Règles hémorragiques : comment traiter la ménorragie ?

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Consultez une sage-femme en vidéo !

Besoin de conseils ? Des sages-femmes peuvent vous répondre 7J/7 en téléconsultation. Obtenez un RDV en quelques minutes et consultez depuis chez vous.

Consultation prise en charge par l’Assurance Maladie

Prendre RDV

Depuis quelques temps vous avez remarqué que vos règles sont plus abondantes ? Il peut s’agir de ménorragies, mais pas d’inquiétude. Il s’agit de règles hémorragiques, dont les causes sont le plus souvent bénignes, et qui provoquent un flux plus important ou durent plus longtemps. À partir de quand parle-t-on de règles hémorragiques ? Y a-t-il des traitements pour éviter les règles trop abondantes ? L’équipe médicale de Qare vous conseille pour vous aider à trouver une solution et réguler vos menstruations.

Quand parle-t-on de règles hémorragiques ?

Les règles hémorragiques ou ménorragies sont des règles extrêmement abondantes et/ou qui durent trop longtemps. Vous pouvez considérer que vous souffrez de règles hémorragiques si vous avez une perte de sang excessive (plus de 90 ml), du mal à maîtriser le flux avec des protections hygiéniques classiques (tampons, serviettes), et/ou si la durée de vos règles excèdent 7 jours. Ces saignements surviennent à intervalles réguliers, et sont donc considérés comme des règles. On parle également d’hyperménorrhées.

Bon à savoir : en cas de saignements importants survenant en dehors des menstruations, on parle de métrorragies. Tandis que les hémorragies qui se produisent à la fois pendant et entre les règles sont appelées métroménorragies.

Est-ce normal de perdre des caillots de sang pendant ses règles ?

Si vous notez la présence de caillots de sang dans les écoulements, cela n’est pas forcément lié aux règles hémorragiques. Ces caillots sont en effet plus fréquents lors des règles abondantes mais peuvent survenir durant des règles avec un flux léger. Les règles sont la conséquence de la desquamation de l’endomètre, c’est pour cela qu’on peut retrouver des débris de muqueuse dans les saignements, mais ils sont sans gravité. Néanmoins, s’il y a vraiment beaucoup de caillots, vous devez en parler à votre médecin.

Posez vos questions à une sage-femme en vidéo

Des doutes ? Besoin de conseils ? Téléconsultez une sage-femme depuis chez vous 7J/7 (consultation remboursée par l’Assurance Maladie)

règles caillot

Règles hémorragiques : quand s’inquiéter ?

Si vous avez présenté au moins deux fois des règles excessivement abondantes ou hémorragiques, nous vous conseillons d’en parler rapidement à votre médecin, un gynécologue ou une sage-femme. Plusieurs causes, le plus souvent bénignes, peuvent provoquer ce phénomène. Cependant, il est rare que les règles hémorragiques s’arrêtent d’elles-mêmes, et un traitement est le plus souvent nécessaire. Vous devrez éventuellement réaliser des examens complémentaires afin de détecter toute anomalie de l’utérus. Ces examens peuvent être prescrits en téléconsultation.

Par ailleurs, si vos règles ont une couleur sombre, cela peut tout simplement vouloir dire que le sang est oxydé, mais en cas d’inquiétude, parlez-en à un gynécologue ou une sage-femme.

Qu’est-ce qui provoque des règles abondantes ?

Les causes de vos règles abondantes (ménorragies) peuvent être multiples. Cela peut être lié à un bouleversement hormonal (puberté, ménopause), à la présence de fibromes ou de polypes dans l’utérus qui provoquent des saignements, ou bien au type de contraception que vous utilisez (ex : stérilet en cuivre).

Les règles hémorragiques à l’adolescence

Au moment de la puberté, vos règles peuvent être plus abondantes et peuvent vous faire penser à des règles hémorragiques. Cela arrive fréquemment car pendant les premiers cycles, il n’y a parfois pas d’ovulation (anovulation), ce qui limite la production de progestérone qui agit sur la muqueuse de l’utérus (endomètre). Les œstrogènes provoquent alors une croissance excessive de l’endomètre qui se détache de façon abondante, irrégulière et prolongée. Cela peut provoquer un volume plus important de perte pendant les règles.

À l’adolescence, il arrive également de présenter des irrégularités dans le cycle menstruel et d’avoir des règles qui arrivent plus tôt que prévu ou plus tard. C’est normal et totalement bénin.

Une ordonnance en ligne en quelques minutes

Recevez une ordonnance pour un traitement adapté pour les règles abondantes ou douloureuses. Téléconsultez une sage-femme ou un médecin en vidéo.

Préménopause et règles hémorragiques

Durant la période qui précède la ménopause (préménopause), vous pouvez observer des règles hémorragiques, parfois avec la présence de caillots, mais cela ne se produit pas forcément à chaque cycle. En effet, l’ovulation commence à être aléatoire ce qui crée un déséquilibre entre progestérone et œstrogène. Comme à la puberté, l’endomètre se développe de façon exagérée ce qui entraîne des pertes plus abondantes.

Règles hémorragiques et stérilet en cuivre

Le DIU (dispositif intra-utérin) en cuivre, anciennement appelé stérilet en cuivre, est sans hormone et ne bouleverse donc pas le taux d’œstrogène ou de progestérone. En revanche, la présence de cuivre peut engendrer une inflammation de l’utérus et donc de l’endomètre qui croit excessivement. Le stérilet en cuivre peut provoquer des règles hémorragiques surtout dans les premiers mois qui suivent la pose. Dans beaucoup de cas, l’utérus finit par s’habituer et le flux des règles diminue, mais reste souvent plus abondant que sans le DIU.

Plus rarement, le stérilet hormonal provoque des petits saignements entre les règles (des spottings). Si vos symptômes persistent ou s’aggravent, un changement de contraception peut éventuellement être envisagé.

Les fibromes, une cause fréquente des règles hémorragiques

Les parois de l’utérus sont composées de cellules musculaires qui peuvent proliférer. On appelle cela des fibromes. Ils peuvent être de tailles variées et passent parfois inaperçus, mais ils peuvent aussi entraîner des saignements, ainsi que des douleurs ou des envies fréquentes d’uriner. Les fibromes sont une cause fréquente de ménorragies. Un quart des femmes de plus de 40 ans auraient des fibromes. Il existe des traitements hormonaux qui permettent de réduire les saignements, ou chirurgicaux si un fibrome de grande taille est détecté.

Comment stopper une hémorragie des règles ?

Comment arrêter des règles hémorragiques, trop abondantes, trop longues ou trop fréquentes ? Ce type de menstruations peut entraîner de la fatigue, liée à une anémie, des douleurs et surtout beaucoup d’inquiétudes. Heureusement, vous pouvez trouver un traitement adapté à votre situation, en fonction de la cause de ces ménorragies et des conséquences qu’elles ont sur votre vie. Ces traitements peuvent être médicaux ou chirurgicaux.

Avant de consulter un médecin, pensez à recueillir des informations sur vos menstruations afin de pouvoir répondre à ses questions plus précisément, et qu’il puisse orienter plus facilement le diagnostic. Par exemple :

  • la durée de vos règles ;
  • leur fréquence ;
  • le volume des pertes ;
  • la période où vos règles hémorragiques ont commencé ;
  • des informations sur vos douleurs.

Traitement des règles hémorragiques avec des médicaments

Que faire si vous avez les symptômes des règles hémorragiques ? En premier recours, vous pouvez prendre des anti-inflammatoires non-stéroïdiens (sur avis médical favorable). Ils permettent de réduire le flux des menstruations ainsi que les douleurs au bas ventre. Ils sont généralement efficaces si vos règles hémorragiques sont dues aux hormones durant la puberté ou au DIU en cuivre.

En cas d’anomalies de la coagulation, le médecin peut vous prescrire des médicaments antifibrinolytiques (type EXACYL) pour limiter le flux des règles.

Contraception et traitement hormonal des ménorragies

Pour éviter les douleurs et désagréments liés aux règles hémorragiques, le médecin ou la sage-femme peut prescrire une pilule contraceptive ou bien des hormones en comprimés (progestatif ou progestérone) qui vont réguler la croissance de l’endomètre.

Si vous avez un DIU en cuivre, il peut être remplacé par un SIU (système intra-utérin) aux hormones qui diffuse un progestatif. Ce type de contraceptif est assez efficace contre les règles hémorragiques tout en évitant la plupart des effets secondaires liés à la pilule. Le SIU limite la prolifération de la muqueuse utérine et réduit ainsi le flux des règles.

Posez vos questions sur la contraception en téléconsultation

Besoin de prendre ou de changer de contraception ? Consultez un gynécologue ou une sage-femme en vidéo (Consultation prise en charge par l’Assurance Maladie

D’autres traitements, type Danazol° ou Cyclomen°, peuvent être administrés si les autres solutions proposées ne fonctionnent pas. Ils sont utilisés essentiellement dans la prise en charge de l’endométriose plus que des règles hémorragiques, et ne sont pas prescrits en première intention.

règles contraception

Le traitement chirurgical des règles hémorragiques

Lorsque les traitements médicamenteux ne suffisent pas ou si la cause de vos règles hémorragiques n’est pas trouvée, des solutions chirurgicales peuvent être recommandées. Néanmoins, cela ne concerne qu’un faible nombre de cas. Ces traitements peuvent avoir deux visées, la première est exploratoire, trouver la cause du problème, la seconde est thérapeutique. Par exemple, l’hystéroscopie sert à la fois à diagnostiquer les anomalies intra-utérines comme les polypes et fibromes, mais aussi à réaliser une ablation des polypes ou de l’endomètre, si nécessaire.

Le traitement naturel des règles hémorragiques

Si vous souffrez de ménorragies, il est conseillé de se reposer, de manger sainement et surtout de faire de l’exercice régulièrement pour réduire les douleurs. Votre médecin ou sage-femme peut vous prescrire des suppléments en fer en cas de carences ou d’anémie.

Les traitements à base de plantes ou les remèdes de grand-mère ne fonctionnent pas réellement contre les ménorragies. Il est préférable de consulter votre médecin ou sage-femme.

Règles hémorragiques quand aller aux urgences ?

Il n’est pas nécessaire de vous rendre aux urgences en cas de menstruations trop abondantes, sauf en cas de signe de gravité comme une sensation de malaise général ou des douleurs pelviennes intenses associées.

Les saignements abondants, type hémorragies, pendant ou en dehors des règles sont une des causes les plus fréquentes de consultation en gynécologie. Si vous en souffrez, vous devez rapidement consulter un médecin ou une sage-femme afin d’en déterminer l’origine et trouver un traitement. Vous pouvez toujours téléconsulter un médecin ou une sage-femme depuis chez vous pour obtenir rapidement un avis médical.

Foire aux questions

Quelles sont les causes de l’absence ou du retard des règles ?

Les saignements en dehors des règles suivis d’une absence de menstruation peuvent être liés à une grossesse. Si vous notez une fluctuation avec un retard dans votre cycle, vous pouvez réaliser un test de grossesse vendu en pharmacie, ou faire une téléconsultation pour avoir une prescription de bilan sanguin (BHCG).

Peut-on avoir ses règles pendant la grossesse ?

Il arrive parfois d’être enceinte et d’avoir des règles à la date prévue s’il n’y avait pas eu de grossesse. Ces saignements surnommés « règles anniversaires » ne sont pas des règles. Ils peuvent être bénins mais il est préférable de consulter rapidement un médecin pour détecter toute anomalie.

Comment obtenir un traitement contre les règles abondantes et les douleurs ?

Si vous avez des symptômes gênants et douloureux, vous pouvez téléconsulter un médecin dans la journée pour obtenir un avis médical. Le médecin pourra, au besoin, vous prescrire des anti-douleurs ou tout autre traitement qu’il juge pertinent. Vous recevrez votre ordonnance en ligne. Vous pouvez consulter un médecin en vidéo sans vous déplacer et en moins de 10 minutes en prenant RDV ici.

J’ai besoin d’un médecin le soir ou le week-end, comment consulter ?

Vous pouvez téléconsulter un médecin généraliste, un gynécologue ou une sage-femme tous les jours, même le week-end. Des médecins sont disponibles de 6h à 23h, le plus souvent dans des délais assez courts, parfois quelques minutes. Vous pouvez prendre RDV avec un médecin généraliste, consulter un gynécologue en vidéo, ou bien téléconsulter une sage-femme.

Sources :