Déni de grossesse : comment le détecter et comment réagir ?

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Demandez conseil à un spécialiste de la grossesse !

Des sages-femmes et des gynécologues sont disponibles en téléconsultation dès aujourd’hui. Posez vos questions depuis chez vous, recevez un 1er diagnostic et, si nécessaire, une ordonnance.

Consultation remboursée par l’Assurance Maladie avec le tiers payant.

Démarrez la consultation

Pour la majorité des femmes, le désir de grossesse prend la forme d’une quête ultime. Faire un enfant étant considéré comme le paroxysme de l’épanouissement d’une femme. Mais pour certaines, le fait de tomber enceinte est inimaginable pour différentes raisons. Alors, lorsque cela se produit, un déni de grossesse peut survenir. Une situation difficile à vivre car le déni de grossesse est encore très tabou et mal interprété. Comment le déceler ? Que cache ce mécanisme ? A-t-il des conséquences sur l’enfant à naître ? Chez Qare, on vous explique tout sur ce phénomène.

Qu’est-ce qu’un déni de grossesse ?

Être enceinte sans le savoir

Après plusieurs décennies de pourparlers du corps médical, le déni de grossesse figure maintenant dans le DSM-V (le manuel des troubles psychologiques et psychiatriques) dans la catégorie « troubles liés aux traumatismes et au stress ». Ce trouble entourant la grossesse peut se définir comme tel :

  • Le fait d’être enceinte sans en avoir conscience
  • Un mécanisme de défense psychique
  • Des symptômes de grossesse inexistants ou très légers et mal compris
  • En terme de pourcentage, le déni de grossesse touche plus de 2 grossesses sur 1000

On distingue deux types de déni de grossesse :

  • Le déni de grossesse partiel : lorsque la femme prend conscience de sa grossesse à partir du 4ème mois de grossesse, plus précisément dès la quinzième semaine de gestation
  • Le déni de grossesse total : plus rare, il implique que la levée du déni ne s’opère qu’au moment de l’accouchement

Déni de grossesse versus grossesse cachée

Il y a souvent un amalgame entre déni de grossesse et grossesse cachée. Pourtant, les deux situations sont totalement différentes. Lors d’une grossesse cachée, la femme est consciente qu’elle est enceinte. Elle choisit délibérément de le cacher à son entourage.

A l’inverse dans un déni de grossesse la femme est dans l’incapacité de prendre conscience qu’elle est enceinte. Tout se passe de façon inconsciente.

A noter : La grossesse nerveuse est la manifestation inverse du déni de grossesse. La femme qui en souffre ressent les symptômes associés à la grossesse sans être enceinte.

Quels sont les symptômes d’un déni de grossesse ?

Une grossesse invisible

Dans le cas d’une grossesse, le corps entame une transformation progressive. Plusieurs signes peuvent alerter la femme de ce changement interne :

  • Nausées
  • Vomissements
  • Absence de règles ou aménorrhée
  • Ventre qui grossit
  • Prise de poids
  • Sensibilité et gonflement de la poitrine
  • Fatigue

Dans le cas d’un déni de grossesse, le diagnostic est très difficile car le corps n’exprime pas les signaux habituels de la grossesse. Les symptômes associés sont inexistants.

Dans certains cas, il peut y avoir une légère manifestation de symptômes de type vomissements ou nausées. Mais au vu de leur faible intensité, la femme souffrant d’un déni de grossesse n’est pas capable de faire le lien.

Vous pensez faire un déni de grossesse ?

Téléconsultez dès maintenant un médecin gynécologue. Disponibilités de 6h à 1h 7j / 7. 100% remboursé par la sécurité sociale.

Déni de grossesse et test négatif

Bien que les symptômes associés soient étouffés, la formation du bébé est bel et bien en cours. L’hormone beta HCG, sécrétée pendant la grossesse, est donc présente.

Les tests de grossesse permettent de détecter cette hormone. Effectuer un test, même en cas de déni, permet donc d’avoir une réponse fiable.

Vous pouvez effectuer un test de grossesse vendu dans le commerce, leur fiabilité est de 99%. Pour plus de précautions, vous pouvez aussi effectuer une prise de sang pour un diagnostic de grossesse. Si vous êtes enceinte, même en cas de déni, il sera positif.

Où se trouve le bébé pendant un déni de grossesse ?

Dans le cas du déni de grossesse, bien que les transformations du corps ne se remarquent pas, le corps change à l’intérieur. Le ventre ne grossit pas car l’utérus s’allonge. Le fœtus va alors se nicher au niveau de la colonne vertébrale ou va évoluer derrière les côtes. Ce phénomène peut être repéré lors d’une échographie.

Quelles sont les raisons d’un déni de grossesse ?

Déni de grossesse, des causes psychologiques

Le déni de grossesse est un mécanisme de défense psychique. L’inconscient cherche à protéger la femme d’une réalité impensable pour elle. Une incapacité qui prend racine dans un traumatisme vécu.

Pour diverses raisons le fait d’être enceinte est totalement inconcevable. Cela peut être parce que la femme ne se sent pas à la hauteur du rôle de mère, le rôle de mère lui cause de l’anxiété.

Un blocage va donc se créer au niveau du subconscient, la barrière entre le conscient et l’inconscient. Toute information du corps concernant la grossesse va être étouffée ou réduite au maximum. Le but étant de préserver la partie consciente considérée inapte à recevoir l’information.

Même les mouvements foetaux, perceptibles à partir de la 18eme semaine d’aménorrhée peuvent passer inaperçus.

Dans le cas d’un déni de grossesse partiel, lors de la levée du déni, les changements du corps sont rapides et impressionnants. Dans certains cas, le ventre grossit en quelques heures.

En cas de doute, parlez-en à un médecin !

Des médecins gynécologues sont disponibles en vidéo de 6h à 1h 7j / 7.100% remboursé par la sécurité sociale.

Peut-on faire un déni de grossesse en y pensant ?

Rassurez-vous ! Le simple fait de se poser cette question démontre que dans votre esprit la grossesse est concevable. Il n’y a aucun risque, le fait d’y penser ne va pas vous déclencher un déni de grossesse.

De plus, il est tout à fait normal et sain d’être en proie à des questionnements intérieurs à certains moments.

Les facteurs de risques

Le déni de grossesse concerne toutes les femmes, de tous âges, jusqu’à la ménopause. Il peut survenir lors d’une première grossesse ou d’une seconde, et cela même si la première s’est déroulée sans embûches.

Néanmoins, certaines situations sont plus susceptibles d’engendrer un déni de grossesse :

  • Lorsque la grossesse survient suite à une agression sexuelle
  • Lorsque l’environnement familial est toxique
  • Lorsqu’il y a une stérilité supposée par les médecins
  • Lorsque plusieurs grossesses surviennent à un intervalle proche

Quelles sont les conséquences sur le bébé ?

A ce jour, il existe peu de statistiques sur l’évolution du bébé après la naissance. Le déni de grossesse étant tabou, on constate un silence de la part des parents à ce sujet.

Malgré tout, on peut affirmer que la grossesse est un laps de temps qui permet de se préparer psychologiquement à l’arrivée du bébé.

Déni de grossesse, comment réagir ?

Lorsqu’on n’a pas conscientisée le fait d’être enceinte, on a manqué de ce temps de maturation. Dans le cas d’un déni de grossesse, un accompagnement de la mère peut aider à développer un lien maternel et mieux appréhender ce tournant de vie. Il existe des équipes spécialisées dans la parentalité (psychologue, psychiatre, …).