IVG chirurgicale (avortement) : délais en France, déroulement et démarches

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Vous avez des questions sur l’IVG chirurgicale ?

Des médecins généralistes, des sages-femmes et des gynécologues sont disponibles sur Qare pour vous accompagner.

Consultation remboursable par l’Assurance maladie.

Voir les disponibilités

Une Interruption volontaire de grossesse (IVG) peut être réalisée de manière chirurgicale. Quels sont les délais à respecter pour la réaliser ? Comment se déroule l’intervention ? Qui consulter pour une IVG ? Et où prendre RDV ? On fait le point avec l’équipe médicale de Qare.

Qu’est-ce qu’une IVG chirurgicale ? (définition)

Une Interruption volontaire de grossesse (IVG) chirurgicale, aussi appelée IVG instrumentale, est un acte médical qui consiste à dilater le col de l’utérus, afin d’évacuer le contenu utérin par aspiration.

Plusieurs choses à retenir :

  • L’IVG chirurgicale fait partie des méthodes utilisées en France pour interrompre une grossesse, avec l’IVG médicamenteuse.
  • L’intervention peut être réalisée dans un établissement de santé, mais également dans certains centres de santé ou de planification familiale.
  • Le délai à respecter pour une IVG chirurgicale a été allongé en mars 2022, tout comme celui de l’IVG médicamenteuse.

Quels sont les délais en France pour pratiquer une IVG chirurgicale ?

En France, le délai légal pour réaliser une IVG chirurgicale s’étend jusqu’à la fin de la 14e semaine de grossesse, soit 16 semaines après le début des dernières règles (semaines d’aménorrhée).

Ce délai a été allongé en mars 2022. Il était initialement de 12 semaines de grossesse, soit 14 semaines après le début des dernières règles.

IVG chirurgicale et IVG médicamenteuse : quelles différences ?

Une IVG chirurgicale est, comme son nom l’indique, une intervention chirurgicale. Elle nécessite une anesthésie, locale ou générale.

L’IVG médicamenteuse consiste en une prise successive de deux médicaments, connue du grand public sous le nom de « pilule abortive ». Elle ne nécessite pas d’opération ni d’anesthésie.

Si vous souhaitez pratiquer une IVG, le médecin ou la sage-femme que vous consulterez vous informera sur les spécificités et les risques de chacune d’entre elles, pour vous permettre de choisir celle qui vous convient le mieux.

Besoin d'informations sur l'IVG chirurgicale?

Téléconsultez un médecin généralisteune sage-femme ou un gynécologue sur Qare. Disponibilités 7J/7, de 6h à minuit.

Quels sont les avantages et les inconvénients à choisir l’IVG chirurgicale ?

Tout comme l’IVG médicamenteuse, l’IVG chirurgicale présente des avantages, comme des inconvénients, qu’il est important de connaître avant de se décider.

Lors de la consultation préalable à l’IVG, le médecin expose les risques, ainsi que les éléments à connaître pour prendre votre décision en pleine conscience.

Les avantages de l’IVG chirurgicale :

  • Rapide ;
  • Échec très rare (99% de taux de réussite) ;
  • Possible jusqu’à 16 semaines d’aménorrhée.

Les inconvénients de l’IVG chirurgicale :

  • Méthode chirurgicale, donc invasive ;
  • Nécessite une anesthésie (locale ou générale), ainsi qu’une hospitalisation en ambulatoire d’une demi-journée, voire une journée ;
  • Peut donner lieu à certaines complications, comme une hémorragie, une infection ou des lésions au niveau de l’utérus, mais cela reste rare.

IVG chirurgicale : durée et déroulement de l’intervention

Comment se déroule une IVG chirurgicale ?

La première étape d’une IVG chirurgicale est la prise d’un médicament pour préparer le col.

  • La mifépristone (antiprogestérone), à prendre par voie orale, 36 à 48 heures avant l’intervention ou le misoprostol (prostaglandine), à prendre par voie orale 3 à 4 heures avant l’aspiration.
  • Ou le géméprost (un ovule à insérer dans le vagin 3 heures avant l’intervention).

Une fois le col suffisamment dilaté, le médecin introduit alors un petit tube dans l’utérus, lui-même relié à un dispositif permettant d’aspirer le contenu utérin.

Deux méthodes d’anesthésie sont possibles pour réaliser une IVG chirurgicale : locale ou générale. Ce choix ne revient pas forcément à la patiente. Les anesthésies locales ne sont pas pratiquées dans tous les centres (dépendent des habitudes des praticiens et du matériel à disposition). Le professionnel de santé orientera donc vers la méthode d’anesthésie qui lui semble la mieux adaptée, au regard de la patiente

Si l’intervention est réalisée sous anesthésie générale, une consultation pré-anesthésie est obligatoire. À cette occasion, l’anesthésiste vérifie les antécédents médicaux de la patiente, et si elle ne présente pas de contre-indication à l’anesthésie.

Combien de temps dure une IVG chirurgicale ?

L’IVG chirurgicale est une intervention rapide, qui dure une dizaine de minutes.

Une hospitalisation en ambulatoire est ensuite nécessaire pour s’assurer qu’il n’y ait pas de complications. La durée de cette surveillance post-opératoire peut varier, d’une demi-journée, à une journée.

Vous avez des questions sur l'IVG ?

Des médecins généralistesdes gynécologues et des sages-femmes sont disponibles en téléconsultation.

Y a-t-il des effets secondaires à l’IVG chirurgicale ?

Les complications à la suite d’une IVG chirurgicale sont rares. Néanmoins, comme toute intervention invasive nécessitant une anesthésie, celles-ci ne sont pas totalement inexistantes. Il importe de rester vigilant.

Parmi les complications observées :

  • Des pertes importantes de sang (le médecin peut définir en amont avec vous les quantités qui doivent vous alerter) ;
  • Fortes douleurs pelviennes ;
  • Fièvre ;
  • Vertiges et/ou malaises.

Si vous constatez un ou plusieurs de ces symptômes dans les jours suivant une IVG chirurgicale, contactez rapidement votre médecin.

Qui peut pratiquer une IVG chirurgicale ?

Les médecins sont les seuls professionnels de santé à pouvoir pratiquer une IVG chirurgicale. Cependant, depuis la parution d’un décret en mars 2022 visant à améliorer la loi sur l’avortement, des sages-femmes peuvent désormais être formées dans certains hôpitaux « pilotes » pour réaliser des IVG chirurgicales.

Cette intervention peut se réaliser :

  • Dans un établissement de santé autorisé (hôpital, clinique) ;
  • Dans certains centres de santé ou de planification familiale, par des professionnels formés et ayant signé une convention avec un établissement de santé.

Pour demander une IVG chirurgicale, vous pouvez prendre RDV :

  • Dans un hôpital ou une clinique ;
  • Dans un cabinet médical ;
  • Dans un centre de santé ou de planification familiale.

Les démarches à suivre pour pratiquer une IVG chirurgicale

La consultation pré-IVG

Lors de cette consultation, vous exposez au médecin ou à la sage-femme votre souhait de ne pas poursuivre votre grossesse et d’avoir recours à une IVG.

Le professionnel de santé :

  • Vous examine, si nécessaire ;
  • Vous informe sur les deux méthodes d’IVG possibles (chirurgicale ou médicamenteuse), sur leurs risques, leurs avantages et leurs inconvénients ;
  • Vous remet un guide sur l’IVG ;
  • Vous propose un entretien psycho-social (obligatoire si vous êtes mineure, et facultatif si vous êtes majeure), avec un(e) psychologue, une assistante sociale ou une conseillère conjugale ;
  • Vous remet un formulaire de consentement à signer ;
  • Vous demande, si besoin, de réaliser des examens complémentaires (dosage des hormones de grossesse, échographie, bilan des IST, un bilan sanguin, ainsi que la recherche de votre groupe sanguin si vous n’avez pas de carte en votre possession…) ;
  • Discute avec vous du moyen de contraception à mettre en place (un dispositif intra-utérin, par exemple ou un implant, à installer pendant que vous êtes endormie, juste après l’aspiration).

Bon à savoir : si le médecin ou la sage-femme ne souhaite pas prendre en charge l’IVG, il est tenu de vous en informer et de vous communiquer une liste de praticiens et de structures à même de la réaliser.

IVG chirurgicale : et après ?

Une consultation de suivi doit être réalisée entre le 14e et le 21e jour après l’intervention, et ce, dans le but de s’assurer qu’il n’existe pas de complication. Cette visite de contrôle est également l’occasion pour le médecin ou la sage-femme de vérifier le moyen de contraception décidé est bien mis en place (pilule, dispositif intra-utérin…).

Par ailleurs, le professionnel de santé vous propose de réaliser un entretien psychosocial, si vous le souhaitez.

Foire aux questions

Quels sont les délais légaux pour pratiquer une IVG médicamenteuse en France ?

En France, l’avortement médicamenteux peut se pratiquer jusqu’à la fin de la 7e semaine de grossesse, soit 9 semaines après le début des dernières règles (9 semaines d’aménorrhée).

Son délai a également été allongé en mars 2022, passant de 5 à 7 semaines de grossesse après le début des dernières règles.