Ferritine élevée : quelle en est la cause et quand faut-il s’inquiéter ?

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Consultez un médecin pour recevoir un avis médical à la suite à un bilan sanguin

À la suite d’une prise de sang, recevez un avis médical dans la journée.

Consultation remboursable par l’Assurance Maladie

Prendre RDV

La ferritine est une protéine qui se trouve dans les cellules et qui permet le stockage du fer dans l’organisme. À la suite de la prescription d’un dosage de la ferritine lors d’un bilan sanguin, il arrive qu’on constate un taux supérieur à la normale, ce qui peut parfois inquiéter. Quelles sont les causes communes de l’hyperferritinémie ? Comment la réduire ? L’équipe médicale de Qare vous dit tout.

La ferritine, qu’est-ce que c’est ?

Une protéine essentielle au bon fonctionnement du corps

La ferritine est un marqueur qui permet de déterminer la quantité de fer présente dans l’organisme. Il s’agit d’une protéine localisée à l’intérieur des cellules de nombreux organes (foie, reins, cœur, poumons, moelle osseuse…). On la trouve aussi dans les globules rouges. Elle assure le stockage du fer dans l’organisme

Pour rappel, le fer est un nutriment constituant de l’hémoglobine au rôle multiple :

  • Favorisation de l’oxygénation du sang, des muscles et des organes.
  • Participation au développement cognitif des enfants (notamment en ce qui concerne l’apprentissage, la concentration et la mémoire).
  • Participation à la synthèse de l’ADN.
  • Indispensable au bon fonctionnement du système immunitaire.
  • Réduction de la fatigue.

Qu’est-ce qu’une ferritine élevée ?

Le taux sérique de ferritine se mesure au moyen d’une prise de sang, généralement réalisée au niveau du pli du coude (il est recommandé d’être à jeun mais ça n’est pas indispensable). On parle de dosage de la ferritine. Il peut être demandé dans le cadre d’un bilan sanguin de routine ou à la suite de l’observation de symptômes évocateurs. 

Un taux de ferritine dit normal est situé entre :

  • 18 et 270 ug/L (microgrammes/litre) chez l’homme ;
  • 18 et 160 ug/ml chez la femme (ces taux plus bas que chez l’homme s’expliquent par les règles qui font baisser les taux de fer tous les mois) ;
  • 7 et 140 ug/ ml chez l’enfant.

Ces valeurs de référence peuvent varier en fonction des laboratoires et de différents critères comme l’âge, le sexe ou encore l’effort physique. En cas de doute, mieux vaut donc confier à un médecin l’interprétation de ses résultats avant de s’alarmer

Si la ferritine est élevée on parle d’hyperferritinémie (pour un taux supérieur à 300 ng/l) et dans le cas inverse d’hypoferritinémie (à partir d’un taux inférieur à 30 ng/l).

Dans la même thématique : Lymphocytes bas, quelles sont les causes ?

Des questions sur une le déroulement d'une prise de sang ?

Des médecins généralistes sont là pour vous guider. Disponibilités 7J/7, de 6h à 1h.

Quelles sont les causes d’une ferritine élevée ?

Si une ferritine basse est le plus souvent liée à une anémie, quelle qu’en soit la cause (règles abondantes ou autres saignements, manque d’apports, grossesse…), les causes et les conséquences d’une ferritine élevée sont différentes.

Les raisons les plus courantes de l’hyperferritinémie

Dans les causes les plus commune d’un taux de ferritine sérique élevé, on trouve :

  • Le syndrome métabolique : c’est un excès de graisse abdominale auquel est associé au moins 2 troubles parmi l’hyperglycémie (un excès de sucre dans le sang), un taux de triglycérides (réserve de lipides du corps) élevé, un faible taux de cholestérol HDL (le “bon” cholestérol) et une tension artérielle trop haute. C’est la principale cause d’hyperferritinémie.
  • L’alcoolisme chronique : l’alcool augmente la production de ferritine et favorise aussi sa libération par son effet toxique sur les cellules du foie.
  • Les maladies inflammatoires aiguës ou chroniques (arthrite, maladie de Crohn…), le Covid long et dans une moindre mesure le stress chronique. C’est lié au fait que la ferritine joue un rôle anti-inflammatoire lors de la phase aiguë de l’inflammation.
  • L’hémochromatose : une maladie génétique répandue, qui est due à un défaut de production d’une protéine (l’hepcidine) au niveau du foie. Cette carence génère une absorption excessive du fer par le corps et provoque une surcharge de la transferrine (une des protéines qui assure le transport du fer) et la formation de dépôts de ferritine sur les organes, ce qui nuit peu à peu à leur fonctionnement.
  • Certains cancers tels que la leucémie (cancer de la moelle osseuse) et le cancer du système lymphatique, aussi appelé maladie de Hodgkin.
  • Une atteinte du pancréas, du foie ou du cœur

Est-il dangereux d’avoir une ferritine élevée ?

Un taux de ferritine trop élevé est nocif pour la santé et peut même avoir des conséquences fatales, dans les cas les plus sévères. On l’associe généralement à une forte fatigue, des douleurs articulaires et abdominales, des problèmes cardiaques, des troubles de la libido et de l’érection, des vertiges et au développement de maladies telles que l’ostéoporose, le diabète, la cirrhose ou encore le cancer du foie.

Pour ces raisons, il est important de prendre le problème au sérieux et de solliciter un traitement auprès d’un professionnel de santé. Celui-ci diffère selon le niveau d’hyperferritinémie, sa cause et son impact existant sur l’organisme.

Dans la même thématique : Taux de GGT élevé, comment le faire baisser ?

Une ordonnance sans vous déplacer ?

Des médecins sont disponibles 7J/7 en téléconsultation et peuvent vous faire une ordonnance, si nécessaire. Prendre RDV en ligne.

Comment faire diminuer une ferritine élevée ?

Les saignées, le traitement privilégié de l’hyperferritinémie

Les saignées sont le traitement de référence en cas de ferritine élevée liée à l’hémochromatose. Elles peuvent être réalisées à l’hôpital, dans un centre de l’Établissement Français du Sang (EFS) ou à domicile, par une infirmière (dans ce cas, il est tout de même nécessaire qu’un médecin puisse intervenir rapidement si besoin).

On prélève le sang durant 10 à 15 min, en quantité variable (en moyenne 400 ml pour les femmes et 500 ml pour les hommes), d’abord toutes les semaines en phase d’attaque puis de manière plus espacée au fil des mois.

Les saignées permettent d’éviter la surcharge en fer et donc les dépôts de ferritine. Elles forcent aussi le corps à aller puiser dans ses réserves de fer pour fabriquer de nouveaux globules rouges

Dans le cas où l’hyperferritinémie n’est pas causée par l’hémochromatose, il convient d’abord de soigner la maladie qui est à son origine et de mettre en place une bonne hygiène de vie (perte de poids en cas de surcharge pondérale, traitement de l’alcoolisme…)

Quid en cas de ferritine basse ?

Le traitement d’un taux de ferritine trop bas varie selon sa cause, mais implique généralement une augmentation des apports en fer via l’alimentation ou la prescription de médicaments à base de fer par un professionnel de santé.

Il doit cependant être prise au sérieux car il provoque :

  • Fatigue ;
  • Diminution de la force et des capacité physiques du corps ;
  • Baisse de l’immunité ;
  • Augmentation de la sensibilité au froid ;
  • Étourdissements ;
  • Troubles cognitifs chez l’enfant ;
  • Tachycardie et troubles cardiaques.

Les femmes enceintes doivent être particulièrement vigilantes car l’hypoferritinémie et l’anémie qui y est liée, peuvent mener à un accouchement prématuré, des infections maternelles après l’accouchement et à des troubles cognitifs chez l’enfant. Ne vous reposez donc pas sur les traitements naturels ou l’automédication et parlez-en à un médecin.