Rhinites : comment se soigner ?

Par Leslie Fornero · Content manager · Mis à jour le 24 avril 2020, publié le 24 avril 2020

Tout le contenu médical est validé par la Direction médicale de Qare

Avoir une rhinite, c’est avoir le nez qui coule. Ce n’est jamais grave mais ça peut être gênant et fatigant. Il faut donc la soigner. Rhinite virale, rhinite allergique, rhinite atrophique : Il n’y a pas une seule mais plusieurs rhinites. Voici ce que vous pouvez faire pour en venir à bout !

rhinite

Quels sont les symptômes de la rhinite ?

La rhinite en deux minutes

Une rhinite, par définition, c’est l’inflammation des muqueuses du nez : la peau qui tapisse les parois intérieures des narines. Elle s’irrite et gonfle, produit du mucus en excès et le nez commence à couler.

  1. Très souvent, c’est un virus qui provoque cette inflammation : on parle de rhinite virale ou de rhume dans le langage courant.
  2. Il peut aussi s’agir d’allergie : le rhume des foins, par exemple, est une rhinite allergique.
  3. Enfin parfois, la rhinite devient chronique.

Les principaux signes d’une rhinite

En cas de rhinite, vous pourrez avoir ces symptômes :

  • Le nez qui coule : c’est le symptôme majeur de toutes les rhinites ;
  • Des éternuements, (notamment en cas de rhinite allergique) ;
  • Le nez bouché, en alternance avec le nez qui coule ;
  • L’impression d’avoir le nez et la tête congestionnée ;
  • Les yeux larmoyants ;
  • Des croûtes dans le nez en cas de rhinite atrophique ;

La fatigue n’est pas un signe de rhinite mais elle est souvent présente, notamment en cas de rhinite chronique et de rhinite virale.

Comment se soigner d’une rhinite ?

Le traitement des rhinites dépend en partie de leur origine, virale, allergique ou autre. Certains remèdes s’appliquent à toutes les sortes de rhinites. La première chose à faire, c’est de bien se moucher.

Se moucher correctement

Pour soulager le nez qui coule, il est important de se moucher souvent. Comment faire ? Il faut souffler longtemps et régulièrement, sans trop forcer pour éviter que des petits vaisseaux sanguins éclatent. Si le nez est bouché, le mieux est de commencer par pulvériser du sérum physiologique ou de l’eau de mer en spray dans chaque narine. Vous pouvez utiliser également un spray d’eau soufrée.

Chez l’enfant qui ne sait pas encore se moucher, vous pouvez utiliser des pipettes de sérum physiologique pour nettoyer son nez. Faites-le avant les repas pour qu’il puisse bien manger, et avant de le coucher pour que son sommeil soit plus facile.

Comment soigner une rhinite virale ?

En fait, on ne cherche pas à guérir une rhinite virale, car elle est due à un virus et on ne sait pas soigner ces virus par un traitement. Les antibiotiques notamment n’ont aucune efficacité contre les infections virales. La rhinite virale passe donc toute seule, au bout d’une semaine environ.

Pour vous soulager, vous pouvez vous moucher et vous laver le nez régulièrement. Si vous avez un peu de fièvre ou si vous avez mal, prenez du paracétamol en respectant les posologies indiquées et restez bien au chaud. Un médecin homéopathe peut aussi vous proposer de l’homéopathie pour soulager votre rhinite.

En revanche, si vos symptômes s’aggravent, si la fièvre monte ou si vous sentez que les oreilles ou les sinus sont touchés, une consultation médicale est recommandée. En fonction du diagnostic, le médecin pourra éventuellement vous prescrire un traitement pour éviter les surinfections bactériennes.

Consultez un médecin généraliste en téléconsultation sur Qare !

soigner rhinite virale

Que faire en cas de rhinite allergique ?

Pour soigner une rhinite allergique, il faut d’abord identifier si possible l’allergène, c’est-à-dire la substance à l’origine de l’allergie. Dans le cas des pollens ou des graminées, c’est assez facile à trouver : on se met à éternuer dès qu’on est dehors à certaines périodes de l’année. Mais parfois c’est plus compliqué.

Les antihistaminiques

Le médecin généraliste pourra vous donner un traitement à base d’antihistaminiques pour soulager votre rhinite allergique. Ils peuvent être prescrits en comprimés à prendre tous les jours ou sous forme de collyres ou de sprays nasaux à prendre souvent 2 fois par jour.

Si les symptômes sont très prononcés, il peut aussi ajouter des corticoïdes en pulvérisation nasale. Il vous orientera ensuite vers un allergologue, pour faire des tests et connaître précisément ce qui vous donne une allergie (le type de pollen, par exemple).

La désensibilisation

En cas de rhinite allergique chronique ou difficile à supporter, le traitement le plus efficace consiste en une désensibilisation. C’est une sorte de vaccin anti-allergique. Le médecin vous injecte sous la peau un extrait allergénique avec des concentrations de plus en plus importantes, toutes les semaines d’abord puis tous les mois. L’inconvénient, c’est que le traitement est souvent très long : 3 à 5 ans. Mais en quelques mois on voit les résultats.

Bon à savoir : Il existe maintenant un traitement de désensibilisation en comprimés pour certains types de pollens.

Quels médicaments naturels contre la rhinite ?

Les inhalations

Quelle que soit votre rhinite, vous pouvez aussi la soulager avec un traitement naturel. Dans le cas d’une rhinite virale, pensez aux inhalations, avec de l’eau très chaude et éventuellement quelques gouttes d’huiles essentielles. Le pharmacien vous aidera à choisir une huile essentielle adaptée et sans danger.

Attention, la plupart des huiles essentielles ne conviennent pas aux enfants de moins de 30 mois. Il est indispensable de demander l’avis préalable de votre médecin ou de votre pharmacien.

L’éviction de l’allergène

En cas de rhinite allergique, le meilleur traitement naturel est d’éviter ce qui vous rend allergique, si c’est possible.

En cas d’allergie aux pollens :

  • évitez de tondre la pelouse ou portez un masque,
  • aérez votre logement tôt le matin ou tard le soir,
  • ne sortez pas les cheveux mouillés.

Si vous avez une allergie aux acariens :

  • passez souvent l’aspirateur,
  • aérez tous les jours,
  • supprimez les moquettes et tapis.

Améliorer la qualité de l’air de votre intérieur

Dans tous les cas de rhinite aiguë ou chronique, vous pouvez suivre ces recommandations : boire beaucoup, utiliser un humidificateur si votre logement est sec, utiliser régulièrement des sprays d’eau de mer, ne pas trop chauffer votre habitation, baisser le chauffage la nuit et surélever la tête de votre lit.

Et pensez à consulter un médecin si vous avez des doutes ou des symptômes difficiles à supporter : il est là pour vous aider et vous soigner.

Prendre RDV avec un médecin généraliste du lundi au dimanche sur Qare !

Comment attrape-t-on une rhinite ?

Vous avez le nez qui coule ? Les causes peuvent être variées. Voici comment identifier le type de rhinite dont vous souffrez.

La rhinite virale, une rhinite aiguë

La rhinite virale, c’est très courant, c’est le gros rhume dont on souffre en hiver. On a le nez pris, la tête lourde, parfois un petit peu de fièvre. Si en plus on a mal à la gorge, on parle de rhinopharyngite.

Les symptômes du rhume évoluent :

  1. Les deux ou trois premiers jours, l’écoulement du nez est abondant et clair.
  2. Puis il devient plus épais, jaune verdâtre, et on a souvent le nez bouché. Ce n’est pas le signe d’une infection, c’est l’évolution normale de la rhinite virale.

La rhinite virale dure théoriquement de 5 à 20 jours, mais le plus souvent une semaine. Elle guérit seule mais peut parfois évoluer en sinusite ou en otite, en cas de surinfection. Et les virus qui la déclenchent sont très contagieux : un adulte peut avoir jusqu’à 4 rhumes dans une année !

Attention : si vous avez une fièvre élevée, très mal à la tête, une éruption cutanée ou des difficultés respiratoires, il ne s’agit pas d’un simple rhume. En ce moment surtout, il pourrait s’agir de symptômes liés à l’infection du coronavirus que nous connaissons encore mal. Consultez un médecin sans attendre si possible en téléconsultation.

Les causes de la rhinite allergique

La rhinite est un symptôme fréquent d’allergie. La plus connue est le “rhume des foins”, l’allergie aux pollens ou aux graminées qui se déclenche au printemps. Mais la rhinite allergique peut aussi être provoquée par d’autres pollens, ou encore les acariens, les moisissures, les poils d’animaux…

En cas de rhinite allergique, l’écoulement nasal est toujours clair. Il s’accompagne souvent de salves d’éternuements, avec les yeux qui piquent ou qui brûlent. Il peut évoluer en sinusite ou en asthme allergique. En cas d’allergie perannuelle (qui dure toute l’année), la rhinite allergique peut devenir chronique.

rhinite allergique

Bon à savoir : certains symptômes de la rhinite allergique peuvent faire penser à ceux du coronavirus. Mais en cas de COVID-19, vous aurez d’autres signes révélateurs : toux, fatigue, courbatures, fièvre notamment. Dans tous les cas, si vous êtes inquiet ou si vous avez un doute, n’hésitez pas à appeler un médecin pour être éclairé.

D’où vient la rhinite chronique ?

Une rhinite chronique, c’est comme un petit rhume qui ne disparaît jamais. Le nez est bouché ou coule plus ou moins en permanence, le paquet de mouchoirs n’est jamais loin. On parle de rhinite chronique quand les symptômes durent plus de 3 mois d’affilée. Souvent la rhinite chronique est une rhinite allergique. Mais parfois les symptômes sont les mêmes que pour la rhinite allergique sans qu’il y ait d’allergie.

Les rhinites chroniques peuvent être de plusieurs sortes :

  • Les rhinites vasomotrices : elles n’ont pas d’explication. Les symptômes sont plus ou moins marqués selon les moments, ils varient souvent en fonction de l’état de stress par exemple. La toux n’est pas un symptôme de rhinite vasomotrice.
  • Les rhinites hormonales : elles apparaissent pendant la grossesse et disparaissent en général dans les jours qui suivent l’accouchement.
  • La rhinite atrophique ou rhinite croûteuse due à un amincissement de la muqueuse du nez : les symptômes de cette rhinite s’accompagnent de croûtes dans le nez et d’une mauvaise odeur.
  • Les rhinites provoquées par une hypersensibilité à des produits, des médicaments ou à certains aliments (café, sulfites, chocolat..) ; les rhinites gustatives, par exemple, résultent de la consommation d’aliments chauds ou irritants pour le nerf trijumeau : moutarde, poivre, raifort.
  • La rhinite positionnelle se déclare quand on est en position couchée.
  • La rhinite herpétique est directement liée à une poussée d’herpès.

Source :