Grossesse extra-utérine : bien connaître les signes pour réagir rapidement

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Demandez conseil à un professionnel

Des sages-femmes et des gynécologues sont disponibles pour répondre à vos questions.

Consultation remboursée si vous consultez avec le tiers payant.

Prendre RDV en ligne

Une grossesse extra-utérine (ou grossesse ectopique) est une grossesse qui se développe en dehors de la cavité utérine. Il s’agit d’une anomalie à prendre très au sérieux, car elle est susceptible d’entraîner de graves complications pour la femme enceinte. Comment déceler les signes ? Et comment la prendre en charge ? L’équipe médicale de Qare vous détaille tout ce que vous devez savoir sur la grossesse extra-utérine.

Une grossesse extra-utérine, qu’est-ce que c’est ?

Une grossesse extra-utérine (GEU) est, comme son nom l’indique, une grossesse qui se développe en dehors de la cavité utérine, le milieu normal de nidation (grossesse intra-utérine). Plusieurs choses à savoir :

  • En cas de grossesse extra utérine, la grossesse est non évolutive
  • L’œuf fécondé se développe dans une trompe de Fallope (96 à 98% des cas) ou sur un ovaire, le col de l’utérus ou la cavité abdominale (plus rare) ;
  • La grossesse extra-utérine n’est pas une maladie de la femme enceinte, mais une anomalie.
  • Contrairement à la cavité utérine qui est vouée à être distendue quand l’œuf grossit, les endroits où se développe une grossesse extra-utérine ne le sont pas ;
  • Les complications peuvent être très graves, voire mortelles, en cas d’absence de prise en charge précoce : rupture de la trompe de Fallope, hémopéritoine (saignement dans la cavité abdominale…) ;
  • Une femme qui a fait une grossesse extra-utérine est davantage sujette aux problèmes de fertilité ultérieurs, mais cela n’est pas systématique ;
  • Selon l’Assurance Maladie, 16 000 cas de grossesses extra-utérines sont dénombrés chaque année en France.

Quels sont les symptômes d’une grossesse extra-utérine ?

Les conséquences d’une grossesse extra-utérine prise en charge tardivement peuvent être très graves, il est donc indispensable d’en connaître les signes. Plus cette anomalie est détectée tôt, plus les risques de complications s’amoindrissent.

Chaque femme étant différente, les symptômes sont amenés à varier. Certaines d’entre elles ne ressentiront aucun signe avant la rupture de la structure qui abrite la grossesse.

Avant toute complication, les manifestations les plus fréquentes sont les suivantes :

  • Des saignements vaginaux peu abondants (marrons ou noirs) ;
  • Des douleurs dans le bas-ventre, d’un seul côté la plupart du temps, avec des accès plus intenses ;
  • Un retard ou une absence de règles (pas toujours) ;
  • Une suspicion de grossesse (a contrario, certaines femmes ne pensent pas du tout être enceintes).

Lorsque la structure se rompt (une des trompes de Fallope généralement), les signes qui doivent vous alerter sont les suivants :

  • Une douleur très intense constante et aiguë dans le bas de l’abdomen ;
  • En cas de perte de sang importante (hémopéritoine) : une sensation de « mort imminente », des vertiges, un évanouissement, des sueurs…

Dès les premiers symptômes, ne tardez pas à consulter

Des gynécologues et des sages-femmes sont disponibles pour répondre à vos questions. Prenez RDV en ligne dès maintenant.

Où a-t-on mal lors d’une grossesse extra-utérine ?

Quand on pense à une grossesse extra-utérine, on s’imagine directement des douleurs pelviennes insoutenables. Et c’est vrai, dans certains cas. Toutefois, ce qui s’applique pour une femme ne vaut pas forcément pour une autre.

Autrement dit, certaines femmes victimes d’une grossesse extra-utérine ne ressentiront aucun symptôme : pas de douleurs, pas de saignements…

Quand se rend-on compte d’une grossesse extra-utérine ?

La découverte d’une grossesse extra-utérine peut se faire à la suite d’une consultation volontaire chez un médecin, par une patiente qui se plaint de douleurs anormales dans le bas-ventre. Cependant, celle-ci peut également être détectée de manière totalement fortuite, lors d’une visite de routine chez un gynécologue ou une sage-femme.

Dans les cas les plus graves, la grossesse extra-utérine est malheureusement découverte sur le tard, lorsque la structure qui abrite le fœtus s’est rompue. À ce stade, les conséquences peuvent être graves.

Quelles sont les causes d’une grossesse extra-utérine ?

Une grossesse extra-utérine survient lorsque l’œuf fécondé ne parvient pas à se rendre jusqu’à l’utérus. La grossesse tubaire (qui se développe dans l’une des trompes de Fallope) étant la plus fréquente, on observe que l’œuf reste coincé en raison :

  • D’une anomalie d’une des trompes de Fallope ;
  • D’une inflammation ou d’un dommage ;
  • Parfois, d’un déséquilibre hormonal.

À noter : certaines grossesses peuvent rester inexpliquées, la cause n’ayant pas été trouvée.

Existe-t-il des facteurs de risques à une grossesse extra-utérine ?

Si l’origine d’une grossesse extra-utérine n’est parfois pas toujours détectée, certains facteurs augmentent néanmoins les risques. Parmi eux :

  • Des infections gynécologiques passées, comme des salpingites (à chlamydia particulièrement), des infections sexuellement transmissibles (IST) …
  • Le tabac ;
  • Un âge avancé ;
  • Une altération des trompes utérines dues à une endométriose, une malformation, la tuberculose, des séquelles d’une chirurgie…
  • Des suites d’une fécondation in vitro (FIV).

Diagnostic et prise en charge

Comment réagir en cas de grossesse extra-utérine ?

Il est important de comprendre qu’un fœtus ne peut survivre en dehors de la cavité utérine. Alors, à la question, peut-on garder le bébé en cas de grossesse extra-utérine ? La réponse est non.

La seule issue possible est l’interruption de grossesse, en extrayant le sac gestationnel contenant l’embryon de l’endroit où il s’est développé. Ce type de grossesse est considéré comme une urgence médicale qui nécessite une intervention médicale immédiate.

En cas de survenue des symptômes cités ci-dessus, il vous faut consulter un médecin en urgence ou vous rendre dans l’hôpital le plus proche pour être prise en charge.

Parlez en avec un professionnel

Décrivez vos symptômes à un gynécologue ou une sage-femme. Disponibilités 7J/7 de 6h à 1h.

Comment se déroule le diagnostic d’une grossesse extra-utérine ?

On évoque le diagnostic d’une grossesse extra-utérine lors d’un premier examen gynécologique : une douleur pelvienne localisée est ressentie par la patiente et la taille de son utérus est moins importante qu’elle ne devrait l’être à ce stade de la grossesse.

Pour confirmer ce diagnostic, deux examens sont ensuite réalisés en urgence :

  • Une échographie abdomino-pelvienne par voie endovaginale, qui permet de mettre en évidence que la cavité utérine est vide et qu’il existe une masse au niveau d’une des trompes de Fallope ou ailleurs.
  • Un dosage sanguin de l’hormone bêta HCG qui, s’il est élevé, démontre la présence d’une grossesse en cours.

Comment interrompre une grossesse extra-utérine ?

Le seul et unique traitement d’une grossesse extra-utérine consiste à extraire l’œuf implanté au mauvais endroit. Pour cela, deux options sont possibles : un traitement médicamenteux par méthotrexate (si le diagnostic est précoce et en l’absence de contre-indications) ou une intervention chirurgicale par coelioscopie.

Pour l’option chirurgicale, il s’agit, quand cela est possible, d’inciser la trompe utérine (salpingotomie) et d’aspirer l’œuf. Dans les cas où la grossesse extra-utérine se trouve à un stade trop avancé ou si la trompe est très abîmée, on enlève la trompe (salpingectomie). C’est une des raisons pour laquelle une grossesse ectopique peut être à l’origine d’une diminution de la fertilité.

Foire aux questions

Quand apparaissent les premiers signes de grossesse ?

Le premier signe caractéristique d’une grossesse est l’absence de règles à la date prévue. Toutefois, cet élément n’est pas un symptôme suffisamment fiable, en raison de facteurs extérieurs susceptibles de les retarder (stress, sport…), ainsi qu’une irrégularité du cycle menstruel chez certaines femmes.

Parmi les autres signes révélateurs : des ballonnements abdominaux, des seins gonflés, des nausées… Ces signes apparaissent généralement dans les 2 semaines qui suivent la fécondation.

L’hormone de grossesse (bêta HCG) apparaît 10 jours après la fécondation d’un ovule. Aussi, vous pouvez réaliser un test de grossesse ou une prise de sang pour confirmer le début d’une grossesse.

Comment savoir si l’on fait une grossesse nerveuse ?

Une grossesse nerveuse, également appelée, fausse grossesse, pseudocyesis ou grossesse virtuelle est un trouble psychique qui consiste à croire que l’on est enceinte, sans l’être.

Au niveau des symptômes, il est difficile de faire la différence entre une véritable grossesse et une fausse, puisque les femmes qui la vivent parlent sensiblement des mêmes signes.

Ventre gonflé, prise de poids, arrêt des menstruations… Le seul moyen de distinguer les deux reste de réaliser un test de grossesse pour déterminer si une grossesse est en cours ou non.

Dans la même catégorie :