Comment soigner un zona ? Combien de temps ça dure ?

Par Leslie Fornero · Content manager · Publié le 13 mars 2020, mis à jour le 31 mars 2020

Tout le contenu médical est validé par la Direction médicale de Qare

Vous avez probablement déjà entendu parlé du zona. Mais connaissez-vous l’origine de cette maladie ? Tout commence lorsque nous contractons la varicelle. Après guérison, le virus VZV qui l’a causée se loge au niveau de nos ganglions nerveux, sous une forme inactive. Toutefois, ce virus peut se réveiller, des années plus tard. Il provoque alors une nouvelle affection cutanée, souvent très douloureuse : le zona. Comment reconnaître facilement cette maladie ? Est-elle évitable ? Quel traitement suivre en cas d’infection ? L’équipe médicale de Qare vous apporte toutes les réponses aux questions que vous vous posez sur le zona.

zona

Comment diagnostiquer rapidement un zona ?

Au vu des symptômes qui l’accompagnent, le zona est une affection facilement reconnaissable. Si vous pensez être concernés, il est recommandé que vous vous rendiez au plus vite chez votre médecin : l’administration trop tardive du traitement augmente fortement le risque de complications.

Les symptômes du zona

Lorsque le virus responsable de la varicelle se réactive, il se déplace en utilisant les voies nerveuses, puis vient se fixer à la surface de la peau, le long d’un nerf.

Voici les signes typiques avant-coureur du zona :

  • Céphalées (maux de tête), gêne à la lumière
  • Sensation de malaise général possible
  • Fièvre rare, quelle que soit la localisation
  • Brûlures, démangeaisons et picotements siègent dans le territoire atteint,
  • Une topographie unilatérale : les éruptions n’apparaissent que sur un côté du corps

Phase d’état du zona :

  • Douloureuse avec fourmillements et troubles de la sensibilité
  • Toujours unilatérale,
  • En hémiceinture pour le thorax et l’abdomen le long d’une racine nerveuse, ne dépassant pas ou peu la ligne médiane.
  • Avec un ganglion satellite
  • Rouge, puis vésiculeuses en 24h, arrondies, en bouquets puis en bulles
  • Dessiccation et cicatrisation en 10 jours, cicatrice dépigmentée souvent indélébile
  • Plusieurs poussées possibles, évolution de 2 à 3 semaines

Selon topographie, le zona peut se développer surtout sur la zone thoracique, mais aussi sur la zone abdominale et lombaire, ainsi que sur d’autres membres.

Les risques encourus en cas de zona

Bien que n’étant pas une maladie mortelle, le zona peut entraîner de graves complications. Il s’agit donc bien d’un cas d’urgence thérapeutique, en particulier en cas de zona ophtalmique.

  • Un zona ophtalmique, apparaissant au niveau du visage, peut non seulement engendrer une paralysie faciale mais également se propager jusqu’à l’intérieur de l’œil. Il est alors urgent de consulter un avis ophtalmologique.
  • De la même manière, un zona auriculaire peut causer d’importants dommages (paralysie du visage, perte auditive …).

L’importance du délai avant traitement : son administration rapide permet d’éviter les complications et de limiter la persistance des douleurs après guérison (appelées post-zostériennes).

A quoi s’attendre une fois que la maladie est identifiée ?

Comme pour toute maladie infectieuse et virale, deux questions majeures se posent pour les personnes atteintes de zona : quels sont les risques de contagion et quel est le traitement à suivre ?

Le zona est-il contagieux ?

Un individu atteint ne pourra jamais transmettre directement le zona. Toutefois, étant porteur du virus VZV sous une forme active, il est susceptible d’inoculer la varicelle. Il est donc fortement conseillé aux malades d’éviter tout contact physique avec les personnes de leur entourage qui n’auraient jamais contracté cette maladie. Une vigilance accrue est recommandée vis-à-vis des femmes enceintes (risques pour le fœtus), des nourrissons et des personnes immunodéprimées.

zona varicelle

En quoi consiste le traitement ?

  • Le principal médicament prescrit est un antiviral, qui va accélérer la guérison et permettre d’éviter les complications. Pour être pleinement efficace, il doit être administré le plus tôt possible au maximum 3 jours après l’apparition des vésicules.
  • En complément, pour soulager ses douleurs, le malade peut également prendre des analgésiques (type paracétamol). Si il est confronté à des souffrances difficilement supportables, des opiacés peuvent lui être donnés.
  • De plus, l’usage d’un antiseptique local est recommandé, afin d’éviter que ses lésions cutanées ne se surinfectent. Enfin, l’exposition au soleil est vivement déconseillée jusqu’à guérison totale.
  • Les antihistaminiques sédatifs sont indiqués car il y a prurit (ça gratte).
  • Nous vous conseillons d’avoir des ongles propres et coupés courts : cela réduit le risque de surinfection bactérienne.
  • Nous vous recommandons également de prendre des douches et/ou bains quotidiens à l’eau tiède avec un pain ou savon dermatologique, à l’exclusion de tout produit lavant antiseptique.

Dans tous les cas, consultez votre dermatologue ou votre médecin traitant pour recevoir le bon traitement.

Se prémunir contre le zona

Le zona est provoqué par la réactivation du virus VZV, présent dans notre corps après que nous ayons attrapé la varicelle. Mais comment expliquer le réveil, chez certaines personnes uniquement, de ce virus ? Et que faire pour l’éviter ?

Quelle est la cause de la réactivation du virus VZV ?

Si les scientifiques ne sont pas encore parvenus à répondre à cette question, ils ont mis en avant certains facteurs à risque :

  • l’âge : il apparaît que plus les individus sont âgés, plus leur risque de contracter le zona est important. Les plus de 60 ans sont ainsi les plus touchés par cette maladie.
  • un affaiblissement des défenses immunitaires : en cas de fragilisation de l’immunité, le corps semble avoir plus de difficultés à garder le virus inactif. Pour cette raison, les personnes atteintes de maladies affectant les défenses immunitaires (cancer, VIH …) sont aussi plus susceptibles de développer un zona.

Comment prévenir l’apparition du zona ?

La première solution est bien sûr de ne jamais attraper la varicelle : un vaccin est d’ailleurs disponible en France depuis 2004 pour s’en prémunir. Les 65 ans et plus déjà touchés par la varicelle peuvent recevoir un vaccin anti-zona. Ce dernier ne protège pas complètement contre la maladie mais permet de réduire significativement les risques de douleurs post-zostériennes. Enfin, pour éviter la réactivation du virus VZV, il est recommandé de veiller à la protection de son système immunitaire.

vaccin zona

Le zona en résumé

  • Le zona est une maladie infectieuse virale causée par le virus VZV, aussi responsable de la varicelle.
  • Ses principaux symptômes sont l’apparition localisée unilatérale de vésicules rouges, accompagnée de sensations de brûlure et d’assez fortes douleurs.
  • Les risques de contracter le zona augmentent sensiblement avec l’âge ou lorsque nos défenses immunitaires sont affaiblies.
  • Le zona n’est pas mortel mais peut engendrer d’importantes complications. Pour les éviter, le traitement antiviral doit être administré rapidement.
  • Douleurs post zostériennes
  • Douleurs persistantes au-delà du 30e jour après la survenue de l’éruption
  • Incidence et durée corrélées à l’âge du patient
  • Dans 50 % des cas après 50 ans, dans plus de 70 % des cas au-delà de 70 ans
  • Disparition habituelle dans un délai de 6 mois ; peuvent être définitives et très invalidantes

Sources :