Maladies de la femme enceinte : lesquelles sont-elles ?

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Demandez conseil à un professionnel

Des sages-femmes et des gynécologues sont disponibles en téléconsultation : posez vos questions sans vous déplacer !

Consultation remboursable par l’Assurance Maladie avec le tiers payant.

Prendre RDV

Chez une femme enceinte, certaines maladies ou infections peuvent être graves. Si la plupart d’entre elles restent plutôt rares, elles peuvent néanmoins s’avérer très dangereuses, aussi bien pour le fœtus, que pour la mère. Toxoplasmose, listériose, pré-éclampsie, rubéole, varicelle… Connaissez-vous les maladies dont il faut se prémunir pendant la grossesse et celles que l’on développe parce qu’on est enceinte ? L’équipe médicale de Qare fait le point.

La grossesse et ses maladies

Si en temps normal, certaines maladies sont totalement bénignes et sans danger, pour une femme enceinte, elles représentent un vrai risque. Cinq d’entre elles sont particulièrement dangereuses, car elles peuvent entraver le bon déroulement d’une grossesse. Il est donc très important de tout mettre en place au quotidien pour s’en prémunir.

Quelques éléments à retenir :

  • Contracter une maladie grave pendant sa grossesse est plutôt rare.
  • Le suivi médical mis en place dès le début de la grossesse permet généralement de prévenir toutes complications et de surveiller, mois par mois, le développement du fœtus.
  • Les facteurs de risques que vous avez rapportés lors de votre première consultation prénatale sont inscrits dans votre dossier de grossesse. Le professionnel qui vous suit programme donc une surveillance particulière.

Est-ce grave d’avoir une maladie quand on est enceinte ?

Les femmes enceintes craignent particulièrement d’être malades, en raison des risques que cela peut entraîner pour leur bébé. Sachez avant tout qu’il est plutôt rare de contracter une maladie grave pendant sa grossesse. Un simple rhume, par exemple, ne présente aucun danger pour l’enfant à naître ou pour la mère.

Pendant cette période, les maladies bénignes sont assez fréquentes, car les défenses immunitaires diminuent. Il n’y a pas lieu de s’inquiéter outre-mesure. Toutefois, il est important de prévenir le professionnel chargé de votre suivi quand vous êtes malade, afin de poser le bon diagnostic et d’écarter les éventuelles complications.

Si vous suivez les gestes de prévention listés par votre médecin ou sage-femme, et adoptez de bonnes habitudes au quotidien, tout se passera très bien.

Posez toutes vos questions à un professionnel

Des gynécologues et des sages-femmes sont disponibles pour vous renseigner. Prenez RDV en ligne dès maintenant.

Quelles sont les maladies dangereuses pour une femme enceinte ?

La toxoplasmose

La toxoplasmose est une maladie dont on parle beaucoup aux femmes enceintes. Transmise par des espèces vertébrées à sang chaud, comme le chat, le mouton ou encore le porc, elle correspond au développement du parasite Toxoplasma gondii.

Pour la majorité des gens, cette infection est bénigne, et passe souvent inaperçue. Pendant la grossesse, cependant, elle peut avoir de graves conséquences sur le fœtus.

Bon à savoir : contrairement aux idées reçues, la toxoplasmose n’est pas forcément transmise par le chat.

Les symptômes de la toxoplasmose

Les symptômes de la toxoplasmose chez une femme enceinte s’apparentent à ceux de la fièvre (maux de tête, douleurs corporelles, fatigue, augmentation de la température corporelle). Mais pour la grande majorité des futures mamans, il n’y a aucun symptôme.

Beaucoup de femmes ne savent pas si elles ont déjà été infectées, un test sérologique est donc systématiquement prescrit en début de grossesse pour le savoir. Une surveillance mensuelle de la sérologie sera réalisée, jusqu’à 1 mois après l’accouchement.

Les bons gestes à adopter pour ne pas attraper la toxoplasmose

En cas de sérologie négative (vous n’avez jamais eu la toxoplasmose), vous devez prendre vos précautions pour ne pas l’attraper. Parmi les bons gestes :

1. Mangez toujours de la viande bien cuite, oubliez les cuissons saignantes, les tartares ou les carpaccios.
2. Faites l’impasse sur les fromages au lait cru, à pâte persillée (bleu d’Auvergne ou roquefort) ou à pâte fleurie. Il en va de même pour la charcuterie crue, salée ou fumée ou les mollusques crus.
3. Afin d’enlever toute trace de terre, rincez abondamment vos crudités et vos légumes avant de les manger, ainsi que les fruits que vous ne pouvez pas peler. Tous les fruits et légumes sortant de terre doivent être lavés et épluchés, on évite donc la salade de crudités issue d’un snack ou d’un food truck, par exemple.
4. Lavez-vous systématiquement les mains, pendant au moins 30 secondes si vous avez manipulé de la viande crue ou des légumes non lavés. Nettoyez également les surfaces utilisées et les ustensiles.
5. Portez des gants pour le jardinage.
6. La litière de votre chat doit être changée tous les jours, et idéalement lavée à l’eau chaude. Si vous êtes la personne qui s’en occupe, portez des gants, car le parasite de la toxoplasmose peut se trouver dans les selles des chats. Après chaque contact avec votre chat, lavez-vous les mains et brossez vos ongles.

La rubéole

Beaucoup de femmes sont aujourd’hui vaccinées contre la rubéole ou l’ont attrapé étant enfant. Malgré cela, elle fait également partie des tests sérologiques à réaliser sitôt la grossesse connue.

Et pour cause, si elle est transmise au fœtus, cette maladie infantile peut entraîner des malformations cardiaques, une surdité, des atteintes oculaires, un retard de croissance, des troubles du développement du cerveau

Vous avez des symptômes ?

Consultez un gynécologue ou une sage-femme et recevez une ordonnance si nécessaire.

Les symptômes de la rubéole

Les symptômes habituels de la rubéole se traduisent par des ganglions, de petites éruptions cutanées au niveau du thorax et du visage, des maux de gorge et de tête ou encore de la fièvre. Toutefois, la future mère ne présente pas toujours de symptômes, ce qui n’empêche malheureusement pas le fœtus d’être contaminé.

Attention à ne pas confondre rubéole et roséole. Si la femme enceinte contracte la roséole durant sa grossesse, cela ne présente pas de risque pour son fœtus. Elle doit néanmoins consulter rapidement un médecin en cas de symptômes.

Comment s’attrape la rubéole ?

La rubéole se contracte à la suite d’un contact avec le virus qui circule dans l’air, il est donc assez difficile de s’en prémunir. Pour toutes les futures mères non immunisées, une surveillance par analyse de sang (comme pour la toxoplasmose) est mise en place chaque mois.

Les infections urinaires

À première vue, une simple infection urinaire pour une femme enceinte ne semble pas représenter de danger, et pourtant. Pendant la grossesse, plusieurs problèmes liés au système urinaire s’observent :

  • L’urètre, ce petit canal par lequel s’évacue l’urine, est dilaté et plus perméable. Les germes remontent ainsi plus facilement jusqu’à la vessie.
  • Le poids du fœtus et la progestérone influent sur la tonicité de la vessie. Celle-ci ne se vide plus complètement, cela favorise la stagnation de petites quantités d’urine dans lesquelles se développent des microbes.

Les symptômes d’une infection urinaire

Veillez particulièrement aux symptômes suivants : brûlures au moment de la miction, envie d’uriner très fréquente, douleurs dans le dos et le ventre. Consultez rapidement un médecin ou une sage-femme pour mettre en place une antibiothérapie.

Lorsqu’elles s’étendent aux reins, les infections urinaires peuvent causer une pyélonéphrite, puis des contractions. Il existe alors un risque important d’accouchement prématuré.

Les bons gestes à adopter pour ne pas attraper d’infections urinaires

Plusieurs bons gestes permettent de prévenir l’apparition d’une infection urinaire. Notez qu’ils sont également valables sans grossesse.

1. Boire entre 1,5 et 2 litres d’eau par jour ;
2. Porter des sous-vêtements en coton et non en matière synthétique ;
3. Ne pas se retenir pour aller aux toilettes ;
4. Toujours s’essuyer de l’avant vers l’arrière ;
5. Uriner avant et après un rapport sexuel.

La varicelle

Virus généralement contracté pendant l’enfance, il peut lui aussi toucher le fœtus. Malformations in utero ou varicelle néonatale (après l’accouchement), les risques sont grands. Pour rappel, la varicelle se manifeste par des éruptions cutanées, des démangeaisons et de la fièvre.

Chez les femmes adultes qui souhaitent avoir un enfant mais ne se rappellent pas avoir eu la varicelle, la vaccination est vivement recommandée.

Dans le cas où une femme tombe enceinte sans avoir contracté la maladie, elle doit :

  • Éviter tout contact avec une personne ayant la varicelle ;
  • En cas de contact, en parler immédiatement à son médecin ou sa sage-femme. Un traitement spécifique peut lui être prescrit.

La listériose

La listériose est causée par une bactérie présente au niveau de la végétation, du sol et dans l’eau, la Listeria monocytogenes. Il est possible de la retrouver dans les aliments d’origine animale ou végétale, même s’ils sont réfrigérés.

Maladie rare (50 cas par an), elle reste toutefois à prendre en compte, car potentiellement responsable d’accouchements prématurés, de fausses couches ou d’infections chez le nouveau-né.

Comment savoir si l’on a la listériose ?

Les symptômes de cette maladie sont les suivants :

De la fièvre plus ou moins élevée, qui s’accompagne parfois de maux de tête et de troubles digestifs (diarrhée, vomissement, nausées).

Consultez votre médecin le plus rapidement possible si vous avez ces symptômes, il pourra mettre en place une antibiothérapie, si nécessaire.

Ôtez-vous d'un doute !

Prenez le temps d’échanger avec une sage-femme ou un gynécologue en vidéo, partagez-lui vos craintes et posez-lui vos questions.

Les bons gestes à adopter pour ne pas attraper la listériose

Quelques précautions pour ne pas contracter la listériose :

1. Ne pas manger de coquillages, de viande ou de poisson cru (ou peu cuit).
2. Évitez le foie gras, les rillettes ou les produits en gelée (charcuterie cuisinée).
3. Ne pas manger de fromage à pâte molle, principalement au lait cru.
4. Privilégiez le lait pasteurisé.
5. Lavez-vous systématiquement les mains, pendant au moins 30 secondes si vous avez manipulé de la viande crue ou des légumes non lavés. Nettoyez également les surfaces utilisées et les ustensiles.

Quelles sont les maladies et complications de la grossesse ?

La grossesse extra-utérine

Une grossesse extra-utérine (GEU) est une grossesse qui se développe en dehors de la cavité utérine, le milieu normal de nidation (grossesse intra-utérine). Dans la grande majorité des cas, l’œuf fécondé se développe dans l’une des trompes de Fallope, et plus rarement sur un ovaire, la cavité abdominale ou le col de l’utérus.

Ce type de grossesse peut avoir de graves conséquences, principalement lorsque la structure qui abrite anormalement l’embryon se rompt. Cela peut notamment entraîner un saignement dans la cavité abdominale (hémopéritoine).

La pré-éclampsie

La pré-éclampsie est causée par une élévation de la pression artérielle et par une augmentation de la quantité de protéines dans les urines. Elle est directement liée à un dysfonctionnement du placenta.

Cette maladie de la grossesse peut être extrêmement grave, voire mortelle. En France, chaque année, 40 000 femmes enceintes ont une pré-éclampsie.

Qu’est-ce que l’éclampsie ?

L’éclampsie est une des complications de la pré-éclampsie (d’où le préfixe « pré », puisque la pré-éclampsie précède l’éclampsie). Elle se manifeste par des crises convulsives généralisées de la mère, semblables à l’épilepsie.

Ces crises sont provoquées par une hypertension intracrânienne.

Quel est le taux normal de protéinurie pendant la grossesse ?

Durant la grossesse, le taux de protéines dans les urines est normalement plus élevé, mais cela n’est pas inquiétant. Le seuil est fixé à 0,3G/L, en dessous duquel tout va bien.

Lorsque le taux dépasse ce seuil, un second test doit être réalisé afin de confirmer le premier.

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel, également appelé diabète de grossesse, correspond à une augmentation de la glycémie durant la grossesse, causée par un trouble de la tolérance au sucre. Celui-ci disparaît après l’accouchement.

Il est à distinguer du diabète prégestationnel, qui lui, est déjà présent avant la grossesse.

Les maladies infectieuses

Durant sa grossesse, une femme enceinte est susceptible de contracter différentes infections. On compte :

  • Les infections bactériennes (ex : streptocoque) ;
  • Les infections virales (ex : hépatite B et C) ;
  • Les infections par des parasites (exemple : toxoplasmose).

La fausse couche

Interruption spontanée de grossesse, la fausse couche survient avant la 22e semaine d’aménorrhée (5 premiers mois environ). Elle peut être précoce (pendant le 1er trimestre) ou tardive.

Certaines femmes ne feront qu’une seule fausse couche au cours de leur vie, tandis que d’autres en vivront plusieurs.

Un accouchement prématuré

Un bébé est dit « à terme » entre la 37e et la 41e semaine d’aménorrhée. Entre la 22e et la 37e semaine, un enfant naît donc en situation de prématurité, de la forme la plus sévère à la plus modérée.

On observe plusieurs facteurs de risques à une naissance prématurée, comme l’alcool, la cigarette, les grossesses multiples ou encore les infections génitales, générales ou urinaires.

Quels sont les médicaments à éviter pendant la grossesse ?

Pour rappel, pendant la grossesse, toute prise de médicament doit être soumise à avis médical (médecin ou sage-femme). Parmi les médicaments les plus couramment proscrits, on compte :

  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), comme l’ibuprofène ou l’aspirine ;
  • Des traitements contre la migraine, l’épilepsie ou l’hypertension ;
  • Des traitements contre l’acné sévère.

Bon à savoir : si vous avez un traitement au long cours pour une affection de type épilepsie, dépression ou encore migraines, il est indispensable de faire une consultation préconceptionnelle afin d’adapter le traitement si besoin.

Ne restez pas seule avec vos craintes

Téléconsultez un professionnel dans la journée. Disponibilité 7J/7, de 6h à 1h.

Foire aux questions

Pourquoi fait-on parfois une hémorragie après l’accouchement ?

L’hémorragie de la délivrance fait partie des complications majeures d’un accouchement. 5 à 10% des femmes sont concernées. Après la sortie du bébé, le placenta se détache de la paroi utérine, provoquant des saignements modérés. L’utérus se charge rapidement de resserrer les vaisseaux utéro-placentaires en se contractant..

Parfois, cela ne se passe pas comme prévu. On parle d’hémorragie de la délivrance lorsque la mère perd plus de 500 ml de sang après avoir accouché.

Quelles maladies peut empêcher une femme de tomber enceinte ?

Plusieurs maladies et anomalies peuvent être à l’origine d’une infertilité chez la femme. Parmi elles, l’endométriose, une anomalie du col de l’utérus ou de l’utérus, des lésions au niveau des trompes de Fallope, une ménopause précoce…

Quelle maladie a les mêmes symptômes que la grossesse ?

Une grossesse nerveuse, également appelée fausse grossesse, pseudocyesis ou grossesse virtuelle, peut être confondue avec une vraie grossesse. En réalité, il s’agit d’un trouble psychique qui consiste à croire que l’on est enceinte, sans l’être.

Ventre gonflé, prise de poids, arrêt des menstruations… Il est difficile de faire la différence entre une véritable grossesse et une fausse, puisque les femmes qui la vivent parlent sensiblement des mêmes signes. Un test de grossesse reste le meilleur moyen pour déterminer si une grossesse est en cours ou non.