Stéatose hépatique : quand le foie est malade à cause du gras

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Parlez de vos symptômes à un médecin !

Consultez un médecin en vidéo, sans vous déplacer, et recevez une ordonnance si nécessaire. Remboursable par l’Assurance Maladie.

Démarrer la consultation

Maladie qui désigne une accumulation anormale de graisses dans le foie, la stéatose hépatique est le plus souvent bénigne. Elle doit cependant faire l’objet d’un suivi médical sérieux, ainsi que d’un traitement adapté pour ne pas évoluer vers des pathologies plus graves. L’équipe médicale de Qare vous en dit plus sur la maladie du foie gras.

Qu’est-ce que la stéatose hépatique ?

La stéatose hépatique est une maladie du foie. Elle représente une accumulation de graisses à l’intérieur des cellules de l’organe. En temps normal, celles-ci n’en contiennent que très peu, voire pas du tout.

Également appelée stéatose du foie ou maladie du « foie gras », la stéatose hépatique peut être non alcoolique (sans qu’il n’y ait de consommation excessive d’alcool) ou alcoolique (causée par une consommation trop élevée d’alcool).

Stéatose hépatique diffuse ou simple

Il existe deux types de stéatose.

La stéatose simple désigne le stade où les cellules hépatiques ne sont pas encore endommagées. La maladie est alors bénigne et l’accumulation de graisse dans le foie est la seule atteinte observée.

La stéatose diffuse est un stade avancé de la maladie, où la totalité du tissu hépatique est touchée.

Quels sont les symptômes d’une stéatose hépatique ?

Dans la plus grande majorité des cas, la stéatose hépatique n’engendre aucun symptôme, c’est la raison pour laquelle elle fait partie des « maladies silencieuses ». On observe chez certaines personnes une légère gêne abdominale ou de la fatigue.

Lors d’un examen clinique, il est également possible de constater une augmentation du volume du foie. Hormis ces manifestations rerlativement discrètes, la stéatose hépatique n’entraîne pas de symptômes aigus ni de « crises », comme il est parfois mentionné.

Est-ce qu’une stéatose hépatique est grave ?

Lorsque la stéatose hépatique est décelée tôt et traitée assidûment, elle reste une maladie bénigne sans gravité.

Si elle n’est pas soignée, en revanche, elle peut engendrer un état beaucoup plus grave. Pour une stéatose hépatique non alcoolique, il est question de stéato-hépatite non alcoolique (SHNA), qui correspond à une accumulation de graisse dans le foie, couplée à une inflammation de l’organe.

En France, cette maladie chronique toucherait 200 000 personnes en France, selon les chiffres de l’Inserm.

N'attendez plus pour consulter !

Consultez un médecin en vidéo dans la journée et parlez-lui de vos symptômes. Remboursable par l’Assurance Maladie.

Diagnostic et traitement d’une stéatose hépatique

Quelles sont les personnes à risque ?

Il existe, chez certaines personnes, des facteurs prédisposants. On recherche souvent la stéatose hépatique chez les individus qui présentent :

  • Une obésité, particulièrement lorsque celle-ci est morbide (IMC supérieur à 40) ;
  • Un syndrome métabolique (hypertension artérielle, diabète, cholestérol élevé…) ;
  • De l’apnée du sommeil ;
  • Un diabète de type 2 ;
  • Une hyperferritinémie ;
  • Une élévation chronique des enzymes du foie.

Lorsque l’on cumule plusieurs de ces facteurs, il est important de se faire dépister régulièrement.

Comment diagnostiquer la maladie ?

La plupart du temps, la stéatose hépatique non alcoolique est diagnostiquée par hasard, lors d’une prise de sang (augmentation sensible des transaminases) ou d’une échographie de routine.

Si tel n’est pas le cas, et que le médecin souhaite s’orienter spontanément vers cette voie, il commence par établir un premier bilan regroupant :

  • La consommation d’alcool et la liste des médicaments consommés par le patient ;
  • L’indice de masse corporel (IMC) ;
  • Les symptômes d’une hypertension artérielle (HTA).

Le professionnel prescrit également des examens complémentaires.

Bon à savoir : il n’existe pas de différence d’examen diagnostic dans la recherche d’une stéatose hépatique alcoolique ou non alcoolique. En d’autres termes, la consommation d’alcool du patient est un élément très important à connaître pour permettre de les distinguer.

Comment soigner une stéatose hépatique ?

À ce jour, il n’existe pas de traitement médicamenteux ayant prouvé une réelle efficacité dans la lutte contre la stéatose hépatique. Seules les modifications opérées au niveau du mode de vie offrent des résultats significatifs (guérison ou ralentissement de la maladie).

On englobe dans ces changements la lutte contre la sédentarité, une réduction de sa consommation d’alcool, une perte de poids, la pratique régulière d’activités physiques, ainsi qu’une alimentation équilibrée, avec notamment une diminution de l’apport calorique quotidien.

Vous ressentez des symptômes persistants ?

Téléconsultez un médecin depuis chez vous, décrivez-lui vos symptômes et recevez une ordonnance si nécessaire. Disponibilités 7J/J, de 6h à 1h du matin.

Foire aux questions :

Quels sont les aliments mauvais pour le foie ?

Le foie est un organe indispensable dans le bon fonctionnement du métabolisme tout entier. Aussi, que vous soyez atteint de stéatose hépatique ou simplement intéressé à titre préventif, il importe de ne pas abuser des aliments qui le rendent encore plus gras.

Parmi eux :

  • Les aliments trop riches en graisses et en sucres (bonbons, sodas…) ;
  • Les aliments qui contiennent des céréales blanches (pain, riz, pâtes…) ;
  • Les pommes de terre.

À l’inverse, sachez que le foie adore le chocolat noir, le thé vert ou encore les noix et les laitages (à consommer avec modération tout de même).

Quelle est la différence entre une stéatose hépatique alcoolique et une cirrhose ?

Ces deux maladies ont un dénominateur commun : l’alcool. Une consommation trop élevée d’alcool peut, en effet, causer une stéatose hépatique. Celle-ci peut ensuite se transformer en fibrose, puis en cirrhose.

La cirrhose est une maladie grave du foie, qui l’endommage irréversiblement.