TSH basse : à quoi correspond l’hyperthyroïdie ?

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Besoin d’aide pour comprendre vos résultats d’analyses ?

Téléconsultez un médecin généraliste depuis chez vous et déchiffrez avec lui vos résultats.

Consultation remboursable par l’Assurance maladie.

Voir les disponibilités

Hormone chargée de stimuler la glande thyroïde située à la base du cou, la TSH est essentielle au bon fonctionnement de l’organisme. Lorsque son taux baisse, plusieurs conséquences s’observent. Que signifie avoir une TSH basse ? Et comment y remédier ? L’équipe médicale de Qare fait le point sur l’hyperthyroïdie.

La TSH, qu’est-ce que c’est ?

Le schéma de fonctionnement hormonal thyroïdien est assez complexe. Pour faire simple, l’essentiel est de retenir que la thyroïde est contrôlée par l’hypophyse, une petite glande située à la base du cerveau.

Cette thyroïde a besoin d’être stimulée par la TSH (thyréostimuline), pour sécréter les hormones thyroïdiennes T3 et sa forme de stockage T4, indispensables à de nombreuses fonctions de l’organisme.

La TSH est le régulateur principal de la thyroïde, c’est pourquoi son dosage est l’examen de référence lorsqu’il est question de déceler une anomalie de la thyroïde. Cela s’effectue par le biais d’une prise de sang.

Quelques éléments pour comprendre :

  • Lorsque le taux de TSH est anormalement bas, on parle d’hyperthyroïdie. Il s’agit de la pathologie thyroïdienne la plus fréquente.
  • Quand le taux de TSH est bas, cela signifie en général que la glande thyroïdienne produit d’elle-même trop d’hormones. La TSH, censée la stimuler, n’a donc pas besoin d’être produite en grande quantité, son taux sanguin diminue
  • À l’inverse, l’hypothyroïdie correspond à une thyroïde qui ne produit pas assez d’hormones. En réponse, le taux de TSH augmente pour essayer de stimuler au maximum la glande thyroïde.
  • Selon la Haute Autorité de Santé, l’hyperthyroïdie est 5 à 10 fois plus fréquente chez les femmes que chez les hommes et survient généralement vers 40 ans.

Est-ce que l’hyperthyroïdie est grave ?

Quels sont les risques d’une TSH trop basse ?

Avoir une TSH basse n’est pas grave en soi, c’est l’hyperthyroïdie qu’elle reflète qui a des conséquences médicales.

En effet, les hormones secrétées par la thyroïde remplissent de nombreuses fonctions dans l’organisme. Alors, quand il y en a trop, les conséquences, notamment sur le cœur et le cerveau, peuvent être dangereuses. C’est la raison pour laquelle une prise en charge médicale s’impose.

De nombreux dysfonctionnements peuvent également être observés, comme un amaigrissement important, ou une fatigue inexpliquée.

La cause de l’hyperthyroïdie doit être recherchée et prise en charge.

Des questions sur votre hyperthyroïdie ?

Des médecins généralistes sont disponibles sur Qare, 7J/7, de 6h à minuit. Prendre RDV en ligne.

Quelles sont les causes de l’hyperthyroïdie ?

Les causes les plus fréquentes

Plusieurs éléments peuvent être mis en cause lors d’une hyperthyroïdie. Trois en particulier, sont généralement responsables d’une diminution du taux de TSH.

La maladie de Basedow

Maladie auto-immune, elle se caractérise par la présence d’anticorps contre les récepteurs de la TSH.

Les signes cliniques peuvent alors associer, en plus des signes non spécifiques de l’hyperthyroïdie, un goitre (bosse à la base du cou due à une augmentation du volume de la glande thyroïde), une atteinte des yeux (douleurs ou gonflement des paupières, voire de façon plus spécifique une saillie anormale de l’œil en dehors de l’orbite (exophtalmie), et parfois un œdème à l’avant du tibia.

Selon l’Assurance maladie, en Europe, cette maladie touche 2% des femmes et 0,4% d’hommes. Un pic de fréquence est observé entre 20 et 40 ans. Il s’agit de la première cause d’hyperthyroïdie chez la jeune femme.

Le goitre multinodulaire toxique

Il s’agit d’un goitre composé de plusieurs nodules toxiques qui sécrètent des hormones thyroïdiennes.

L’adénome toxique

Il s’agit d’un seul nodule toxique qui sécrète des hormones thyroïdiennes. L’adénome toxique et le goitre multinodulaire toxique sont les deux causes les plus fréquentes chez les patients de plus de 60 ans, dont 80 à 90% d’entre eux sont des femmes.

TSH basse et grossesse : quel est le lien ?

Au cours du premier trimestre, le placenta produit de grandes quantités de bêta-hCG (l’hormone de la grossesse). Sa structure ressemblant très fortement à celle de la TSH, elle a un effet sur ses récepteurs et fait significativement baisser son taux par rétrocontrôle négatif.

La thyrotoxicose gestationnelle transitoire concerne entre 2 et 3% des grossesses. Au niveau des symptômes, elle peut se manifester par :

  • Une absence de prise de poids ;
  • Une tachycardie ;
  • Une nervosité excessive ;
  • Des vomissements.

Elle disparaît naturellement dans la majorité des cas en deuxième partie de grossesse.

À noter : dans certains cas rares (0,2% des grossesses), la thyrotoxicose transitoire s’avère en fait être la maladie de Basedow, où l’hyperthyroïdie ne régresse pas spontanément. Il est donc important d’explorer ce type de symptômes pour en connaître la cause et la prendre en charge.

Les autres causes de l’hyperthyroïdie

D’autres causes peuvent être associées à une hyperthyroïdie.

  • La thyroïdite de De Quervain : maladie inflammatoire, elle associe des douleurs locales et de la fièvre ;
  • La thyroïdite de Hashimoto : cette hypothyroïdie peut transitoirement passer par une phase d’hyperthyroïdie en début d’évolution.

Ne restez pas seul(e) avec vos questions

Déchiffrez vos taux avec un médecin généraliste, depuis chez vous, sans vous déplacer.

Quels sont les symptômes d’une hyperthyroïdie avec TSH basse ?

L’élévation des taux d’hormones thyroïdiennes liées à la TSH basse peut entraîner toutes sortes de symptômes, qui varient selon les personnes. Selon le stade de l’hyperthyroïdie (fruste ou avérée), les manifestations sont plus ou moins marquées.

Parmi les symptômes qui reviennent le plus souvent :

  • Une perte de poids significative, étendue sur seulement quelques semaines, et un appétit conservé ;
  • Des douleurs dans la poitrine, des palpitations cardiaques, un essoufflement, un pouls parfois rapide et irrégulier ;
  • Des nausées et une diarrhée ;
  • Des troubles du sommeil (insomnies) ;
  • Une thermophobie (chaleur mal supportée), une soif importante et une hypersudation ;
  • Troubles de l’humeur, pouvant aller jusqu’à une dépression ;
  • Des irrégularités dans les règles, voire une absence des menstruations ;
  • Des tremblements au niveau des mains ;
  • Une diminution de la force musculaire

Bon à savoir : une hyperthyroïdie en lien avec une TSH basse n’entraîne généralement pas de prise de poids, plutôt une perte. Toutefois, chez les femmes jeunes, une prise de poids est possible.

Diagnostic et traitement d’une hyperthyroïdie avec TSH basse

Quand s’inquiéter de sa thyroïde ?

Il est important de consulter un avis médical quand :

  • On a des antécédents familiaux de maladies de la thyroïde ;
  • On présente des symptômes tels que décrits précédemment, notamment des troubles de l’humeur associés à une perte de poids inexpliquée, une sensation de bouffées de chaleur, de palpitations.

De même, devant certains symptômes, votre médecin peut demander à doser votre taux de TSH, un suivi médical régulier est donc important.

Quel(s) examen(s) réaliser pour repérer une hyperthyroïdie ? À quelle occasion peut-on découvrir une TSH basse ?

Plusieurs examens contribuent au diagnostic d’hyperthyroïdie :

1. L’examen médical : primordial dans la détection des maladies thyroïdiennes, c’est la raison pour laquelle votre médecin palpe régulièrement votre thyroïde. Dans certains cas, un goitre est visible à l’œil nu.
2. Le dosage sanguin : en cas de doute, le médecin va doser le taux de TSH sanguin. En présence d’une hyperthyroïdie, le taux de TSH est anormalement bas, on demande donc en deuxième intention le dosage de l’hormone T4L, afin de confirmer le diagnostic.
En cas de suspicion de la maladie de Basedow, un dosage sanguin d’anticorps anti-récepteurs de la TSH est prescrit, leur taux sera alors élevé.
3. Une échographie de la thyroïde.
4. Un scanner ou une IRM : en cas de goitre volumineux.

Quel est le traitement en cas d’hyperthyroïdie avec TSH basse ?

Une fois le diagnostic confirmé, votre médecin traitant vous adressera à un endocrinologue, avec qui il travaillera en collaboration.

La prise en charge de cette pathologie va dépendre de sa cause.

Parmi les traitements préconisés pour l’hyperthyroïdie :

  • Les antithyroïdiens de synthèse ;
  • L’iode radioactif ;
  • Un traitement chirurgical.

Si le taux de TSH reste bas chez une personne sous Lévothyrox (donc traitée pour une hypothyroïdie), il est possible qu’un surdosage soit en cause.

Dans la même thématique :

Consultez un médecin en vidéo

Pour comprendre vos analyses, optez pour la téléconsultation. Disponibilités 7J/J, de 6h à minuit.

Foire aux questions

Qu’est-ce qu’un dosage de TSH ultra-sensible ?

Le dosage ultra-sensible de la TSH est une technique d’analyse plus précise et plus efficace, qui permet de détecter l’hormone, même en quantité très basse.

On l’utilise dans le diagnostic et le suivi de l’hypothyroïdie et de l’hyperthyroïdie.