Placenta prævia : quelles sont les causes et comment le traiter ?

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Demandez conseil à un professionnel

Des sages-femmes et des gynécologues sont disponibles en téléconsultation : posez vos questions sans vous déplacer !

Consultation remboursable par l’Assurance Maladie.

Prendre RDV

Le placenta praevia est une anomalie de la grossesse qui concerne 1 accouchement sur 250. Il est lié à un mauvais positionnement du placenta et se manifeste par des saignements, souvent bénins, qui surviennent à partir du 2ème trimestre de la grossesse. Quelles sont les causes de cette pathologie ? Comment la traite-t-on ? L’équipe médicale de Qare vous répond.

Qu’est-ce que le placenta prævia ?

Le rôle du placenta au cours de la grossesse

Le placenta est un organe éphémère qui se développe dans l’utérus pendant la grossesse et s’expulse au moment de l’accouchement (on parle de “délivrance” qui survient maximum 30 minutes après la naissance du bébé). Il sert aux multiples échanges materno-fœtaux, c’est-à-dire entre la future mère et son enfant à naître. 

Via le cordon ombilical, le placenta :

  • Puise de l’oxygène et des nutriments dans le sang de la mère pour les transmettre au fœtus ;
  • Évacue les déchets produits par le bébé (dioxyde de carbone, urée…) dans le sang maternel ;
  • Assure un rôle de barrière protectrice  contre certaines substances ou microbes qui peuvent parfois franchir la barrière placentaire et avoir des conséquences néfastes sur le développement du foetus 
  • Produit des hormones essentielles au bon déroulement de la grossesse et de l’accouchement.

En ce qui concerne son apparence, il a la forme d’un disque (ou d’une grosse galette) qui mesure entre 18 à 20 cm de diamètre pour 4 à 5 cm d’épaisseur à terme. Il est constitué de veines et d’artères, ce qui lui donne une couleur rouge. On le retrouve généralement dans la partie supérieure de l’utérus, au fond (on parle alors de placenta fundique), du côté du ventre (placenta antérieur) ou du dos (placenta postérieur).

Ces positions normales sont évolutives (un placenta un peu bas peut par exemple remonter en fin de grossesse. Un problème peut cependant se poser lorsque le placenta se trouve dans la partie inférieure de l’utérus, à proximité du col, on parle alors de placenta praevia.

Dans quel cas parle-t-on de placenta prævia ?

Le placenta praevia est une pathologie de la grossesse définie par :

  • Un positionnement du placenta dans la partie inférieure de l’utérus, venant recouvrir partiellement ou complètement le col ;
  • Un diagnostic lors des échographies anténatales et/ou devant des saignements maternels (plus ou moins abondants et non douloureux), survenant à partir du second trimestre de la grossesse.

Ce trouble concerne environ 2% des femmes enceintes pendant le second trimestre. Il est le plus souvent bénin, mais peut entraîner des complications dans certains cas, comme une rupture ou un décollement du placenta et une hémorragie. Des saignements pendant la grossesse doivent donc être signalés dès que possible à un professionnel de santé, afin d’adapter la prise en charge.

On distingue 3 types de placenta prævia

  • Recouvrant (ou central), qui recouvre totalement ou partiellement l’orifice interne du col de l’utérus ;
  • Marginal, qui atteint l’orifice interne mais ne le recouvre pas ;
  • Latéral (dit bas inséré ou pariétal) qui se situe sur le segment inférieur mais n’atteint pas l’entrée du col de l’utérus.

À savoir : le placenta prævia ne s’accompagne pas toujours de saignements. Dans cette situation, le développement du fœtus et la santé de la mère ne sont généralement pas à risque 

Posez toutes vos questions à un professionnel

Des gynécologues et des sages-femmes sont disponibles pour vous renseigner. Prenez RDV en ligne dès maintenant.

Qu’est-ce qui peut provoquer un placenta prævia ?

Plusieurs facteurs expliquent que certaines femmes ont plus de risques d’avoir un placenta prævia que les autres. Parmi eux :

  • Une grossesse multiple (jumeaux, triplés…) ;
  • Un antécédent de grossesse multiple ;
  • Un antécédent de naissance par césarienne ;
  • Les anomalies utérines (comme des fibromes) ;
  • L’âge de la mère (plus il est avancé et plus le risque augmente) ;
  • Le tabagisme.

Quand on présente une ou plusieurs de ces caractéristiques, tout saignement inexpliqué doit donc inspirer la prudence et être signalé à un professionnel de santé, qu’il s’agisse d’une sage-femme ou d’un médecin. Une échographie permet de confirmer le diagnostic et d’anticiper les éventuelles complications liées à cette pathologie.

Comment traite-t-on le placenta prævia ?

Quelles sont les conséquences d’un placenta anormalement positionné sur la grossesse et l’accouchement ?

Un placenta positionné de manière anormale, c’est-à-dire dans la partie inférieure plutôt que dans la partie supérieure de l’utérus, peut causer des complications pendant la grossesse et au moment de l’accouchement.

Il peut ainsi causer une hémorragie (parfois importante), un positionnement anormal du fœtus, un retard de croissance, une rupture prématurée des membranes (RPDM), une obstruction du col de l’utérus empêchant un accouchement par voie basse (on parle de vasa prævia si les vaisseaux placentaires foetaux se situent sur le col).

Dans le cas où la mère a déjà eu un accouchement par césarienne, un placenta prævia favorise le risque de placenta accreta. Il s’agit d’une complication rare mais potentiellement grave définie par un placenta fermement attaché à la paroi utérine maternelle (le risque d’hémorragie lors de l’accouchement est très important).

Le traitement du placenta prævia

Dans la plupart des cas, un placenta prævia se résout de lui-même avant l’accouchement en “remontant” vers la partie supérieure de l’utérus. Sinon, il reste associé à une augmentation des risques maternels et/ou foetaux et doit donc être pris en charge dès les premiers signes. Des saignements survenant pendant le 2ème trimestre doivent être signalés rapidement au professionnel de santé qui suit la grossesse

La prise en charge diffère selon la situation. Avant la 36ème semaine de grossesse (38ème semaine d’aménorrhée ou SA) et si les saignements sont peu abondants, la future mère est généralement hospitalisée pour surveillance et doit réduire son activité physique jusqu’à ce qu’elle n’ait plus de symptômes. Si les saignements persistent, son hospitalisation se poursuit, parfois jusqu’à l’accouchement.

Si les saignements s’arrêtent et qu’il n’y a pas de contractions, l’accouchement peut être déclenché vers la 36ème ou la 37ème semaine de grossesse. En cas de poursuite des saignements, de rythme cardiaque anormal du fœtus ou de baisse de tension trop importante chez la future mère (due à une anémie par exemple), un accouchement par césarienne est pratiqué.

Ôtez-vous d'un doute !

Prenez le temps d’échanger avec une sage-femme ou un gynécologue en vidéo, partagez-lui vos craintes et posez-lui vos questions.

Foire aux question 

Est-ce qu’un placenta prævia peut remonter ?

Un placenta bas inséré ou un placenta praevia peuvent remonter spontanément jusqu’à la 32ème semaine de grossesse (34 SA). Aucune action n’est alors nécessaire mais les recommandations médicales prônent le repos (on évite notamment les trajets en voiture). 

Le placenta prævia donne-t-il toujours lieu à une césarienne ?

Cela n’est pas systématique. Si le placenta n’est pas recouvrant et s’il se trouve à plus de 1,5 cm de l’orifice du col, un accouchement par voie basse reste envisageable.

Cependant, en cas de retentissement foetal et/ou maternel, un accouchement par césarienne est réalisé à partir de la 36ème semaine de grossesse (38 SA).