention des résultats
À qui sont-ils destinés ?
Test virologique RT-PCRIndique si l’on est actuellement porteur du virus covid-19 et contagieuxPrélèvement nasopharyngéEntre 80 et 90 %3 heures mais variable en fonction de l’affluence des patientsTout patient
Test virologique antigéniqueIndique si l’on est actuellement porteur du virus covid-19 et contagieuxPrélèvement nasopharyngéMinimum 80 %20 – 30 minutes
Tout patient sauf personnes à risque de forme grave, personnes présentant des symptômes ou cas contact
Test sérologique ELISA et TDR (en laboratoire)Détecte la présence d’anticorps liés au covid-19 mais ne permet pas de savoir si l’on est actuellement infectéPrélèvement sanguinMinimum 90 %Entre 3 et 5 heuresTout patient
Test sérologique TROD (en pharmacie)Détecte la présence d’anticorps liés au covid-19 mais ne permet pas de savoir si l’on est actuellement infectéSimple goutte de sangMoins fiable que les ELISA et TDREnviron 20 minutesTout patient

Comment éviter de contaminer mes proches ?

Les gestes barrières et de distanciation sociale permettent de limiter le risque de contamination. Voici les conseils de prévention contre la covid-19 :

  • porter un masque dans les lieux publics en intérieur et extérieur, et lors de contacts rapprochés (moins d’un mètre) avec d’autres personnes ;
  • se laver régulièrement les mains avec du savon ou utiliser un gel hydroalcoolique ;
  • respecter une distanciation physique de minimum 1 mètre entre individus lorsque cela est possible ;
  • tousser et éternuer dans son coude ;
  • jeter ses mouchoirs après utilisation et se laver les mains immédiatement après ;
  • changer régulièrement de masque (4h maximum pour les masques chirurgicaux) et les nettoyer après utilisation pour les masques en tissu.

Quelle est la situation dans le reste du monde face au coronavirus ?

L’épidémie de covid-19 aux États-Unis

Les États-Unis sont le pays le plus durement touché par l’épidémie de covid-19. Entre le début de l’épidémie et début janvier 2021, plus de 361 382 victimes ont été recensées dans le pays. On dénombre plus de 21 millions de cas et un nouveau record de décès a été atteint le 6 janvier avec 3939 morts en 24 heures. Les mesures de restrictions varient d’un état à l’autre.

Le vaccin produit par l’entreprise américaine Pfizer avec le laboratoire allemand BioNTech a été approuvé début décembre 2020 et une campagne de vaccination massive a déjà commencé. Pour le moment, 4,8 millions de personnes ont reçu la première injection, soit 2 % de la population (deux doses sont nécessaires pour être immunisé).

Reconfinement en Angleterre face à la mutation du virus

Suite à la découverte d’une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus en Angleterre, le gouvernement a annoncé un nouveau confinement début janvier qui devrait se prolonger jusqu’en mars. L’épidémie a commencé à s’accélérer à cause de ce nouveau variant. L’Angleterre compte au 7 janvier plus de 67 000 décès, ce qui en fait un des pays les plus touchés d’Europe. La nouvelle souche serait notamment plus contagieuse chez les enfants. En revanche, il ne semble pas que les variants entraînent plus de risques pour les bébés et jeunes enfants.

Le Royaume-Uni a également commencé la vaccination en décembre et espère avoir vacciné la population de plus de 70 ans d’ici mi-février, soit 13 millions de personnes. Quelques réactions allergiques dues au vaccin ont été signalées, et la vaccination est déconseillée pour les personnes ayant des antécédents d’allergie par le service national de santé (NHS).

covid-19 angleterre

Coronavirus : la situation dans les pays voisins d’Europe

L’Allemagne compte au 7 janvier plus de 38 000 décès dû à la covid-19. Face à une deuxième vague plus féroce de l’épidémie, Angela Merkel et son gouvernement ont annoncé des mesures plus restrictives. Les écoles, crèches et commerces non essentiels resteront fermés au moins jusqu’au 31 janvier. D’autres mesures devraient être annoncées prochainement. La vaccination a également commencé le 27 décembre, et tout comme en France, le gouvernement a dû essuyer des critiques sur la lenteur de la campagne.

Avec plus de 76 000 décès, l’Italie est également un des pays les plus gravement touchés par le coronavirus. Le retour au lycée a été décalé du 7 au 11 janvier. L’interdiction de se déplacer entre régions a été prolongée jusqu’au 15 janvier et les bars et restaurants resteront fermés  le week-end du 9 janvier.

En Espagne, des mesures plus restrictives au niveau local ont été mises en place face à la hausse du nombre de cas. Cependant, un reconfinement semble exclu pour le moment. L’Espagne comptabilise plus de 51 000 décès depuis le début de l’épidémie.

Sources :