Tout savoir sur la cytolyse hépatique: traitements, étiologie, covid…

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

En cas de douleur au ventre, téléconsultez dès aujourd’hui  !

Consultez un médecin sans vous déplacer, 7j/7, de 6h à 1h en téléconsultant !

N’avancez aucun frais si vous consultez en tiers payant

Démarrer la consultation

Parmi les nombreuses atteintes du foie, la cytolyse hépatique représente la mort des cellules hépatiques. Du grec « cyto », cellule, et « lyse », destruction, la cytolyse touche principalement le foie et n’est pas un processus métabolique normal. La recherche de l’étiologie est indispensable pour choisir votre traitement en fonction de la cause qui l’a déclenché. Vous comprendrez ici comment la détecter et ainsi éviter que l’atteinte ne devienne aiguë.

Les symptômes de la cytolyse hépatique

Cytolyse modérée asymptomatique

La plupart du temps, la cytolyse est asymptomatique. Il n’y a donc aucun signe fonctionnel ni physique de sa présence, tout au plus vous pourrez ressentir de la fatigue. Si vous ressentez des douleurs à l’abdomen, il s’agit probablement d’autre chose.

Les symptômes apparaissent seulement dans le cas de cytolyse hépatique aiguë (par exemple hépatite médicamenteuse fulgurante) ou après un une atteinte chronique prolongée que les symptômes de complications plus grave apparaissent :

  • Jaunisse (ictère)
  • Nausées et vomissements
  • Confusion
  • Etc.

Cytolyse aiguë ou modérée ? comment lire les tests de biologie

Dans le cas d’une cytolyse, un bilan diagnostic est réalisé en premier lieu grâce à une prise de sang, qui aura pour but notamment de doser les enzymes du foie : les transaminases. Ces enzymes sont présentes dans le cytosol des cellules hépatiques. Si vous avez une cytolyse hépatique, un nombre anormalement élevé de ces cellules meurent, libérant leur contenu (donc les enzymes) dans le sang.

Deux types de transaminases sont visées :

  • L’Alanine-Amino-Transférase (ALAT), présente en majorité dans le foie
  • L’Aspartate-Amino-Transférase (ASAT), qui peut également se retrouver dans les cellules cardiaques et d’autres muscles

En fonction de la valeur de leur taux et de l’intensité de leur présence dans le sang, la cause responsable de la cytolyse peut être détectée.
Les causes d’élévation du taux de ces transaminases pouvant être diverses, votre médecin couplera ce bilan de biologie à d’autres tests dans le but de rechercher des marqueurs de maladies chroniques ou qui révèlent l’état des fonctions hépatiques. Le plus souvent d’autres bilans sanguins.

Cytolyse hépatique : détecter un problème au foie chez le bébé

Les atteintes au foie chez le nouveau-né peuvent être facilement repérables. Parmi toutes les fonctions hépatiques, la production et en partie l’élimination de la bile est celle qui a les répercussions les plus mesurables pour les parents.

En effet, la bile étant de couleur jaune, verdâtre, si elle n’est plus évacuée, elle ne se retrouvera d’une part plus dans les selles, d’autre part elle se répartira dans les autres cellules de l’organise. Votre bébé aura alors des selles claires (blanc, beige) au lieu d’une coloration plus verte, ou jaune or. La couleur jaune de la bile sera visible sur sa peau (jaunisse, appelée ictère) ou dans le blanc de ses yeux qui pourra aussi se colorer. C’est un motif d’urgence, il est recommandé de consulter votre médecin qui aura les moyens de soigner votre bébé rapidement.

Consultez aujourd'hui sans vous déplacer !

Des médecins généralistes sont disponibles en vidéo de 6h à 1h 7j / 7.

Etiologie : les causes de la cytolyse hépatique et quelles sont les causes de l’augmentation des transaminases ?

Le foie est un organe dont les atteintes modérées sont bien souvent asymptomatiques. C’est seulement au stade des atteintes sévères que des complications graves deviennent décelables. Avant cela, il est possible de détecter un problème fonctionnel en dosant les enzymes hépatiques. Mais alors, qu’est-ce qui fait augmenter les enzymes du foie ?

Cytolyse hépatique d’origine médicamenteuse

Une cytolyse hépatique est le plus souvent déclenchée par la toxicité de certaines substances. Même si le terme « hépatite médicamenteuse » est utilisé, il peut aussi bien s’agir de drogues ou de compléments alimentaires que de médicaments à proprement parler (tel que le paracétamol).

Cytolyse hépatique et alcool

L’alcool bien entendu est le premier facteur déclenchant une fibrose et une cirrhose, même s’il n’est pas le seul. Il est donc également responsable dans ce cadre d’une cytolyse hépatique.

L’alimentation, cause de cytolyse hépatique

De la même manière que l’alcool, la stéatose hépatique non-alcoolique (vous entendrez peut-être aussi parlé de NASH), c’est-à-dire l’accumulation de graisses dans le foie, est une cause de cytolyse hépatique. Une alimentation trop riche peut en être responsable, de la même manière que le diabète et l’obésité.

Hépatite

Les hépatites virales sont responsables de cas de cytolyse hépatites. Certaines peuvent être aiguës mais passeront la plupart du temps sans que vous ne les traitiez (hépatite A, D et E), EBV (mononucléose), CMV (cytomégalovirus). D’autres peuvent se révéler chroniques avec un haut potentiel toxique pour le foie (hépatite B et C), et nécessiteront un traitement antiviral.

Cytolyse hépatique et cancer

Lors des cancers du foie, une cytolyse hépatique peut être observée (lors de métastases hépatiques d’autres cancers).

Cytolyse hépatique et COVID

Le COVID est suspecté de nombreux effets secondaires et autres complications, donc d’engendrer des répercussions sur le long terme encore méconnues. En tête de liste : une asthénie (grande fatigue), ainsi que des complications sur le plan respiratoire.
Pour ce qui est des troubles digestifs, des recherches sont menées au sujet de potentielles atteintes qui peuvent être gastro-intestinales, pancréatiques, ou encore hépatiques.

Certaines recherches mettent en évidence une cytolyse plus élevée chez quelques patients, après analyse de bilan hépatiques sanguins . Cependant ces études sont à prendre avec des pincettes, il reste difficile avec le peu de recul et d’échantillon viable d’affirmer avec certitude que le virus du COVID – 19 serait responsable de ces effets sur le corps humain. De plus, les variations de ces taux sanguins ne précisent pas si recherche étiologique il y a eu, donc si ces résultats sont à imputer directement au SARS-CoV-2 ou à une autre cause (type alcool, par exemple)

Autres causes rares et spécifiques

Les femmes enceintes peuvent présenter une cytolyse, et en particulier durant les dernières semaines de leur grossesse.
Plus rarement:

  • une défaillance cardio-vasculaire
  • une hémochromatose
  • la maladie de Wilsonsyndrome de Budd-Chiari

Également, le taux de transaminases sanguin augmente après le sport. Pensez à effectuer votre prélèvement en dehors des périodes d’activité physique intense pour ne pas simuler une cytolyse.

Comment soigner une cytolyse hépatique ? Aperçu des traitements

Une partie des problèmes hépatiques ne sont pas intrinsèques au foie, mais sont des réactions à différentes agressions. C’est le cas pour la fibrose, ou encore la cirrhose. La cytolyse hépatique fait aussi partie de ces conséquences et effets secondaires liés à une cause qui est autre.

D’où l’importance de l’étiologie dans le choix de votre traitement. Vous pourrez en guérir en traitant la cause. C’est-à-dire que si votre cytolyse est engendrée par l’alcool, c’est en stoppant votre consommation que vous entamerez votre processus de guérison. Si une hépatite en est responsable, il conviendra de prendre un traitement médicamenteux pour éliminer ce virus s’il n’est pas parti de lui-même ou s’il devient chronique. Ou encore l’arrêt du médicament ou de la substance toxique que vous prenez qui n’est pas supporté par votre foie sera la solution pour une hépatite médicamenteuse.

Consultez aujourd'hui sans vous déplacer !

Des médecins généralistes sont disponibles en vidéo de 6h à 1h 7j / 7.

Dans tous les cas, il n’existe pas de médicament permettant de baisser le taux de transaminase ou de stopper la cytolyse. Le processus s’inversera de lui-même lorsque vous aurez éradiqué la cause toxique.

Exception cependant dans les cas de cytolyse hépatiques aiguë et sévères ou une hépatite fulminante peut survenir. Un traitement d’urgence est ici nécessaire, et seule une greffe de foie pourra vous aider à la traiter. Mais ces cas restent des complications très rares.