23 semaines de grossesse (25 SA) : à quoi faut-il s’attendre ?

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Des questions sur le déroulement de votre grossesse ?

Des gynécologues et des sages-femmes sont disponibles sur Qare pour répondre à toutes vos interrogations.

Consultation remboursable par l’Assurance Maladie.

Prendre RDV en ligne

23 semaines de grossesse correspondent à 25 semaines d’aménorrhée (SA) et marquent l’entrée dans le 6ème mois. Alors que le fœtus prend du poids et devient de plus en plus actif, votre grossesse devient quant à elle de plus en plus visible. Des symptômes auxquels s’attendre au développement de votre futur bébé, l’équipe de Qare vous dit tout sur cette nouvelle semaine de grossesse.

À quoi correspondent 23 semaines de grossesse en mois ?

23 semaines de grossesse (25 SA), c’est le 6ème mois de la grossesse qui débute. Ce dernier est en effet délimité entre 25 et 28 SA. On voit aussi la fin du 2ème trimestre se rapprocher et le 3ème pointer doucement le bout de son nez.

Il est naturel que vous vous projetiez, que cela concerne l’accouchement ou cette nouvelle vie de parent qui vous attend, notamment s’il s’agit de la première grossesse. Profitez de cette période pour privilégier votre bien-être et vous renseigner sur les étapes à venir.

À savoir : si cela n’est pas déjà fait, anticipez votre choix de mode de garde (assistante maternelle, crèche, aide à domicile…) d’autant plus si vous vivez dans une grande ville.

Où le fœtus en est-il dans son développement à 23 semaines de grossesse ?

À 23 semaines de grossesse, les mensurations du fœtus évoluent désormais à leur propre rythme, selon son patrimoine génétique. 

Parmi les évolutions à noter : 

  • Il mesure une trentaine de centimètres, pour un poids d’environ 830g.
  • Même s’il dort pendant la plus grande partie de la journée, il est très actif quand il est réveillé. Cela se traduit par des mouvements parfois vigoureux.
  • Grâce à la multiplication de ses cellules graisseuses (on parle du tissu adipeux brun qui, chez l’humain, est propre au fœtus et au nouveau-né), il prend rapidement du poids.
  • Depuis le ventre, il explore le monde à travers ses 5 sens. Il peut par exemple percevoir les sons et le goût des aliments. Dans la mesure où il est maintenant capable de reconnaître le son de votre voix, profitez-en pour lui parler. Vous pouvez par exemple lui raconter vos journées ou lui chanter des chansons.

Posez toutes vos questions à un professionnel de santé

Des gynécologues et des sages-femmes sont disponibles de 6h à 1h en téléconsultation.

Qu’en est-il de la viabilité du fœtus à 23 semaines de grossesse ?

À partir de la 22ème semaine de grossesse, on considère que le fœtus est à la limite de la viabilité. Cela veut dire que s’il était amené à naître, il serait possible qu’il survive. Le risque de complications reste cependant très élevé.

Pour mieux comprendre la prématurité, il faut d’abord rappeler que le terme “normal” d’une grossesse est de 39 semaines (41 SA). Même s’il est courant qu’un bébé naisse quelques semaines avant, on considère qu’il est prématuré dès lors que sa naissance survient avant la 37ème semaine de grossesse.

Il existe différents degrés de prématurité, et à 23 semaines de grossesse, on est dans la catégorie des très grands prématurés. Cela signifie qu’à la naissance, le nouveau-né devra être placé sous assistance respiratoire et nourri par voie intraveineuse. Sa forte vulnérabilité aux infections nécessitera aussi qu’il prenne des médicaments.

Selon l’OMS, la prématurité concerne 1 naissance sur 10. Elle est la première cause de mortalité infantile chez les enfants de moins de 5 ans. Il convient donc de surveiller les facteurs de risque, afin de les réduire autant que possible.

Quels sont les symptômes de la mère à 23 semaines de grossesse ?

Même si le 2ème trimestre est généralement décrit comme le plus agréable de la grossesse, il comporte tout de même son lot de symptômes plus ou moins gênants.

Parmi eux : 

  • Des douleurs dans le bas du dos, directement liées à votre prise de poids et à la cambrure de votre dos, impactée par le volume de l’utérus. Elles sont normales et l’adoption d’une bonne posture, les massages, le renforcement musculaire (yoga, pilates…) et l’application d’une bouillotte peuvent les soulager.
  • La constipation et les troubles digestifs, induits par les hormones, la compression du gros intestin par l’utérus et parfois par les supplémentations en fer. Boire beaucoup d’eau et augmenter ses apports en fibres permet de réduire les symptômes.
  • Des troubles du sommeil, notamment liés aux changements hormonaux. Parmi les solutions possibles, l’activité physique et la mise en place d’une routine du soir sont connues pour avoir un impact positif. 

À savoir : au fur et à mesure que votre ventre prend de l’ampleur, il devient conseillé de dormir sur le côté. En effet, la position allongée sur le dos peut entraîner un malaise vagal chez certaines femmes quand la grossesse est bien avancée. L’utilisation d’un coussin de grossesse (aussi appelé coussin d’allaitement), peut permettre d’améliorer votre confort.

En cas de symptômes gênants, téléconsultez depuis chez vous

Des gynécologues et des sages-femmes sont disponibles en vidéo de 6h à 1h 7j/7.

Quels sont les rendez-vous médicaux du 6ème mois ?

Au cours du 6ème mois de grossesse, on effectue la 5ème consultation prénatale. Durant ce rendez-vous (qui est obligatoire), votre professionnel de santé : 

  • Analyse votre 2ème échographie, qui a normalement été réalisée entre la 20ème et la 22ème semaine de grossesse ;
  • Écoute les battements de cœur du fœtus ;
  • Contrôle votre prise de poids et vos données physiologiques (tension artérielle, glycémie…) ;
  • Vous prescrire un test de dépistage du diabète gestationnel, à réaliser entre 24 et 28 SA, selon vos facteurs de risque.
  • Vous pose des questions relatives à votre bien-être et aux éventuels désagréments liés à vos symptômes.

N’hésitez pas à lui faire part de vos éventuelles préoccupations et à lui signaler tout symptôme gênant et/ou inhabituel.

À noter : dès le mois prochain, vous pourrez débuter les cours de préparation à l’accouchement et à la parentalité. Ses séances, menées par une sage-femme, vous permettront notamment de mieux appréhender l’accouchement et les suites de couche.