Infection des reins : quels sont les symptômes de la pyélonéphrite et comment la traiter ?

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Consultez un médecin sans vous déplacer !

Des médecins sont disponibles en vidéo 7J/7 de 6h à 1h du matin.

Remboursable par l’Assurance Maladie

Prendre RDV

L’infection des reins ou pyélonéphrite fait partie des infections urinaires, qui touchent 1 française sur 3 au cours de sa vie. Survenant le plus souvent à la suite d’une cystite pas ou mal soignée, elle est source de nombreux désagréments. Comment reconnaître une infection des reins ? De quelle manière peut-on la soigner ? Nous sommes là pour vous guider.

Quels sont les symptômes d’une infection des reins ?

La pyélonéphrite est une infection bactérienne des reins. Elle est due le plus souvent à la bactérie Escherichia coli, qui fait partie de la famille des entérobactéries et évolue normalement dans l’intestin. 

Les symptômes de l’infection des reins se caractérisent par :

  • des douleurs au niveau du rein ou dans le dos, uniquement d’un côté
  • une envie fréquente d’uriner (mais parfois des difficultés à le faire)
  • une sensation de brûlure et de douleur lorsque l’on urine
  • des nausées et/ou des vomissements
  • de la fièvre (température supérieure à 38,5°C)
  • des frissons

Ces symptômes s’accompagnent parfois de troubles digestifs, d’une accélération du rythme cardiaque et de la présence de sang ou de pus dans les urines, causant des mauvaises odeurs. Tous ces symptômes ne sont pas toujours présents, on peut par exemple avoir une pyélonéphrite sans fièvre, mais c’est rare.

Chez le bébé ou le jeune enfant, l’infection des reins se manifeste par de la fièvre, une perte de poids, des douleurs quand il urine (qui se manifestent par des pleurs), des urines troubles et des douleurs au ventre.

Consultez un médecin en vidéo

N’attendez pas pour consulter en cas d’infection : prenez RDV et parlez-en à un médecin dans la journée (remboursable par l’Assurance Maladie).

Quelles sont les causes de la pyélonéphrite ?

La pyélonéphrite est souvent la conséquence d’une cystite pas ou mal soignée ou ayant résisté aux antibiotiques. Cela n’est cependant pas la seule cause de cette infection.

Les causes de l’infection des reins

Si la pyélonéphrite peut toucher tout le monde et à tout âge. On peut la contracter de plusieurs manières mais elle survient le plus souvent à la suite d’une cystite mal soignée ou ayant résisté au traitement. La bactérie remonte alors de la vessie aux reins en passant par l’urètre.

Une infection des reins peut aussi survenir suite à une une obstruction des voies urinaires. Cette dernière peut être causée par une malformation de l’appareil urinaire, un calcul rénal, une tumeur ou une prostate hypertrophiée par exemple.

Infection des reins : pourquoi les femmes sont-elles plus touchées ?

Si les pyélonéphrites sont plus courantes chez les femmes, c’est parce que leur urètre est plus court. Cela est donc plus facile pour des bactéries se trouvant sur la vulve ou le périnée de remonter jusqu’à la vessie, voire jusqu’aux reins si l’infection n’est pas traitée avant. 

La grossesse est une période qui nécessite une vigilance particulière. D’une part parce que les changements anatomiques et hormonaux qui l’accompagnent facilitent la remontée des bactéries depuis la vessie vers les reins et d’autre part parce que l’infection augmente le risque d’accouchement prématuré et qu’elle peut la transmettre à son bébé.

N'attendez pas que votre situation se dégrade

Des médecins généralistes sont disponibles en vidéo 7J/7 de 6h à 1h du matin. Prenez RDV et consultez dès aujourd’hui.

Pyélonéphrite : quelles conséquences si on la laisse s’aggraver ?

Il est important de prendre en charge une infection des reins dès les premiers signes sous peine de conséquences graves. En effet, si on ne traite pas une pyélonéphrite :

  • l’infection continue à se développer ;
  • elle peut causer des lésions du rein ;
  • on peut développer un abcès rénal ou péri-rénal (qui touche un organe environnant) ;
  • l’infection peut se généraliser et se transformer en septicémie, qui peut être mortelle.

Ces complications peuvent impacter la santé de manière significative. Dans le cas de symptômes évoquant une infection des reins, mieux vaut donc consulter rapidement un médecin afin de recevoir un diagnostic et le traitement approprié. Les cas graves restent cependant rares et concernent surtout les personnes fragiles (personnes âgées, immunodépressives…)

Comment guérir d’une infection des reins ?

Une infection des reins est à prendre sérieusement et ne se soigne pas avec des traitements naturels. Pour en guérir, il est nécessaire d’avoir un diagnostic auprès d’un médecin et de prendre un traitement antibiotique.

Le diagnostic de la pyélonéphrite

Le diagnostic de l’infection des reins nécessite des examens qui sont prescrits par un médecin. Il passe par une analyse des urines avec une bandelette urinaire et la réalisation d’un examen cytobactériologique des urines (ECBU). En cas de facteur de risque ou de signe de gravité, on réalise également un bilan sanguin et/ou une imagerie des reins et des voies urinaires (échographie ou scanner). Cela sert à détecter d’éventuelles complications ou une cause obstructive.

L’antibiothérapie : le traitement privilégié pour la pyélonéphrite

Dès que l’infection est suspectée, le médecin prescrit un traitement antibiotique. Il est ensuite ajusté en fonction des résultats des examens. Il dure de 7 à 10 jours pour les infections des reins aiguës et simples et peut durer jusqu’à 14 jours (dans les cas graves ou à risque de complication (résistance de l’organisme aux antibiotiques, maladie affaiblissant le système immunitaire comme le diabète ou le cancer, prostatite, calculs rénaux…). Certains cas peuvent aussi nécessiter une hospitalisation, notamment en cas d’une obstruction des voies urinaires qui nécessite alors un drainage.

Vous présentez des symptômes ?

Consultez un médecin généraliste dans la journée et recevez une ordonnance si nécessaire. Prendre RDV

Comment prévenir une infection des reins ?

Même si le risque 0 n’existe pas, des pratiques simples permettent de prévenir les pyélonéphrites et les infections urinaires de manière générale :

  • boire de 1,5 à 2 litres d’eau par jour
  • uriner après les rapports sexuels
  • s’essuyer de l’avant vers l’arrière aux toilettes
  • éviter les douches vaginales et les produits d’hygiène intime parfumés
  • porter des sous-vêtements en coton
  • faire preuve de vigilance en cas d’infection urinaire qui se prolonge
  • changer régulièrement les couches des nourrissons