Les bienfaits de l’arrêt de l’alcool sur la santé

Par Zoé Falgarone · Rédactrice web santé · Mis à jour le 30 juin 2020, publié le 23 juin 2020

Tout le contenu médical est validé par la Direction médicale de Qare

L’alcool peut parfois prendre trop de place dans nos vies sans qu’on s’en rende compte. Réduire sa consommation en cas d’excès ou arrêter complètement l’alcool s’avère indispensable pour les personnes alcoolo-dépendantes. Vous envisagez l’arrêt total de l’alcool ? L’équipe médicale de Qare vous rappelle les bonnes raisons de sauter le pas, et les différentes méthodes qui peuvent vous aider à arrêter de boire. Tour d’horizon des effets de l’arrêt de l’alcool sur notre santé.

arrêt alcool

Arrêt de l’alcool : comment s’y prendre ?

Arrêter de boire est une décision qui n’est pas évidente. Cela peut demander beaucoup d’efforts pour se défaire de cette habitude. Le soutien des proches est souvent crucial dans ce type de situation, mais il est possible de s’en sortir.

Comment arrêter l’alcool seul ?

Il est possible d’arrêter de consommer de l’alcool, même seul, avec un accompagnement approprié. Le site alcool-info-service, qui apporte des ressources et des solutions contre l’alcoolisme, donne notamment des conseils pour réduire sa consommation seul et trouver la motivation.

  1. Trouvez des motivations : économiser, se sentir en meilleure forme, faire plus d’activités, améliorer son humeur…
  2. Évaluez votre consommation en termes de quantité, de situation et de fréquence. Buvez-vous seul ? Lors d’apéro entre amis ou collègues ? Combien de verres par occasion ? Vous pourrez ainsi évaluer à quel moment vous êtes le plus tenté de boire et évitez ces situations.
  3. Fixez-vous des limites et des objectifs. Vous pouvez limiter votre consommation d’alcool à certaines réunions sociales et limiter le nombre de verres maximum par occasion, ou bien vous fixer une heure à laquelle arrêter de boire.
  4. Demandez de l’aide ou parlez-en. Si vous avez dû mal à arrêter ou avez besoin d’aide, vous pouvez appeler un service d’aide ou tout simplement en parler à votre médecin.

L’alcoolo-dépendance est une véritable maladie. Si vous éprouvez des difficultés à vous en sortir, parlez-en à médecin, psychologue ou spécialiste en addictologie.

Besoin d’aide ? Un médecin addictologue ou un psychologue sont là pour vous écouter.

Consultations médicales remboursables par l’Assurance Maladie

Quel traitement pour arrêter de boire ?

Il existe également des solutions thérapeutiques pour aider les personnes dépendantes à arrêter l’alcool. Ces médicaments sont un soutien dans le traitement de l’alcoolisme et doivent être prescrits par un médecin. Il existe deux types de traitements :

  • ceux pour réduire sa consommation ;
  • ceux aidant le patient à rester totalement sobre.

Avant d’arrêter l’alcool, il est conseillé de consulter un spécialiste en addictologie pour évaluer votre dépendance et les risques liés au syndrome du sevrage. Le médecin pourra ainsi établir un plan d’action pour arrêter l’alcool en fonction de votre niveau de dépendance.

Ne restez pas seul face à votre dépendance. Demandez conseil à un médecin pour vous aider à vous soigner et à sortir de l’addiction ou faites appel au centre d’aide.

Vous cherchez des conseils ? Téléconsultez un médecin généraliste pour vous aider à trouver les moyens d’arrêter.

Pris en charge par l’Assurance Maladie.

sevrage alcool

Comment ressent-on le manque d’alcool ?

Pour les personnes alcooliques, l’arrêt de l’alcool est compliqué et les étapes pour arriver au sevrage complet ne sont pas toujours agréables. En effet, lorsqu’une personne est en sevrage d’alcool, elle peut ressentir des tremblements, des sueurs, de l’anxiété, de la dépression, des nausées, voire un état de malaise et des douleurs abdominales, durant les deux premiers jours.

Le sevrage chez une personne dépendante à l’alcool nécessite une prise en charge médicale et sa durée est de plusieurs jours. La durée du sevrage d’alcool varie d’un patient à l’autre, selon la présence ou l’absence de complications. Au bout de 8 jours maximum, les patients sortent de l’état de sevrage dans lequel le manque d’alcool les a plongés.

Arrêter l’alcool pendant un mois : le défi du dry january

Parce qu’il est toujours plus motivant de se lancer des objectifs à plusieurs, pourquoi ne pas tester le dry january ? En seulement 1 mois, l’arrêt de l’alcool permet de retrouver une meilleure santé. Les bénéficesse ressentent déjà après quelques semaines et ont des effets sur le long terme. En effet, la plupart des participants parviennent à mieux réguler leur consommation d’alcool dans les mois qui suivent le dry january. Plus d’infos sur cette initiative ici.

Que se passe-t-il quand on arrête l’alcool ?

On le sait pertinemment, l’arrêt de l’alcool a de nombreux bienfaits. L’alcoolo-dépendance est un problème de santé pouvant avoir de graves conséquences, et le sevrage est parfois la seule solution contre l’alcoolisme. Que l’on cherche à améliorer son hygiène de vie, sa forme physique ou bien à sortir de sa dépendance, le sevrage de l’alcool a des effets bénéfiques sur la durée. Voici un rappel pour vous motiver à arrêter ou du moins à diminuer votre consommation.

Les effets bénéfiques de l’arrêt de l’alcool

Jour après jour, les bienfaits de l’arrêt de l’alcool se font sentir sur votre corps et votre esprit. Sur le court terme :

  • l’arrêt de l’alcool vous aide à dormir beaucoup mieux, à ressentir moins de fatigue, et à récupérer votre énergie ;
  • vous améliorez également votre capacité de concentration, vous êtes plus attentif ;
  • les bienfaits de l’arrêt de l’alcool se voient même sur le visage ! En effet, l’alcool favorise les problèmes de peau, donne le teint gris et peut accentuer les cernes.

Sur le moyen et long terme :

  • l’arrêt de l’alcool favorise la perte du poids. Les boissons alcoolisées étant très caloriques, vous pouvez retrouver ventre dégonflé et vous débarrasser des kilos en trop grâce à l’arrêt de l’alcool mais aussi grâce à un régime alimentaire adapté, accompagné d’une activité physique régulière.
  • La régénération du foie, qui est l’organe souffrant le plus durant l’état d’alcoolémie, est aussi possible grâce à l’arrêt de l’alcool.
  • Une étude américaine a montré que l’arrêt de l’alcool facilitait l’arrêt du tabac chez les sujets étudiés. Arrêter de boire peut également contribuer à la baisse de votre consommation de tabac et à préserver votre santé.

L’alcool peut en partie expliquer pourquoi vous n’arrivez pas à perdre du poids. De nombreux témoignages en ligne, sur des forums, montrent que l’arrêt de l’alcool participe efficacement à la perte de poids. Raison de plus d’essayer !

Bon à savoir : les gamma GT sont un marqueur de l’état du foie. Lorsqu’ils sont trop nombreux, cela peut être le signe que l’on boit trop. Après l’arrêt de l’alcool on peut effectivement observer une diminution du taux de gamma GT dans le sang.

N’attendez pas pour arrêter et sollicitez un médecin spécialiste en addictologie en téléconsultation pour vous aider à décrocher !

Médecins disponibles 7 J/7 de 6 h à 23 h.

bénéfices arrêt alcool

Les effets de l’alcool sur le cerveau

L’alcoolisme provoque des dégâts à long terme sur notre cerveau, qui sont pour certains irrémédiables. On note une diminution du volume cérébral chez les sujets alcoolo-dépendants, en plus d’une réduction des capacités cognitives et d’apprentissage. L’arrêt de l’alcool permettrait d’améliorer, du moins en partie, la santé de notre cerveau et de récupérer certaines facultés, selon une étude américaine. Le mieux reste encore de limiter sa consommation tout au long de sa vie pour éviter ces conséquences.

Les effets de l’alcoolisme sur la santé mentale

Les bénéfices de l’arrêt de l’alcool ne s’arrêtent pas là. L’alcool a aussi des effets sur la santé mentale. Prendre un verre pour se remonter le moral avec des amis n’a rien de grave en soi. Le problème survient lorsque l’on n’arrive plus à s’en passer. La dépression favorise souvent l’alcoolisme, tandis que l’alcool aggrave l’état dépressif. L’arrêt de l’alcool est souvent une des conditions nécessaires à la guérison de la dépression chez les personnes atteintes de ce trouble.

Dépressif ou dépendant ? Cherchez de l’aide et parlez-en à un psychologue disponible en téléconsultation.

Tous les jours de 6 h à 23 h.

Sources :