Syndrome des ovaires polykystiques ou SOPK : comment mieux vivre avec ?

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Consultez un gynécologue dès maintenant sans vous déplacer !

Téléconsultez dès maintenant un gynécologue, décrivez-lui vos symptômes et recevez un premier diagnostic.
Sans avance de frais avec le tiers payant.

Démarrez la consultation

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est une pathologie encore peu connue et parfois mal comprise. Pourtant, tout comme l’endométriose, le SOPK touche près d’une femme sur dix ! Près d’un siècle après sa découverte, les recherches n’ont pas encore abouti à un traitement spécifique. Face à ce constat plusieurs questions se posent. Comment savoir si vous êtes atteinte de ce syndrome ? Comment bien vivre avec ? Comment tomber enceinte avec un SOPK ? Nous avons souhaité vous éclairer sur ces points importants afin de vous aider à expérimenter au mieux votre vie de femme.

Qu’est-ce que le syndrome des ovaires polykystiques ?

Parmi les pathologies liées au désir de grossesse, on retrouve le syndrome des ovaires polykystiques. Bien que cette maladie recèle encore bien des mystères, les éléments à retenir sont :

  • Le SOPK est un dérèglement hormonal situé au niveau des ovaires ou du cerveau (glande hypophyse)
  • Le SOPK est une maladie endocrinienne qui touche 5% à 10% des femmes
  • Le SOPK est la première cause d’infertilité chez la femme
  • En cas de SOPK, un taux trop important d’hormones masculines (testostérone) est détecté
  • Les symptômes du SOPK sont variables d’une femme à l’autre et selon votre âge.

Quels sont les symptômes du syndrome des ovaires polykystiques ?

Concernant les symptômes du syndrome des ovaires polykystiques, il est donc normal de voir une évolution de ceux-ci au cours de votre vie. Les plus fréquents sont :

  • Une production excessive d’androgènes : dès l’âge de 15 ans, vous pouvez subir une poussée d’acné, une chute de cheveux ou encore une hyperpilosité appelée « hirsutime ». Cela peut vous causer une certaine gêne, une incompréhension ou une possible perte de confiance en vous.
  • Des troubles de l’ovulation pouvant amener à une infertilité: vos cycles menstruels sont irréguliers ou bien vous avez une absence totale de règles (aménorrhée). Votre quotidien peut s’avérer difficile à appréhender car SOPK et douleurs pelviennes vont souvent de pair.
  • Un syndrome métabolique : autour des 50 ans, si vous êtes en situation de surpoids vous avez un risque élevé de développer un diabète de type 2 et de l’hypertension artérielle.

Bien que certains symptômes soient proches, le syndrome des ovaires polykystiques est à distinguer de l’endométriose.

Vous pensez souffrir du SOPK ?

N’attendez pas pour consulter un gynécologue, téléconsultez dès maintenant et recevez un premier diagnostic.

Quelle est la cause du syndrome des ovaires polykystiques ?

Les causes du syndrome des ovaires polykystiques sont dues à différents facteurs. Ces éléments sont à l’origine des mécanismes de cette maladie :

  • La génétique
  • L’épigénétique
  • Les perturbateurs endocriniens de notre environnement

Comment diagnostiquer le syndrome des ovaires polykystiques ?

Cette pathologie se caractérise par un syndrome clinique et non par la présence de kystes ovariens.

Après l’étude de vos symptômes, le diagnostic d’un SOPK se confirme suite aux résultats de votre bilan hormonal et de votre bilan métabolique sanguin. Si vous ressentez certains des signes décrits, il est important d’effectuer ces démarches.

La confirmation d’un professionnel de santé sur ce que vous vivez peut vous apporter un début de soulagement. De plus, le suivi régulier par un gynécologue vous permettra d’atténuer les désagréments des symptômes actuels et de prévenir d’éventuelles complications.

Quel traitement pour le syndrome des ovaires polykystiques ?

SOPK : Le traitement hormonal

Actuellement, il n’existe pas encore de traitement spécifique du syndrome des ovaires polykystiques. Mais il y a des solutions pour estomper chacun de vos symptômes afin de vous apporter un meilleur confort de vie jusqu’à l’apparition de la ménopause.

Pour le SOPK, la pilule est recommandée en priorité. Elle offre de bons résultats sur la régulation des hormones masculines et de vos cycles menstruels.

Si toutefois vous ne la supportez pas, vous pouvez entamer un traitement mêlant anti-androgène et œstrogène naturel. Vous constaterez une amélioration de vos symptômes dès 3 mois.

Téléconsultez sans vous déplacer dès maintenant

Consultez un gynécologue en vidéo depuis chez vous de 6h à 1h. Recevez une ordonnance si nécessaire. Sans avance de frais avec le tiers payant.

Ovaires polykystiques et traitements naturels

Si vous êtes atteinte de ce syndrome, il est important de consulter régulièrement un professionnel de santé. C’est le meilleur moyen de garantir un bon suivi de l’évolution de votre situation. Vous pouvez néanmoins demander l’avis de votre médecin pour une éventuelle supplémentation en inositol, par le biais de compléments alimentaires.

Pour diminuer certains des symptômes liés à votre testostérone trop élevée, certains aliments sont à éviter en cas de syndrome des ovaires polykystiques : les aliments trop sucrés, les sodas, les aliments ultra-transformés. De façon générale, nous vous recommandons d’adopter une hygiène de vie de qualité.

Comment envisager une grossesse avec le syndrome des ovaires
polykystiques ?

Envisager une grossesse avec un syndrome des ovaires polykystiques peut s’avérer difficile techniquement et moralement. Il est donc important de prendre soin de votre humeur afin de prévenir un éventuel état dépressif.

Pour traverser cette épreuve, il est bon de vous faire accompagner par un professionnel. Tel un confident, ce dernier est à votre écoute et vous soutient dans votre démarche.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, adopter un mode de vie sain est la première étape. Vous pouvez développer votre activité physique et équilibrer votre alimentation avec l’aide d’une diététicienne. L’important pour pérenniser ces changements est d’aller à votre rythme afin de vivre cette transition en douceur.

Dans le cadre d’un SOPK avéré , le projet d’une grossesse doit être accompagné par un professionnel de santé pour optimiser les chances de grossesse : suite échographique de l’ovulation, bilan sanguin

L’infertilité n’est pas une fatalité du SOPK. Mais si vous en arrivez à ce stade, il existe des solutions pour vous permettre de tomber enceinte : la stimulation de vos ovaires (induction à l’ovulation), la chirurgie ovarienne par drilling (multi-perforation de l’ovaire) et en dernier recours la fécondation in vitro.

FAQ

Qui consulter en cas de syndrome des ovaires polykystiques ?

Si vous avez des doutes, nous vous recommandons de consulter un gynécologue pour établir un premier diagnostic puis, si le syndrome est confirmé, entamer un suivi régulier.
Pour compléter, vous pouvez consulter un endocrinologue qui est spécialiste des hormones. Enfin, si vous en ressentez le besoin, vous pouvez faire appel à un psychologue.

Comment consulter rapidement un médecin sans RDV ?

Pour un rendez-vous rapide, sans quitter votre domicile, vous pouvez téléconsulter. Qare offre un accès facile au professionnel de santé dont vous avez besoin, où que vous soyez, 7j/7. Il vous suffit de prendre rendez-vous en ligne, la téléconsultation est prise en charge par la sécurité sociale.