Douleur à l’avant-bras : causes, symptômes et traitement

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Décrivez vos symptômes à un médecin

Parlez-en à un professionnel et recevez une ordonnance, si nécessaire.

Consultation 100% remboursée par l’Assurance maladie avec le tiers payant.

Démarrer la consultation

Une douleur à l’avant-bras peut être provoquée par de nombreux facteurs, et déclencher des symptômes plus ou moins différents selon sa cause. Découvrez l’origine de vos douleurs et les traitements possibles avec l’équipe médicale de Qare.

Les causes de la douleur à l’avant-bras

Les douleurs au niveau du bras peuvent provenir de différentes causes. Concernant l’avant-bras, on recense plusieurs origines possibles, telles que :

  • Des suites d’une fracture ;
  • De l’arthrose ou d’une tendinite du coude qui sont d’origine inflammatoire ;
  • De mouvements répétitifs prolongés (au cours d’une activité professionnelle spécifique ou d’un effort sportif) ;
  • Du syndrome du tunnel radial : lorsque le nerf radial, qui fait le tour du coude, et passe dans l’avant-bras pour rejoindre la main, est compressé ;
  • Du syndrome du canal carpien : dû à la compression du nerf médian lors de son passage dans le canal carpien au niveau du poignet ;
  • D’un trouble cardiaque ou pulmonaire (péricardite, angine de poitrine, infarctus du myocarde, etc.) Ce cas est beaucoup plus rare mais provoque une douleur qui irradie de l’épaule à la main, et en particulier dans le bras gauche si le problème est cardiaque ;
  • Le développement d’une fibromyalgie : se manifeste par des troubles osseux, articulaires et musculaires et qui trouve souvent son origine dans des causes psychologiques ;
  • De la polyarthrite rhumatoïde : une maladie inflammatoire chronique qui touche les articulations ;
  • D’une épicondylite : douleur à l’épicondyle, un petit relief osseux situé au-dessus de l’articulation du coude. Cette douleur peut être provoquée par une micro déchirure des tendons par exemple. Une irradiation dans le reste du bras est souvent présente.

Bon à savoir : les douleurs à l’avant-bras peuvent être chroniques ou non, mais les plus courantes sont bénignes le plus souvent, et dues à une sollicitation importante des tendons, des muscles ou des articulations.

Symptômes des douleurs à l’avant-bras

Si vous souffrez d’une douleur à l’avant-bras, il se peut que vous ressentiez différents symptômes supplémentaires en fonction de la cause de votre douleur :

  • Des engourdissements pouvant aller jusqu’aux doigts de la main avec une sensation de fourmillements ;
  • Des sensations de brûlures ;
  • Des gonflements ;
  • Une faiblesse musculaire ;
  • Une mobilité réduite ;
  • Des douleurs à la poitrine ou des signes d’essoufflements si la cause est cardiaque : cela fait l’objet d’une urgence médicale.

Vous avez mal à l'avant-bras ?

Décrivez sans plus tarder vos symptômes à un médecin et recevez une ordonnance, si nécessaire.

Comment établir le diagnostic ?

Sans compter les troubles cardiaques et pulmonaires qui nécessitent une hospitalisation en urgence et dont le diagnostic se fait immédiatement à l’hôpital, les autres causes peuvent être diagnostiquées par un médecin généraliste.

Celui-ci commencera par évaluer votre douleur à l’avant-bras pour en identifier la cause si vous ne la connaissez pas, puis vous prescrira un ou plusieurs examens d’imagerie médicale à effectuer pour clarifier le diagnostic comme :

  • Une radiographie ;
  • Une IRM : une imagerie médicale par résonance magnétique ;
  • Une scintigraphie : méthode d’imagerie médicale qui se réalise après l’injection d’un produit spécifique qui permet de mieux visualiser les organes concernés ;
  • Une ostéodensitométrie : une autre méthode d’imagerie médicale qui mesure la densité de l’os, et son contenu minéral.
  • Un électrocardiogramme ou une coronarographie si la douleur est d’origine cardiaque.

Quand consulter pour une douleur à l’avant-bras ?

Sachant que votre douleur au bras, que ce soit le gauche ou le droit, peut provenir de multiples causes, tout dépend de la vôtre.

Si vous avez fait une chute et que vous ne suspectez pas de fractures, des efforts prolongés, ou tout simplement un faux mouvement, mettez d’abord votre bras au repos, et appliquez de la glace. Vous pouvez éventuellement prendre un antalgique de type paracétamol (Doliprane°), mais n’oubliez pas que l’automédication n’est pas recommandée.

Si la douleur ne disparaît pas ou au contraire qu’elle augmente, que vous n’en comprenez pas la cause, et/ou que votre bras enfle, consultez un médecin rapidement. Celui-ci pourra vous prescrire un traitement plus fort pour soulager la douleur en attendant vos résultats d’examens, s’il vous en prescrit.

Selon la cause et ce dans un second temps, il pourra également vous prescrire des séances de kinésithérapie.

N'attendez pas pour demander un avis médical

Des médecins généralistes sont disponibles 7J/7, de 6h à 1h. Prenez RDV en ligne dès maintenant.

Traitement des douleurs de l’avant-bras

Encore une fois, le traitement de votre douleur à l’avant-bras dépendra de sa cause. En d’autres termes, si elle est chronique ou non, si elle est d’origine, musculaire, articulaire, osseuse ou même cardiaque dans des cas plus rares.

La première chose à faire sera déjà de reposer votre bras et d’arrêter toute activité physique qui le sollicite. Le médecin que vous consulterez pourra vous prescrire des anti-douleurs.

Si c’est une tendinite par exemple, il pourra vous prescrire une crème ou un gel anti-inflammatoire à appliquer, et dans un second temps des séances de kinésithérapie. Il peut également vous prescrire sur une courte période des anti-inflammatoires à prendre par voie orale en l’absence de contre-indications.

Si le problème est lié aux os, et détecté à la suite d’un examen d’imagerie médicale, vous pourrez avoir recours à la chirurgie. Par exemple en cas d’un déplacement de l’os ou d’une fracture.

Si votre douleur est liée à un problème pulmonaire ou cardiaque, il faudra d’abord se pencher sur la source avant de traiter l’avant-bras avec d’autres alternatives. Un passage aux urgences ou un appel 15 sera alors indispensable pour une prise en charge optimale.