Gastro-entérite : la soigner rapidement

Par Leslie Fornero · Content manager · Publié le 12 mars 2020, mis à jour le 31 mars 2020

Tout le contenu médical est validé par la Direction médicale de Qare

Chaque année, en France, plusieurs épisodes épidémiques de gastro-entérites sévissent sur le territoire. Une pathologie virale de courte durée, en général bénigne, mais aux symptômes coriaces et virulents. En adoptant les bonnes habitudes d’hygiène, endiguer sa propagation est assez simple. Pourtant, la gastro-entérite aigüe continue d’infecter les plus fragiles qui courent des risques plus grands que la majorité de la population. L’équipe médicale de Qare vous explique ce qu’il faut savoir pour bien traiter cette maladie et éviter la contagion en adoptant les bon réflexes au quotidien.

gastro entérite

Quels sont les signes d’une gastro-entérite ?

La gastro-entérite est une infection digestive courante, elle touche aussi bien les enfants que les adultes. Sa contamination s’effectue par contact, en particulier par les mains. La gastro-entérite virale se distingue par la virulence de ses symptômes liés au système digestif.

Les malades atteints souffrent de nausées, de vomissements, de diarrhées plus ou moins aiguës liquides à aqueuses, de douleurs abdominales diffuses, de fièvre modérée… À cela, peuvent s’ajouter des maux de tête et une grande fatigue, voire dans le pire des cas une déshydratation qu’il faudra traiter au plus vite.

Pour cela, nous vous recommandons de consulter un médecin, votre médecin traitant si vous en avez déclaré un, au plus vite. Si vous êtes dans l’incapacité de vous déplacer, vous pouvez aussi téléconsulter avec Qare.

Comment se soigner de la gastro ?

Si la gastro-entérite est virale, les antibiotiques n’auront aucun effet sur elle. Il n’existe pas de médicaments spécifiques contre la gastro-entérite, uniquement la possibilité de traiter les symptômes pour soulager le malade :

  1. Contre les nausées et les vomissements : un anti-vomitif, un antiémétique.
  2. Contre la douleur et la fièvre : un antidouleur, antispasmodique
  3. Contre la diarrhée : antidiarrhéique

C’est votre médecin qui vous prescrira le bon traitement en fonction de votre situation et de son diagnostic. Nous vous déconseillons l’automédication.

Focus sur les ralentisseurs de transit

Les ralentisseurs de transit sont souvent déconseillés par les médecins pour soigner une gastro-entérite, au risque que les germes stagnent dans le tube digestif et provoquent une infection. Ils sont à consommer avec modération pour des raisons pratiques, en cas de long déplacement par exemple ou l’absence de toilette à disposition.

Conseils pour lutter contre la déshydratation chez l’enfant

Contre la déshydratation en cas de gastro sèche chez l’enfant, la prescription de solutés de réhydratation orale peut éviter une réhydratation par intraveineuse effectuée aux urgences.

Bon à savoir : la gastro-entérite doit bien être différenciée de la colique chez le nourrisson.

Le cas de la femme enceinte

En ce qui concerne la gastro-entérite chez les femmes enceintes, consultez impérativement un médecin avant toute prise médicamenteuse, car certains traitements peuvent ne pas être autorisés.

Que manger pendant une gastro-entérite ?

Nos conseils en alimentation

Compte tenu de la situation symptomatique, la prise de repas durant la gastro-entérite peut sembler difficile. Toutefois, certains aliments aident à rétablir le transit et limiter les diarrhées tout en réhydratant l’organisme.

  • Il est recommandé de mettre son système digestif au repos pendant 24 heures en privilégiant les liquides comme les bouillons et les boissons légèrement sucrées.
  • Les malades doivent se restreindre aux aliments « neutres » riches en amidon ou en pectine, mais pauvres en fibre.
  • Le riz, les carottes, les pâtes, les pommes de terre sont les principaux mets conseillés, les féculents ont un effet constipant qui réduiront les selles liquides.
  • Par la suite, il est possible de réintroduire progressivement les viandes, les poissons bien cuits et les biscuits.

Les aliments contre-indiqués

A contrario, tous les laitages sont fortement contre-indiqués dans l’alimentation durant une gastro-entérite, ainsi que les matières grasses et les sucres. Il est plus sage aussi de fractionner ses repas sur la journée et de boire, certes beaucoup pour ne pas de déshydrater, mais par petites quantités afin d’éviter les nausées.

Les remèdes de grand-mère et autres médecines

Il existe de nombreux remèdes de grand-mère contre la gastro-entérite. La concordance avec les conseils des docteurs est l’alimentation à base de riz et de carotte, ainsi que l’hydratation, en excluant le lait de vache et les sucres.

À cela, les astuces de grand-mère conseillent la prise de tisane de sarriette, de camomille pour les spasmes, de menthe contre les vomissements avec du miel ou du gingembre râpé qui a des propriétés antivirales. Contre la diarrhée, on retrouve également la banane qui ralentit le transit intestinal.

L’homéopathie sur une gastro-entérite n’est pas recommandée et ne sera pas assez efficace comme traitement contre une gastro. L’action de granule sur les nausées ou la diarrhée soulage peu, voire pas du tout. De plus, cette méthode n’ayant pas fait ses preuves scientifiquement, il est dans tous les cas préférable de demander l’avis de votre médecin avant de se traiter soi-même.

consultation gastro entérite

Incubation, contagion, durée de la gastro

Quel est le temps d’incubation d’une gastro ?

Les premiers symptômes de la gastro-entérite apparaissent 48 heures après la transmission : c’est le temps d’incubation.

Quand sommes-nous contagieux avec la gastro ?

L’infecté devient aussitôt contagieux, dès l’arrivée des signes de contamination d’une gastro-entérite. Ainsi, une bonne hygiène et éviter les contacts sont préconisés pour limiter les risques de contagion.

Combien de temps dure la gastro ?

La durée d’une gastro-entérite est d’environ une petite semaine, en général entre 3 et 7 jours maximum, une période suffisamment longue pour infecter tout votre entourage si vous omettez de vous laver régulièrement les mains.

Prévention : comment se prémunir et éviter la propagation ?

Un point sur la fréquence des épidémies de gastro-entérite

La dernière gastro-entérite date du 16 décembre 2019, avec un taux d’incidence globale de 169 cas sur 100 000 habitants. D’après la carte des gastro-entérites établie par le réseau sentinelle, les régions les plus touchées étaient les Pays de la Loire, la Bourgogne-Franche-Comté et le Grand-Est, avant l’arrivée de la gastro-entérite à Paris, passée en zone orange.

« C’est une activité classique pour la saison. L’activité se renforce généralement autour des fêtes de fin d’années. », a déclaré Marion Debin, épidémiologiste au réseau sentinelle de l’Inserm (Institut National de la Santé Et de la Recherche Médicale) depuis 8 ans. Cette augmentation de gastro-entérite aigüe durant cette période hivernale, Lucie Fournier, également épidémiologiste au réseau sentinelle, explique : « Même s’il demeure une part de mystère, une des hypothèses est que les gens sont davantage près les uns des autres en hiver, dans les mêmes lieux fermés, ce qui favorise le passage des virus d’une personne à l’autre. ».

La rapidité de contamination se traduit aussi par l’origine virale de la gastro-entérite. Le syndrome en France fait généralement partie de la famille des rotavirus et des norovirus, et sa source est difficile à déterminer.

En revanche, une épidémie de gastro-entérite de souche bactérienne ou parasitaire résulte souvent d’une intoxication alimentaire ou d’une eau impure. On la retrouve surtout dans des pays en voie de développement, voire chez certaines personnes au retour d’un voyage, ce qui fait que cette forme d’infection est plutôt rare dans notre pays, mais pas impossible.

Les gestes à adopter pour éviter la contagion

Voici nos conseils pour limiter la contamination d’une gastro-entérite :

  • il est important de bien se laver et de se savonner les mains ou d’utiliser une solution hydro-alcoolique, avant et après avoir mangé, et surtout en sortant des toilettes.
  • utilisez exclusivement des essuies mains jetables, car les serviettes sont des nids à microbes et les sèches mains dans les lieux publics entraînent la multiplication bactérienne.
  • lorsque vous cuisinez, lavez les aliments et préparez-les sur un plan de travail propre, veillez aussi à bien les faire cuire.

Autres précautions à prendre contre la contagion d’une gastro-entérite :

  • Nettoyez avec des lingettes désinfectantes les meubles et les objets fréquemment touchés, comme les poignées de porte et les téléphones portables qui font partie des appareils les plus sales.
  • Évitez d’entrer en contact avec d’autres personnes pour ne pas les contaminer à leur tour.

Ce ne sont pas exactement les mêmes gestes-barrières que pour le virus de la grippe ou les autres virus hivernaux qui sont transmis par les gouttelettes de salive et non par la matière fécale.

contamination gastro entérite

Les risques médicaux

La déshydratation

La principale aggravation d’une gastro-entérite aiguë est la déshydratation, c’est pourquoi il faut se montrer extrêmement vigilant avec les bébés et les jeunes enfants.

Les risques chez les personnes fragiles

Les femmes enceintes et les personnes âgées sont également à surveiller, ainsi que tous adultes qui constateront des variations des symptômes de la gastro-entérite.

Les brûlures gastriques

Une autre complication provoquée par des vomissements à répétition, ce sont les brûlures gastriques ou reflux gastro-œsophagien. En cas de douleur thoracique, de sensation de brûlure trop intense, de régurgitations, le tout continuant même à la fin d’une gastro-entérite, songez à consulter pour ajuster votre traitement en conséquence. Quelle que soit la persistance des symptômes au-delà d’une semaine, n’hésitez pas à demander l’avis de votre médecin qui peut vous diriger, si nécessaire, vers un gastro-entérologue sur Paris ou dans votre région.

Pour en savoir plus sur la gastro-entérite :