Tout savoir sur les céphalées de tension

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Soignez votre mal de tête en téléconsultation !

Votre mal de tête peut être pris en charge par un médecin en vidéo :
– Obtenez un avis médical
– Recevez une ordonnance si nécessaire
(Remboursable par l’Assurance Maladie)

Consulter un médecin

Vous avez mal à la tête ou la tête lourde, prise dans un étau ? Vous souffrez probablement d’une céphalée de tension. Pas d’inquiétude : c’est très fréquent et très rarement grave. Un français sur 2 est atteint d’un ou plusieurs épisodes de céphalée de tension chaque année. L’équipe médicale de Qare vous explique en détail les symptômes, les causes et les traitements possibles de la céphalée de tension.

Qu’est-ce que des céphalées de tension ?

Une céphalée de tension, par définition, c’est un mal de tête, léger ou modéré. On parle parfois de céphalée psychogène pour nommer la céphalée de tension. C’est le plus fréquent des maux de tête, à bien différencier de la migraine car les traitements ne sont pas les mêmes. Les céphalées de tension épisodiques se produisent ponctuellement ou de temps à autre. Quand elles surviennent de façon très fréquentes, on parle de céphalées de tension chroniques.

Comment reconnaître une céphalée de tension ?

Vous reconnaîtrez facilement les symptômes de la céphalée de tension :

  • On sent comme une pression de la tête, on a l’impression d’avoir la tête enserrée ;
  • La douleur touche les deux côtés de la tête ;
  • Elle commence souvent au niveau du front ou de la nuque avant de s’étendre parfois à l’ensemble de la tête ;
  • C’est une douleur modérée, elle n’empêche généralement pas de continuer ses activités quotidiennes ;
  • C’est une douleur constante, elle n’est pas pulsatile : elle ne donne pas l’impression de battre dans la tête ;
  • La douleur de la céphalée de tension peut s’accompagner d’une sensation de tête lourde, ou bien de tête vide avec des difficultés de concentration ;
  • On peut ressentir parfois une intolérance légère à la lumière ou au bruit, mais jamais les deux en même temps ;
  • Enfin la céphalée de tension ne donne pas de vertiges ni de nausées.

Votre mal de tête ne passe pas ?

Consultez un médecin généraliste entre 6h et 23h 7j/7 et recevez une ordonnance si besoin !

Combien de temps dure une céphalée de tension ?

La plupart du temps, les céphalées de tension ne durent pas plus de quelques heures, mais c’est très variable. Médicalement on dit que la durée d’une céphalée de tension peut aller de 30 minutes à 7 jours. Dans la grande majorité des cas, les céphalées de tension ne durent pas plus d’une journée. Elles apparaissent souvent en fin de journée et se calment la nuit, avec le repos. Mais dans certains cas, les céphalées de tension deviennent chroniques et même parfois quasiment permanentes.

Comment faire la différence avec la migraine ?

La migraine est un autre type de mal de tête fréquent puisqu’il touche près de 10% de la population. Voici les symptômes qui peuvent vous permettre de différencier céphalée de tension et crise de migraine.

Attention : les céphalées de tension peuvent parfois déclencher des épisodes migraineux.

Céphalée de tensionMigraine
douleur diffuse et constantedouleur pulsatile, battante
touche le front ou l’ensemble de la tête, douleur “en casque”n’atteint en général qu’un seul côté de la tête, à droite ou à gauche
douleur modérée, n’empêche pas les activités quotidiennesdouleur forte, handicapante pour la vie quotidienne
pas d’intolérance à la lumière ou au bruit, ou intolérance légère à l’un ou l’autrephotophobie (on a besoin de rester dans le noir) ; le bruit aggrave aussi les symptômes
pas de nausées, ni de vertigesnausées et vomissements possible, vertiges dans certains cas
dure de 30 minutes à 7 joursdure de 4 heures à 72 heures (3 jours)

Quand parle-t-on de céphalées de tension chroniques ?

Elles sont relativement fréquentes : 3% des adultes souffrent de céphalées chroniques quotidiennes (CCQ). On parle de céphalées chroniques quand elles apparaissent plus de 15 jours par mois pendant au moins 3 mois. Chaque épisode de céphalée dure au moins 4 heures si on ne prend pas de traitement.

Ces céphalées de tension chroniques sont évidemment difficiles à supporter et retentissent sur la vie quotidienne. Souvent, elles s’expliquent par une consommation trop élevée de médicaments. Par exemple si vous prenez plus de 10 jours par mois des médicaments contre la douleur, vous risquez de développer des céphalées chroniques. C’est un cercle vicieux : si vous arrêtez les médicaments, vous avez mal à la tête mais si vous en prenez, la céphalée de tension revient dès que cesse l’effet des médicaments.

Les céphalées chroniques révèlent donc une forme d’addiction involontaire. Si vous pensez vous trouver dans cette situation, n’hésitez pas à consulter un médecin ou un centre médical spécialisé dans le mal de tête.

Prenez RDV et consultez depuis chez vous !

Un médecin généraliste peut vous aider à mettre un terme à vos céphalées en téléconsultation. Remboursable comme une consultation en cabinet.

Comment faire passer une céphalée de tension ?

En cas de céphalée, la première chose à faire est de calmer vos symptômes. Les remèdes sont simples, et souvent cela suffit pour une guérison définitive. Mais si vous avez souvent des maux de tête, il faut envisager un traitement de fond pour soigner les causes de vos céphalées de tension.

Quel médicament pour une céphalée de tension ?

Pour soulager une céphalée de tension, commencez par prendre un traitement antalgique, c’est-à-dire qui calme la douleur. Ils sont vendus sans ordonnance. Vous pouvez utiliser du paracétamol, ou éventuellement de l’aspirine ou de l’ibuprofène (sauf contre-indication). Mais ne mélangez jamais ces différents médicaments. En général, une seule prise suffit à calmer la douleur du mal de tête. Si la céphalée revient, vous pouvez prendre un nouveau comprimé après 6 heures d’intervalle. Lisez toujours la notice pour respecter les doses !

Etes-vous certain de prendre le bon traitement ?

Au moindre doute, ou si vos symptômes ne passent pas, consultez un médecin généraliste en vidéo et demandez lui son avis médical. Il pourra adapter votre traitement si besoin.

Bon à savoir : ne prenez pas d’ibuprofène si vous avez des symptômes d’infection (fièvre, bronchite, boutons de varicelle…) Actuellement, en raison de l’épidémie de coronavirus, il vaut mieux éviter de prendre de l’ibuprofène comme médicament contre la céphalée de tension : le mal de tête fait partie des premiers symptômes du Covid-19 et l’ibuprofène est soupçonné d’effets secondaires graves dans ce cas.

Quand faut-il appeler le médecin ?

Si une céphalée de tension ne passe pas avec un traitement médicamenteux simple, ou si elle revient régulièrement, n’hésitez pas à consulter un médecin généraliste. Une prise en charge médicale de la céphalée de tension peut en effet s’avérer utile.

  • Le médecin vous posera des questions précises sur vos symptômes et votre état de santé pour savoir comment soigner votre céphalée de tension.
  • En cas de maux de tête qui reviennent régulièrement, il pourra décider de vous faire passer des examens d’imagerie médicale, comme une IRM du cerveau ou une tomodensitométrie (TDM), pour détecter une sinusite par exemple, ou une maladie de Horton chez les personnes âgées.

Parlez à un médecin rapidement en vidéo

Consultez les disponibilités des médecins généralistes en téléconsultation et prenez RDV sur le créneau qui vous convient entre 6h et 23h 7j/7.

consulter médecin céphalées

L’homéopathie peut parfois aider à soulager une céphalée de tension. Si le médecin a cette spécialité, il peut vous définir un traitement homéopathique en analysant votre situation particulière, vos symptômes et les circonstances qui déclenchent votre mal de tête. Si vos maux de tête reviennent régulièrement, il peut aussi vous prescrire un antidépresseur léger, Laroxyl ou équivalent, efficace sur les céphalées de tension.

Comment soigner les céphalées de tension naturellement ?

Voici quelques pistes reconnues médicalement si vous cherchez comment vous débarrasser des céphalées de tension sans médicament :

  • Isolez-vous dans un endroit calme, sans nuisance sonore ni visuelle ;
  • Reposez-vous si vous le pouvez ;
  • Buvez pour bien vous hydrater ;
  • Évitez les excitants comme l’alcool ou le café ;
  • Attendez la fin de la céphalée pour faire du sport ;
  • Appliquez-vous une compresse froide sur la nuque ;
  • Prenez un bain chaud.

Il existe également des traitements naturels parfois efficaces pour soulager une céphalée de tension :

  • La grande camomille est reconnue par l’OMS (Organisation mondiale de la santé) comme traitement par les plantes des céphalées de tension et des migraines. On peut en prendre sous forme de tisane ou de comprimés.
  • Une séance d’ostéopathie peut être très utile en cas de céphalées de tension. L’ostéopathie agit sur les muscles du cou et des épaules et calme donc un facteur fréquent de mal de tête.
  • Certaines huiles essentielles, comme celle de menthe poivrée, peuvent soulager les symptômes d’une céphalée de tension.

Important : demandez conseil à votre pharmacien avant d’utiliser une huile essentielle, et ne vous en servez jamais comme traitement chez un bébé de moins de 36 mois, cela peut être dangereux.

Céphalées chroniques : quel traitement ?

En cas de céphalées de tension chroniques, une consultation et un suivi médical sont indispensables. A la première consultation, le médecin vous demandera de tenir un agenda de vos épisodes de céphalées, en notant les dates auxquels ils se produisent, combien de temps ils ont duré et les médicaments que vous avez pris pour les calmer.

Démarrez votre suivi médical en téléconsultation

Optimisez vos déplacements et consultez d’où que vous soyez en mettant en place un suivi régulier en téléconsultation. (Remboursable comme une consultation en cabinet) Prendre RDV

Ne pas abuser des médicaments

Souvent en effet, les céphalées chroniques sont la conséquence d’un abus de médicaments sur le long terme. On prend des traitements tous les jours ou presque, et à force, le mal de tête devient constant. Il faut alors mettre en place une forme de sevrage de médicaments. Selon les recommandations de la Haute autorité de santé (HAS) sur les céphalées de tension chroniques, un petit temps d’hospitalisation est parfois nécessaire, durant 5 à 10 jours, pour que le sevrage ne soit pas trop difficile à supporter.

Soulager le stress

Avec ou sans abus de médicaments, on retrouve souvent une situation de stress chez les personnes qui se plaignent de céphalées de tension chroniques. Si vous êtes dans ce cas, le médecin qui vous suit pourra vous conseiller un suivi psychologique et l’aide des thérapies comportementales et cognitives (TCC). C’est souvent très efficace pour calmer l’anxiété et résoudre les problèmes de maux de tête.

Prenez un temps pour votre santé

Démarrez votre suivi psychologique en téléconsultation !

Ces thérapies permettent notamment d’apprendre des techniques de relaxation et des exercices de gestion du stress pour soulager les céphalées de tension. La sophrologie peut également être utile dans cette situation. Enfin il faut mettre en place une bonne hygiène de vie avec des temps d’activités sportives, une alimentation équilibrée et un repos suffisant.

Que faire en cas de céphalée de tension chez l’enfant ?

Les enfants souffrent comme les adultes de céphalées de tension. Elles apparaissent plus fréquemment au fur et à mesure que l’enfant grandit : à l’âge de la puberté, 30% des enfants connaissent au moins un épisode de céphalée de tension par an. Les céphalées de tension chroniques sont en revanche très rares chez les enfants : elles se déclarent surtout chez les filles autour de 14 ans.

Les symptômes

Le mal de tête chez les enfants apparaît typiquement en fin de journée, avec la fatigue. Les symptômes des céphalées de tension sont les mêmes que chez les adultes : impression d’avoir la tête serrée dans un étau, douleur modérée et constante sur la zone frontale ou à l’ensemble de la tête.

Le traitement

Si votre enfant à une céphalée de tension, le traitement consiste, comme chez l’adulte, à se reposer dans un endroit calme. Pour calmer la douleur, vous pouvez donner à votre enfant du paracétamol. Choisissez alors une présentation et un dosage correspondant à son poids, demandez au pharmacien si nécessaire. En cas de céphalées chroniques provoquées par l’utilisation abusive de médicaments, un programme pédagogique permettra à l’enfant d’arrêter progressivement les médicaments jusqu’à la disparition définitive de ses maux de tête.

Dans tous les cas, n’hésitez pas à consulter un médecin si votre enfant se plaint de mal de tête et que cela vous inquiète. Il vous interrogera sur les éventuels symptômes associés et saura vous éclairer sur l’origine de la céphalée, et vous prescrire un traitement bien adapté.

N'attendez pas pour consulter !

Des pédiatres sont disponibles rapidement en téléconsultation et peuvent vous indiquer le bon traitement pour votre enfant.

Quand faut-il s’inquiéter en cas de mal de tête ?

La plupart du temps, la céphalée de tension ne révèle aucune cause grave. Il existe cependant quelques situations peu fréquentes où vous devez appeler le 15 ou un médecin en urgence. C’est le cas si :

  • le mal de tête se déclare brutalement et de façon extrêmement violente ;
  • la céphalée de tension s’accompagne de vertiges, baisse de la vue, paralysie d’un membre ou d’une partie du corps ;
  • le mal de tête s’accompagne de vomissements en jets, de raideur de la nuque (on n’arrive plus à la plier vers le thorax), de sensibilité à la lumière, parfois de fièvre élevée : ça peut être des symptômes de méningite.

Par ailleurs, une consultation médicale est indispensable si votre céphalée ou celle de votre enfant n’est pas soulagée par les médicaments courants, ou si elle s’aggrave au fil des heures ou des jours.

Les causes des céphalées de tension

La plupart du temps, les maux de tête ne sont pas des symptômes d’une autre maladie. On parle de céphalées de tension primaires, on ignore leurs causes exactes. On sait en revanche qu’elles se déclarent plus souvent lorsque certains facteurs favorisants sont présents.

Les plus connus sont :

  • le stress et la fatigue, très fréquents ;
  • les facteurs musculaires : blocage du cou ou des épaules ;
  • les variations hormonales : avant les règles, pendant la grossesse et à la ménopause notamment ;
  • la consommation d’alcool ;
  • l’excès de café, ou l’arrêt brutal de sa consommation ;
  • des problèmes de correction visuelle ;
  • des troubles de l’articulation de la mâchoire (articulation temporo-mandibulaire)
  • la consommation de certains aliments (agrumes, chocolat, fromages trop faits, pain frais, aspartame, exhausteur de saveur comme le glutamate, charcuterie et vin blanc notamment).

Céphalées de tension et stress

C’est bien connu, si vous êtes en situation de stress, vous aurez facilement mal à la tête. Stress et contractions musculaires sont d’ailleurs souvent liés :

  • les muscles du cou se contractent sous l’effet d’une anxiété qui dure.
  • Les céphalées dues au stress apparaissent souvent en fin de journée, quand la fatigue s’ajoute au stress et donne une impression de pression dans la tête.
  • Ainsi dans certains cas, des céphalées fréquentes peuvent être le signe d’alerte d’un état de surmenage.

N’hésitez pas à consulter un médecin ou un psychologue si vous pensez être dans cette situation : un soutien peut être utile pour soulager votre surmenage et éviter une aggravation vers le burn-out.

Parlez-en à un psychologue depuis chez vous entre 6h et 23h !

céphalées de tension stress

Céphalées de tension musculaire

Les tensions musculaires du cou et de la nuque peuvent donner des symptômes de céphalée de tension. Souvent ces tensions se manifestent quand on est stressé ou anxieux, car on contracte alors involontairement les muscles du cou et des épaules.

  1. Une mauvaise posture de travail peut également favoriser des céphalées de tension cervicales.
  2. Si vous être trop penché sur votre ordinateur ou votre smartphone, vous favorisez la contraction des muscles du cou, qui à leur tour vont permettre le développement d’une céphalée de tension à partir de la nuque.
  3. Une arthrose des vertèbres cervicales peut favoriser une céphalée de tension ; les douleurs dans ce cas se produisent plutôt à l’arrière du crâne.

C’est le médecin qui pourra évaluer ce facteur, en cas de céphalées de tension récidivantes.

Consulter un médecin rapidement

Prenez RDV en téléconsultation avec un médecin généraliste et décrivez-lui vos symptômes.

Les maux de tête liés à la vision

La céphalée de tension ne donne pas mal aux yeux. En revanche, des problèmes de vision peuvent déclencher une céphalée.

  • Par exemple, si votre vue n’est pas assez corrigée, ou au contraire si la correction est trop forte ou mal adaptée, vous pouvez éprouver une fatigue visuelle qui s’accompagne parfois de mal de tête.
  • Un mauvais parallélisme des yeux peut aussi donner une céphalée de tension et des vertiges. Dans ce cas, des séances de rééducation orthoptique vous permettront de soulager vos symptômes de céphalées de tension.

Est-ce que la tension donne mal à la tête ?

Quand on parle de céphalées de tension, on parle de tension nerveuse ou de tension musculaire. Ça n’a donc rien avoir avec la tension artérielle ! La plupart du temps, l’hypertension peut donner des céphalées parfois importantes mais aussi des vertiges ou des acouphènes. En cas de poussée brutale d’hypertension, vous pouvez ressentir des céphalées importantes accompagnées d’une rougeur de la face, des bouffées de chaleur et un inconfort général. Les médicaments courants, comme le paracétamol ou l’aspirine, ne calment pas ces maux de tête.

Consultez un médecin sans attendre si vous pensez être dans ce cas : c’est important de faire rapidement baisser votre tension pour éviter des complications graves.

Sources :