Addiction à l’alcool, comment l’évaluer et s’en sortir ?

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Obtenez un accompagnement en ligne

Consultez un médecin addictologue depuis chez vous pour vous aider à diminuer votre consommation d’alcool.

Remboursable par l’Assurance Maladie

Consulter un médecin

Vous aimez boire et vous pensez que votre consommation devient trop fréquente ? Vous vous demandez si vous ne devenez pas dépendant ? L’équipe médicale de Qare vous explique comment reconnaître une addiction à l’alcool et que faire si vous vous trouvez dans ce cas.

Qu’est-ce que l’addiction à l’alcool ?

Vous aimez boire un verre avec des amis ? Vous consommez souvent de l’alcool ? C’est néfaste pour votre santé mais ça ne fait pas nécessairement de vous une personne alcoolique. On parle d’addiction à l’alcool, ou alcoolodépendance, quand on ne peut plus se passer de boire. L’addiction à l’alcool s’accompagne parfois d’addiction au tabac ou à la drogue.

Quelle quantité d’alcool pour être alcoolique ?

L’addiction à l’alcool n’est pas une affaire de quantité. Les personnes qui tombent dans l’alcoolisme boivent de plus en plus, pour continuer à éprouver les effets de l’alcool alors que leur corps s’y habitue. Mais surtout, elles sont dépendantes de l’alcool, c’est ce qui fait la personnalité de l’alcoolique : elles ne peuvent plus se passer de boire, c’est plus fort qu’elles.

Comment savoir si on devient dépendant de l’alcool ?

Les symptômes d’addiction à l’alcool se voient dans le rapport qu’on entretient avec la boisson. Par exemple, on peut avoir envie de prendre un verre dès le matin au lever. On attend avec impatience l’heure du premier verre. Ou bien on boit en cachette de son entourage. Il existe plusieurs tests sur internet pour évaluer son addiction à l’alcool (voir les références en bas de cet article).

Quels sont les symptômes d’un manque d’alcool ?

Le corps et le psychisme développent des symptômes de manque si on ralentit sa consommation ou si on arrête de boire. Voici les différentes conséquences du manque qui signalent une addiction à l’alcool :

  • On a les mains qui tremblent ;
  • On peut transpirer fortement ;
  • On peut ressentir de la tachycardie ;
  • On ressent de l’anxiété, de l’agitation ;
  • On peut adopter un comportement violent ou inadapté ;
  • Dans les cas graves, il peut y avoir une crise d’épilepsie ou un épisode de délirium tremens (se traduisant par un état confusionnel et des hallucinations en plus des symptômes pré-cités) ; c’est une urgence médicale.

symptômes manque d'alcool

Comment faire pour arrêter de boire de l’alcool ?

La première chose à faire, c’est de reconnaître que l’on est devenu dépendant de l’alcool et que l’on souhaite ardemment se faire traiter. Souvent une aide extérieure est nécessaire pour mettre fin à une addiction à l’alcool. Vous pouvez commencer par consulter un médecin généraliste : il saura vous conseiller et vous orienter si besoin vers un addictologue ou une consultation spécialisée.

Consultez en vidéo depuis chez vous

Des médecins généralistes et des médecins addictologues sont disponibles en téléconsultation.

Comment diminuer sa consommation d’alcool ?

Plusieurs traitements naturels existent si vous avez une addiction modérée à l’alcool :

  • se fixer à l’avance le nombre de verres maximum par jour ;
  • décider de boire de l’alcool uniquement le week-end ou certains jours ;
  • tenir un agenda de sa consommation d’alcool ;
  • certains médicaments dits “anti-craving” aident à boire de façon plus modérée ;
  • l’hypnose peut représenter une aide pour sortir de son addiction à l’alcool.

Quel sevrage en cas d’addiction à l’alcool ?

Le servage est le premier traitement en cas d’addiction à l’alcool. Il ne peut être entrepris seul et demande une aide médicale. Le corps doit se déshabituer de l’alcool alors qu’il en est devenu dépendant. Selon les cas, le sevrage peut se réaliser de deux façons :

  1. avec un suivi médical et psychologique et des médicaments appropriés sur une plus ou moins longue période (habituellement de quelques mois).
  2. lors d’un séjour de trois semaines à trois mois dans un centre spécialisé. Le suivi est à la fois physique et psychologique pour identifier les causes profondes de l’addiction à l’alcool et voir comment s’en sortir le mieux possible. En cas d’addiction à l’alcool et à la drogue, les deux problèmes seront traités en même temps.

Tests d’addiction à l’alcool :

Sources :

Associations (non exhaustif) :