Manque de confiance en soi : comment oser s’affirmer ?

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Vous souffrez d’un manque de confiance en vous ?

Faites-vous aider en téléconsultant un psychologue dès aujourd’hui. Décrivez lui votre situation et recevez un premier diagnostic. Disponibilités 7j/7, de 6h à 1h.

Démarrez la consultation

Lorsque l’on manque de confiance en soi, l’adage « qui ne tente rien n’a rien » résonne comme une triste réalité. La confiance en soi est la force qui nous pousse à agir, à sortir de notre zone de confort pour atteindre nos objectifs. Sans ce moteur, on passe à côté de notre potentiel encore inexploité. Bien heureusement, le manque de confiance en soi n’est pas une fatalité. Notre confiance fluctue avec le temps et en fonction de l’estime que l’on se porte. Comment savoir si l’on manque de confiance en soi ? Quelles en sont les causes ? Comment renforcer son estime de soi ? Chez Qare, on vous délivre tous nos conseils pour oser s’affirmer.

Le manque de confiance en soi est souvent considéré comme un des maux du siècle. En 2018, un département de recherches statistiques a interrogé 753 français âgés de 18 à 30 ans sur ce sujet. Les réponses indiquent que 50% des personnes sondées ont déclaré ne pas avoir confiance en elles.

Qu’est-ce que le manque de confiance en soi ?

Manque de confiance en soi : définition

La confiance en soi est le fait de croire en notre capacité à agir face à une situation. Elle se traduit par le fait de constater à un instant donné que l’on a les ressources nécessaires pour affronter une situation à venir. Elle prend racine dans l’opinion que l’on a de nous et dans nos expériences passées.

Lorsqu’on a une faible confiance en soi, on ressent une difficulté à passer à l’action car on a l’impression de ne pas être à la hauteur face à ce qui nous attend. Que la situation future concerne le couple, le travail ou un projet personnel, on a l’impression que l’on n’est pas capable de la surmonter.

Le manque de confiance en soi est donc lié à la peur d’échouer face à un objectif. Cette peur provoque un bouquet d’émotions parfois très désagréables qui nous poussent vers le repli, la fuite ou même la dépression.

Confiance en soi et estime de soi quel est le lien ?

Le psychologue William James a été le premier à conceptualiser l’estime de soi en 1890. Ayant un rôle essentiel sur la formation de son identité, l’estime de soi se définit comme le regard que l’on porte sur nous-même. Il s’agit de notre propre perception de qui l’on est. C’est la façon dont on juge nos forces et nos faiblesses par rapport à notre grille de valeurs.

L’estime de soi est donc la mesure de ce que l’on pense valoir par rapport au monde. Si l’on souffre d’un trouble de l’estime de soi, on a tendance à penser que l’on vaut moins que les autres. Avoir une “bonne estime de soi” signifie donc avoir une juste estime de soi, une bonne connaissance de nos points forts et faibles.

Notre confiance en soi puise sa force dans l’estime de soi. C’est parce que l’on perçoit nos qualités à leur juste valeur que l’on se sent apte à affronter une situation nouvelle. Le manque de confiance en soi survient donc plus facilement si l’on a une faible estime de soi.

A l’inverse, un enchaînement d’expériences vécues comme étant des échecs peut provoquer une baisse de l’estime de soi.

Quels sont les causes du manque de confiance en soi ?

Une estime de soi fragilisée par son enfance

Les fondations de notre estime de soi se construisent durant l’enfance. Selon le contexte familial et le regard porté sur l’enfant, ce dernier va structurer son image de soi de façon positive ou négative.

Selon la psychopédagogie, nous renforçons ce sur quoi nous centrons notre attention. Si un enfant a reçu une majorité de marques d’attentions négatives, il va associer cela à un manque d’amour de la part de ses parents. Les fondements de son estime de soi vont donc être fragilisés.

Parmi les autres éléments pouvant ébranler l’estime de soi durant l’enfance, on retrouve :

  • Un sentiment de rejet vécu par l’enfant
  • Un manque d’intérêt des parents perçu par l’enfant
  • Un traumatisme vécu
  • Un environnement insécurisant
  • Un parent dysfonctionnel entretenant une relation toxique avec l’enfant
  • Un parent qui exerce trop de contrôle sur l’enfant
  • Des violences physiques ou sexuelles

Lorsqu’un enfant subit ce type de situation, les séquelles psychologiques s’imprègnent dans le temps. Il grandit en intégrant la croyance qu’il n’a pas ou peu de valeur et se sent inadapté.

Pour contrer ses émotions négatives, son inconscient va développer des mécanismes de défense comme l’isolement ou la fuite. Sa confiance en lui est mise à mal.

Un manque de confiance en soi lié à l’inaction

Au-delà de l’estime de soi, la confiance en soi trouve sa force dans nos expériences passées. C’est parce que l’on a déjà réussi certains objectifs que l’on a confiance dans le fait de réussir notre prochain objectif.

Dans le cas où nous traversons une phase d’immobilisme prolongée, notre confiance en nous s’affaiblit. Il est donc important de rester dans l’action et le mouvement autant que possible.

Vous n'êtes pas seul(e)

Des psychologues peuvent vous aider à reprendre confiance en vous dès aujourd’hui. Disponibilités de 6h à 1h 7j / 7.

Quels sont les signes d’un manque de confiance en soi ?

Manque de confiance en soi : les symptômes ressentis

Si vous n’avez pas confiance en vous, votre vie est teintée d’émotions et de sensations qui peuvent être difficiles à vivre sur le long terme. On retrouve :

  • Le sentiment d’être incompris
  • La sensation de ne pas être aimé
  • L’impression d’être inférieur aux autres
  • Le sentiment de culpabilité face à votre immobilisme
  • La peur du regard des autres
  • La peur de la critique

Comportements traduisant un manque de confiance en soi

En cas de déficit de confiance en soi, notre inconscient met en place diverses stratégies de défenses pour éviter d’être submergé par les émotions liées à la peur d’agir. Parmi elles on retrouve :

  • Difficulté à prendre une décision
  • Procrastination pour retarder le passage à l’action
  • Paralysie face à l’action
  • Attitude fuyante
  • Stratégie d’évitement
  • Repli sur soi
  • Comportement autodestructeur

En cas de symptômes, parlez-en à un psychologue

Des psychologues sont disponibles depuis chez vous de 6h à 1h 7j / 7.

Quelles sont les conséquences d’un manque de confiance en soi ?

Le manque de confiance en soi impacte tous les domaines de notre vie, jusqu’à altérer notre santé mentale.

L’apparition d’un trouble psychologique

Des dysfonctionnements peuvent apparaître comme le syndrome de Peter Pan. Il se caractérise par le refus de grandir et la peur des responsabilités liées à l’âge adulte.

Un profond manque de confiance en soi peut à long terme engendrer un trouble dépressif, de l’anxiété, des crises d’angoisse ou encore des troubles phobiques comme une phobie sociale.

Enfin, il y a un risque accru de dépendance ou de comportements addictifs chez les personnes ayant une faible estime de soi.

Des difficultés en amour

Étant plus influençables, les personnes ayant un manque de confiance en elles sont la proie des manipulateurs. On peut donc se retrouver plus facilement en couple avec une personne mal intentionnée ou sous l’emprise d’une perversion narcissique. On aura d’autant plus de mal à s’en extraire du fait de notre incapacité à agir.

Au-delà de ce risque, le fait de rencontrer de nouvelles personnes et d’engager une discussion n’est pas une mince affaire pour une personne qui manque de confiance en elle. Beaucoup préfèrent donc abandonner l’idée. De ce fait, on se ferme aux opportunités d’une possible belle histoire.

Un potentiel non exploité au travail

Le manque de confiance en soi au travail est un véritable frein à notre carrière. Ce déficit nous pousse à rester dans notre zone de confort.

Alors qu’un nouveau projet intéressant se profile, on va préférer ne pas se manifester par peur d’échouer. Lors des réunions, par peur d’être jugé, on fait preuve de tellement de discrétion qu’il est difficile pour nos supérieurs et nos collègues de percevoir notre valeur.

Les années passent sans que l’on n’exploite notre véritable potentiel.

Vous traversez une période difficile ?

Des psychologues sont à l’écoute dès aujourd’hui en vidéo de 6h à 1h 7j / 7.

Comment déceler un trouble de l’estime de soi ?

L’échelle d’estime de soi de Rosenberg

Pour connaître votre degré d’amour propre, vous pouvez réaliser le test d’estime de soi de Rosenberg. Depuis sa publication, ce questionnaire est devenu un outil de référence.

Psychologue social au Etats-Unis, Morris Rosenberg a publié cet instrument de mesure en 1965 afin de permettre de capter la perception que l’on a de notre valeur. Il s’agit d’un questionnaire de 10 items. Selon vos réponses vous obtenez un score vous indiquant votre degré d’estime de soi.

Le diagnostic psychologique

Si vous vous retrouvez dans le portrait dressé plus haut, nous vous recommandons de consulter un psychologue. C’est le professionnel de santé le plus efficace pour détecter rapidement ce type de problématiques liées à l’affirmation de soi. Il pourra ensuite vous proposer un suivi afin de renforcer votre estime.

Comment renforcer sa confiance en soi ?

Avoir confiance en soi est la clé pour atteindre vos buts et obtenir ce que vous désirez dans la vie. Il existe des solutions concrètes pour améliorer votre confiance et l’opinion que vous vous portez. Faire ce travail c’est vous permettre de vivre la meilleure version de votre vie.

Travailler l’estime de soi en thérapie

Le suivi psychologique est la solution la plus efficace pour travailler votre confiance en vous en profondeur. Le psychologue fait preuve d’objectivité et est extérieur à votre vie, cela aide à se livrer. Le travail que vous effectuez avec lui permet d’enclencher les prises de conscience nécessaires pour améliorer l’opinion de vous-même.

Modifier son dialogue intérieur

Prêtez attention à la façon dont vous parlez de vous-même. Vous seriez surpris de voir le nombre de marques négatives que vous vous attribuez quotidiennement.

Lorsque vous vous surprenez à vous dire « je suis nul », « je n’y arriverai jamais », « je ne suis pas assez… », reprenez-vous, soutenez-vous et octroyez-vous de la douceur.

Posez-vous cette question : « Pourrais-je tenir ce discours à un ami ? », cela vous aidera à faire preuve de bienveillance envers vous-même.

Apprendre à s’aimer tel que l’on est

Votre valeur est intrinsèque, elle ne se mesure pas à vos réussites. Il est important de s’accorder de l’amour dans les bons moments comme dans l’échec. Ce dernier fait d’ailleurs partie intégrante de la réussite.

Gardez en tête qu’on ne peut pas plaire à tout le monde, mais on peut apprendre à s’apprécier. Pour cela, vous pouvez répéter chaque jour des affirmations positives en vous regardant devant le miroir. Cette technique s’appuie sur un de nos biais cognitifs : l’effet de simple exposition. Cela implique que plus nous sommes exposés à un message, plus nous l’intégrons comme une vérité.

En parallèle de cet exercice, il est important de prendre soin de vous. Réservez des moments dans votre emploi du temps dédiés à votre bien être et votre plaisir.

Sortir de la comparaison excessive

Une habitude toxique pour la confiance que l’on se porte est le fait de se comparer constamment aux autres. Chaque personne a sa propre histoire. Nous n’avons donc pas tous traversé les mêmes épreuves.

Alors si vous souhaitez prendre un point de repère comparatif, comparez-vous à vous-même il y a un an. C’est la mesure la plus efficace et juste pour constater votre évolution.

Se donner des objectifs réalisables

Dans son livre L’Effet Cumulé, Darren Hardy explique qu’une légère modification dans vos habitudes impacte significativement le cours de votre vie. Il illustre sa théorie en expliquant que lorsqu’un avion décolle avec une trajectoire modifiée d’1%, au moment de l’atterrissage l’avion aura dévié de 240 km.

Si vous manquez de confiance en vous, utilisez cette méthode des petits pas. Par exemple, si vous avez peur de parler en public, lancez-vous le défi de poser une question lors d’une réunion de travail. Ce point de départ pourrait bien vous amener à réaliser une conférence d’ici quelques années !

Se féliciter du chemin parcouru

Il est important de se féliciter pour chaque petite victoire. Vous pouvez tenir un carnet de bord pour suivre votre évolution et y noter la liste de vos succès.

Pensez à la lire régulièrement et dès que votre moral est en berne. Cette liste est là pour vous rappeler tout ce que vous avez déjà accompli !

N’oubliez pas, l’océan des possibles s’offre à vous dès lors que vous croyez en votre potentiel.