Diabète gestationnel : comment gérer cette maladie de la grossesse ?

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Demandez conseil à un professionnel

Des sages-femmes et des gynécologues sont disponibles en téléconsultation : posez vos questions sans vous déplacer !

Consultation remboursable par l’Assurance Maladie avec le tiers payant.

Prendre RDV

Maladie liée à la grossesse, le diabète gestationnel correspond à une augmentation de la glycémie. Son diagnostic et sa prise en charge doivent être réalisés suffisamment tôt, afin d’en réduire les conséquences potentielles. L’équipe médicale de Qare vous explique tout ce que vous devez savoir sur le diabète de la grossesse.

Le diabète gestationnel, qu’est-ce que c’est ?

Le diabète gestationnel, également appelé diabète de grossesse, désigne un trouble de la tolérance au sucre, qui provoque une augmentation de la glycémie plus ou moins importante (quantité de sucre dans le sang).

Plusieurs éléments à noter concernant cette maladie de la grossesse :

  • L’apparition de ce trouble regroupe les femmes dont le diabète était inconnu jusqu’alors et révélé par la grossesse ou celles qui le développent uniquement quand elles sont enceintes.
  • Le diabète gestationnel apparaît au cours de la grossesse. Il se distingue du diabète prégestationnel qui était déjà là avant que la femme ne soit enceinte.
  • Cette maladie de la grossesse est bien prise en charge et dans la grande majorité des cas, les femmes qui en souffrent donnent naissance à des enfants en parfaite santé.
  • Selon l’Assurance maladie, le diabète gestationnel concerne 8% des grossesses en France (chiffre 2012).

Quand commence le diabète gestationnel ?

Le diabète gestationnel est une anomalie dite transitoire, c’est-à-dire qu’elle débute pendant la grossesse (généralement entre la 24e et la 28e semaine) et disparaît après l’accouchement. Il arrive toutefois que certaines femmes développent un diabète plus tôt pendant leur grossesse.

Le diabète gestationnel peut-il disparaître pendant la grossesse ?

Si le diabète gestationnel est pris en charge tôt, et que la patiente suit de manière assidue les consignes alimentaires et de mode de vie données par l’équipe médicale qui la suit, il arrive parfois que les glycémies se stabilisent parfaitement.

Ce n’est pas toujours le cas, certaines femmes pourtant très motivées et suivant les consignes, gardent des glycémies parfois limites, nécessitant une surveillance jusqu’à l’accouchement.

Posez toutes vos questions à un professionnel

Des gynécologues et des sages-femmes sont disponibles pour vous renseigner. Prenez RDV en ligne dès maintenant.

Est-ce grave de faire du diabète gestationnel ?

Le diabète gestationnel peut effectivement avoir des conséquences chez la future mère, mais également chez le bébé à naître.

Du côté de la femme enceinte, les conséquences du diabète gestationnel peuvent se traduire par :

  • Un changement strict dans son alimentation, ce qui peut être très contraignant selon les habitudes alimentaires habituelles, ce qui provoque donc un stress.
  • Un risque de récidive pour les grossesses ultérieures, ainsi que le risque de développer un diabète à distance de la grossesse (surtout s’il existe des antécédents familiaux de diabète connus).

Du côté du bébé, les conséquences du diabète gestationnel peuvent se traduire par :

  • Un poids important à la naissance, supérieur à 4 kg (macrosomie fœtale), ce qui entraîne une augmentation du risque d’accoucher prématurément ;
  • Une difficulté à maintenir des glycémies dans la norme à la naissance (hypoglycémies) ;
  • Un risque plus élevé d’être atteint de diabète de type 2 au cours de la vie.

Quel est le taux de glycémie normal chez la femme enceinte ?

Le taux de glycémie à jeun chez une femme enceinte doit être inférieur à 0,92 g/L.

Causes et facteurs de risque

Qu’est-ce qui provoque le diabète gestationnel ?

Il est important de noter que la grossesse est diabétogène par nature. L’équilibre hormonal qu’elle entraîne requiert une plus grande quantité en insuline (hormone produite par le pancréas en charge de diminuer le taux de sucre dans le sang).

Or chez certaines femmes, le pancréas ne parvient pas à répondre à la demande plus élevée d’insuline. Le glucose commence alors à s’accumuler dans le sang, et les cellules qui en ont besoin s’affaiblissent. C’est le phénomène du diabète gestationnel.

Bon à savoir : on observe que dans certains cas, le diabète était déjà présent avant la grossesse, mais asymptomatique. La découverte de l’hyperglycémie désigne alors un diabète de type 2 déjà existant et méconnu.

Quels sont les facteurs de risque ?

Comme c’est le cas dans l’apparition de nombreuses maladies, on note que certains facteurs augmentent les risques de développer un diabète gestationnel. Parmi eux :

  • Un surpoids (souvent accompagné d’un manque d’activité physique et d’une sédentarité) ;
  • Un âge avancé (plus de 35 ans) ;
  • Des antécédents de diabète (lors d’une précédente grossesse ou chez l’un des membres de la famille au premier degré) ;
  • Des antécédents gynécologiques et obstétricaux (avoir donné naissance à un « gros » bébé par le passé ou être atteinte du syndrome des ovaires polykystiques).

Vous avez des symptômes ?

Consultez un gynécologue ou une sage-femme et recevez une ordonnance si nécessaire.

Quels sont les symptômes du diabète gestationnel ?

La plupart du temps, le diabète gestationnel est asymptomatique. Les manifestations qu’il entraîne étant parfois sensiblement similaires à celles de la grossesse (envie fréquente d’uriner, fatigue importante, soif intense, nausées), il passe donc inaperçu.

C’est pour cette raison que la présence de sucre dans les urines est recherchée dès la première consultation prénatale, lors de laquelle est également prescrit un test sanguin (la glycémie à jeûn).

La présence de sucre dans les urines sera recherchée tout long de la grossesse à l’occasion du suivi mensuel de la femme enceinte.

Diagnostic et traitement

Le dépistage, ainsi que le traitement en cas de diagnostic de diabète gestationnel sont très importants. Ils permettent de réduire les risques de complications pour la mère et l’enfant à naître.

Comment diagnostiquer le diabète gestationnel ?

Lors de chaque consultation mensuelle d’une femme enceinte, une recherche de sucre dans les urines par bandelette est réalisée. Si le résultat est positif, le gynécologue ou la sage-femme prescrivent alors un test pour dépister le diabète gestationnel.

Il s’agit d’un dosage sanguin de la glycémie, qui peut être suivi d’une hyperglycémie provoquée par voie orale (HGPO). Ce dépistage est prescrit de manière orientée, selon certains critères :

  • Âge supérieur à 35 ans ;
  • Antécédent de diabète gestationnel ou de macrosomie lors de grossesse précédente ;
  • Découverte d’une macrosomie fœtale lors d’une échographie ;
  • Une prise de poids excessive ;
  • Antécédents familiaux au 1er degré de diabète.

Comment traiter le diabète gestationnel ?

En cas de diagnostic confirmé de diabète gestationnel, le traitement est généralement assuré par une équipe pluridisciplinaire composée d’un médecin obstétricien, d’une infirmière spécialisée en diabète et d’un médecin endocrinologue.

Les axes du traitement sont multiples :

  • Une activité physique régulière, qui favorise la régulation de la glycémie ;
  • Des conseils diététiques édictés au cas par cas (alimentation équilibrée) ;
  • Si après 10 jours de régime hygiéno-diététique, la glycémie ne se normalise pas, un traitement par insuline (biothérapie) ;
  • Dès le diagnostic d’un diabète gestationnel, il vous sera demandé de contrôler vos glycémies 4 fois par jour, afin de voir si les mesures alimentaires et les changements de votre mode de vie sont efficaces.

En cas de traitement par insuline, l’autosurveillance glycémique est indispensable. Elle consiste à contrôler soi-même son taux glycémique à jeun, deux heures après le repas en général. Ce processus est personnalisé et doit impérativement être encadré par les conseils d’un médecin.

Diabète gestationnel et alimentation

Si vous souffrez de diabète gestationnel, sachez que l’alimentation joue un rôle essentiel dans son évolution. En temps normal, consommer des aliments à indice glycémique élevé n’est pas recommandé, mais ses effets n’impactent que votre santé. En revanche, lorsque vous êtes enceinte, votre bébé est directement concerné.

Ne restez pas seule avec vos questions

Téléconsultez un professionnel dans la journée. Disponibilité 7J/7, de 6h à minuit.

Quels aliments manger en cas de diabète gestationnel ?

Le régime recommandé pour une femme atteinte de diabète gestationnel repose principalement sur la consommation d’aliments à faible indice glycémique.

Au départ, vous vous demandez certainement quel pain allez-vous pouvoir manger ? Quelle collation ? Quel fromage ? Quelle boisson ? Quel fruit ?… Pas de panique, vous êtes tout de même autorisée à manger un grand nombre d’aliments. Parmi eux :

  • Le quinoa ;
  • Le pain aux céréales, le pain complet, en quantité définie selon vos glycémies ;
  • La plupart des légumes secs et verts, les lentilles, les pois chiches, les petits pois, les fèves ;
  • La plupart des fruits frais, comme les pamplemousses, les pommes, les oranges, les poires…
  • Les œufs ;
  • La dinde ou le poulet ;
  • Les sardines, le saumon, le thon ;
  • Les graisses insaturées, idéales pour assaisonner, comme l’huile de graine de chia, de maïs, d’arachide, de tournesol…
  • Les féculents, à base de farine complète, ont un indice glycémique plus faible et sont donc à privilégier. À savoir qu’il est important de les associer à une quantité équivalente de légumes au cours d’un repas.

Votre médecin gynécologue ou le/la diététicien(ne) que vous consulterez vous dressera une liste complète des aliments que vous pouvez manger.

À noter pour les gourmandes : amatrices de pâtisseries, vous rêvez d’un gâteau au chocolat mais souffrez de diabète gestationnel ? Il est tout à fait possible de trouver des recettes sans sucre et tout à fait délicieuses.

Quels aliments éviter en cas de diabète gestationnel ?

De manière tout à fait logique, lorsque le taux de sucre dans le sang est trop important, celui-ci doit être limité au maximum. Pour ce faire, faites l’impasse sur les produits sucrés, transformés et raffinés, comme les sucreries, les sodas, les gâteaux et pâtisseries, les jus de fruits industriels

Il en va de même pour les féculents type pain blanc, riz blanc, pomme de terre ou pâtes blanches qui présentent un indice glycémique trop élevé.

Foire aux questions

Quel aliment fait baisser le taux de sucre dans le sang ?

Certains aliments, de par leur faible indice glycémique, font naturellement baisser le taux de sucre dans le sang. Parmi eux : le citron, la cannelle, le gingembre, l’aubergine, les fèves de soja…

Dans la catégorie des maladies de la femme enceinte :