Hyperphagie boulimique : quand manger ne devient plus un plaisir

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Libérez votre parole, un psychologue est à votre écoute depuis chez vous

Mettez fin à vos troubles alimentaires avec l’aide d’un spécialiste

Téléconsultez un médecin ou u psychologue 6h à 1h 7j / 7

Parler à un psychologue

Difficile de s’y retrouver entre la boulimie, l’hyperphagie, ou simples moments de stress qui vous poussent à compenser avec notre désormais fameuse:  tablette de chocolat réconfortante. L’équipe de Qare vous donne toutes les clefs pour reconnaitre la pulsion liée à l’anxiété, du véritable trouble psychologique qui peut vous handicaper. En effet, l’hyperphagie boulimique peut sembler anodine pour les non-initiés, cependant elle engendre de véritables souffrances au quotidien pour celui qui, submergé par la honte, en est atteint.

Hyperphagie boulimique définition (def)

Définition

L’hyperphagie est l’un des Troubles de la Conduite Alimentaire (TCA) les moins connus. Et pour cause, elle a fait l’objet d’une découverte plus récente, et n’a été décrite et référencée comme étant dans le DSM-5 (Manuel Diagnostique et Statistique des troubles mentaux) qu’en 2012.
L’hyperphagie est aussi appelée hyperphagie boulimique, puisqu’il s’agit de véritables crises de boulimie, sans mécanisme compensatoire. Ces crises sont des pulsions, où vous perdez le contrôle et pouvez manger de très importantes quantités de nourriture, sans faim ni besoin physiologique ou métabolique.

A la différence de la boulimie, vous ne mettez pas en place des systèmes pour compenser ce bol alimentaire excessivement élevé, ce qui explique que les personnes atteintes d’hyperphagie sont en majorité sujettes au surpoids et à l’obésité. Les mécanismes compensatoires ne sont pas uniquement représentés par le vomissement, ils peuvent être liés à la prise de laxatifs, à une activité sportive très élevée pour éliminer les crises, ou encore à un jeûne.

Quels sont les symptômes de l’hyperphagie boulimique?

Si vous pensez vous reconnaître dans cette définition, voici de manière plus précise les symptômes et critères permettant l’identification de ce trouble. Cependant, il est important de consulter un médecin pour qu’il pose un réel diagnostic : il sera plus à même non seulement d’identifier le problème, mais surtout de vous proposer des traitements pour vous en sortir. Ces TCA évoluent en silence et vous isolent peu à peu du monde qui vous entoure : ne la laissez pas gagner !

Voici quelques principaux signes qui pourraient vous mettre sur la voie :

  • Crises, véritables orgies alimentaires où vous mangez des quantités importantes de nourriture dans un temps restreint
  • Fréquence des crises : une fois par semaine minimum, depuis au moins trois mois
  • Les pulsions de nourritures ont lieu lorsque vous êtes seul
  • Vous succombez à ces pulsions sans avoir faim ou envie de manger, et vous ne vous arrêtez que lorsque votre estomac est tendu et que vous ressentez un inconfort abdominal
  • Enfin : ces pulsions engendrent un profond mal-être, culpabilité, honte voire dégoût de vous-même

Comment savoir si on est hyperphagie boulimique ? causes et cause psychologique

Une cause essentiellement psychologique

Vous le sentez probablement, vous avez l’impression de compenser, voire de vous remplir. Ces crises sont frénétiques. La cause est donc tout à fait psychologique. Aucun symptôme métabolique, énergétique ou encore physique ne vous indique de manger. Ce n’est pas non plus de la gourmandise, vous le sentez : vous n’avez pas faim et vous ne mangerez pas forcément des aliments très appétissants. Il s’agit d’une véritable anxiété et détresse qui vous pousse à vous suralimenter, c’est plus fort que vous et vous ne pouvez pas le contrôler. Enfin, pour le moment.

Les crises ont lieu dans vos moments de solitude, ou bien après une atteinte affective, un épisode difficile dans la journée, ou une période de vie compliquée.
Dans un second temps , la cause devient hormonale puisque vous avez pour le moment biaisé votre « circuit de la récompense » ce qui crée une dépendance: lors de l’ingestion de nourriture, le corps sécrète de la dopamine, qui vous procure immédiatement une sensation de bien-être. Dans votre cas, vous avez fait croire à votre cerveau que manger permet de régler l’anxiété ou la souffrance que vous ressentez par une pulsion de nourriture, qui vous apportera cette dopamine.

C’est là que le cercle vicieux commence, mais il ne tient qu’à vous d’en sortir car c’est totalement réversible. Rendez-vous à la rubrique traitement afin de vous entourer au mieux et de réaliser ce qui vous paraît sans doute pour le moment être une prouesse !

Parlez de vos difficultés à un professionnel sans vous déplacer !

Des psychologues sont disponibles en vidéo de 6h à 1h 7j / 7.

 Le cas de l’hyperphagie nocturne

Nombreuses sont les personnes atteintes d’hyperphagie qui vivent des crises la nuit. Le terme d’hyperphagie nocturne se développe. En réalité, c’est tout à fait naturel lorsque vous souffrez de ce TCA d’avoir des crises nocturnes. Tout d’abord, l’angoisse et la solitude peuvent être plus importantes dans le silence de la nuit, quand le monde s’arrête et que vous vous trouvez seul, moment propice pour penser à toutes ces choses qui vous dérangent et vous livrent à vos angoisses. L’anxiété nocturne aussi peut être combattue.
Les crises s’effectuant à l’abri des regards, puisque la honte vous submerge, vous pouvez vous sentir plus en sécurité à succomber à ces pulsions la nuit.

Enfin, peut-être vous êtes-vous retenu dans la journée, et c’est le craquage nocturne face à tant de frustration accumulée.
En bref : ces grosses fringales nocturnes ne sont pas un facteur de gravité supplémentaire, elles peuvent faire partie de l’hyperphagie. Mais elles peuvent provoquer de la fatigue et de la somnolence diurne.

Les conséquences de l’hyperphagie boulimique

Deux grands types de conséquences se font sentir : somatiques (physiques) et psychologiques. Ce trouble est plus difficile à supporter qu’on ne le croit, ne restez pas isolés, vous verrez, votre entourage sera très certainement bien plus compréhensif que vous ne le croyez.

Sur le plan somatique, les conséquences directes sont principalement associées aux complications de la surcharge pondérale et de l’obésité :

  • diabète de type II
  • hypercholestérolémie
  • hypertension artérielle
  • maladies cardiaques
  • cancers…

C’est aussi dans la dimension psychologique que l’hyperphagie devient vicieuse. Ces crises d’hyperphagie vous procurent un sentiment de honte, augmenté bien entendu par les standards de minceur véhiculés par la société et la peur de se confronter au jugement des bien pensants sur vos crises alimentaires. Vous vous isolez, et développez petit à petit des états anxieux pouvant aller jusqu’à la dépression. Vous devenez plus fragile, et même plus à risque de consommer des substances illicites.

femme hyperphagie boulimique en dépression

Cette estime de soi basse et cette culpabilité ne font que vous écarter du monde et de la guérison. L’accueil des autres face à votre trouble sera à coup sûr compréhensif, et nombre de vos proches seront ravis de pouvoir vous soutenir. N’hésitez pas à les solliciter, à aller à la rencontre de professionnels formés pour vous aider, et briser ce cercle infernal très caractéristique de l’hyperphagie boulimique.

Traitements : comment guérir de l’hyperphagie ? Qui consulter ?

Quels sont les traitements

Le traitement de l’hyperphagie boulimique est pluridisciplinaire, tous les aspects doivent être pris en compte. Les conséquences physiques avec le surpoids et ses dérives, comme l’impact sur votre moral et vos émotions. Vous devez réussir à vous déculpabiliser, apprivoiser vos émotions. Vous avez peur du jugement des autres, mais pourquoi ne pas essayer d’abord de porter un regard bienveillant sur vous-même ? Nous sommes souvent beaucoup plus indulgents avec les autres qu’avec notre propre personne.
La prise en charge est donc triple : médicale, psychologique et nutritionnelle.

Rééquilibrez votre alimentation dès aujourd'hui et depuis chez vous !

Des nutritionnistes sont disponibles en vidéo de 6h à 1h 7j / 7.

Qui consulter en cas d’hyperphagie boulimique

Tout d’abord, il est important de cesser de croire que les traitements naturels et autres automédications pourraient vous permettre d’en sortir si vous constatez que la situation persiste. Les régimes à répétition ne font que vous frustrer davantage et aggraver les rechutes.
Vous l’avez compris, ce trouble ,par sa nature, vous pousse à l’isolement et vous empêche d’en parler et donc de trouver du soutien. Il n’y a aucune honte à avoir, ouvrez-vous et vous verrez, vous en serez soulagés.

C’est en vous adressant à plusieurs professionnels que vous réussirez à vous en débarrasser. Non seulement en reprenant de bonnes habitudes alimentaires grâce à un nutritionniste ou diététicien qui connaît les recettes qui vous donneront à nouveau l’envie de bien manger. Ce plaisir de la dégustation retrouvé vous fera beaucoup de bien.

Mais aussi : les psychiatres et psychologues qui établiront une thérapie adaptée en fonction de vos besoins. Elle peut revêtir plusieurs formes : thérapie comportementale, EMDR (qui peut être très efficace), thérapie cognitive, et même hypnose en complément… Vous avez l’embarras du choix et pouvez simplement tester différentes méthodes pour identifier celles qui fonctionnent le mieux pour vous.

L’entourage aide : qu’il soit familial, amical ou même à travers de groupe de parole et de soutien, ce sera une corde de plus à votre arc.

Pour en apprendre plus dans cette catégorie :