Vaccins anti-covid : quels effets secondaires ?

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Vous rencontrez des effets secondaires ou vous les craignez ?

Avant ou après votre vaccination, recevez un avis médical en téléconsultation de 6h à 23h sans vous déplacer.

Remboursé à 100%  par l’Assurance Maladie

Prendre RDV

La vaccination se poursuit et s’amplifie en France avec l’utilisation de trois vaccins, ceux de Pfizer, de Moderna et d’AstraZeneca. Fièvre, courbatures, réactions allergiques… Plusieurs effets secondaires ont été rapportés. Quels sont les plus fréquents ? Y a-t-il des effets graves ? L’équipe médicale de Qare fait le bilan sur les effets secondaires connus des vaccins contre la covid-19.

Covid-19 : quels sont les effets secondaires du vaccin AstraZeneca ?

Vaccin d’AstraZeneca : les effets secondaires les plus fréquents

Distribué depuis le 6 février 2021 en France pour le grand public, le vaccin d’AstraZeneca contre la covid-19 a suscité beaucoup de polémiques suite à l’apparition d’effets secondaires, parfois graves mais très rares. Chez l’immense majorité des personnes ayant reçu au moins une dose d’AstraZeneca (plusieurs millions de personnes), les effets secondaires ressentis ont été bénins.

Si vous vous faites vacciner avec le vaccin d’AstraZeneca, vous pouvez donc avoir des effets secondaires que l’on retrouve également avec d’autres vaccins. Les effets secondaires les plus fréquents sont :

  • une douleur locale au niveau du point de l’injection ;
  • des maux de tête ;
  • de la fatigue ;
  • un syndrome pseudo-grippal avec fièvre parfois élevée, courbatures et fatigue.

Ces effets secondaires disparaissent le plus souvent en quelques jours et sont moins présents lors de la deuxième injection du vaccin. Il s’agit d’effets secondaires sans gravité communs à de nombreux vaccins.

L’Agence Européenne des Médicaments en faveur de l’utilisation du vaccin AstraZeneca

L’Agence Européenne des Médicaments (EMA) a rendu son avis jeudi 18 mars sur le vaccin d’AstraZeneca suite à la suspension de son utilisation dans plusieurs pays d’Europe. L’Agence se dit en faveur d’une reprise de l’utilisation de ce vaccin dont les bénéfices restent largement supérieurs aux risques. Emer Cooke, directrice exécutive de l’agence a déclaré: « Le comité est parvenu à une conclusion scientifique claire : il s’agit d’un vaccin sûr et efficace ».

Selon l’EMA, « le vaccin d’AstraZeneca n’est pas lié à une augmentation des cas de caillots sanguins », même s’il ne faut pas exclure définitivement un lien avec quelques cas qui ont été signalés. L’agence va néanmoins poursuivre la surveillance de la vaccination et continuer son enquête sur les effets du vaccin.

Pour rappel, plusieurs cas de thrombose ont été signalés dans plusieurs pays européens chez des personnes ayant reçu une dose du vaccin AstraZeneca, mais rien ne permet d’établir un lien direct avec le vaccin.

Suite à l’avis de l’AEM, la Haute Autorité de Santé a également communiqué ses recommandations concernant la vaccination avec le vaccin d’AstraZeneca en France. Elle préconise l’utilisation du vaccin uniquement chez les personnes de 55 ans et plus.

La vaccination avec AstraZeneca suspendu dans plusieurs pays d’Europe

Le Danemark, la Norvège et l’Islande ont été la premiers à suspendre la vaccination contre la covid-19 avec le vaccin d’AstraZeneca par précaution, suite à quelques réactions graves dont quelques décès. Plusieurs cas sévères de formation de caillots dans le sang (de type thrombose) ont été observés suite à l’administration du vaccin, mais le lien entre ces cas et le vaccin n’est pas clairement établi.

Lundi 15 mars 2021, Emmanuel Macron a annoncé la suspension de la vaccination avec le vaccin du laboratoire AstraZeneca par mesure de précaution, comme dans d’autres pays tels que l’Allemagne et l’Italie. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a ajouté que les Français qui avaient déjà reçu une première dose d’AstraZeneca n’étaient « pas en danger ».

Faut-il s’inquiéter des effets du vaccin d’AstraZeneca ?

Pour le moment, le lien entre ces cas de thrombose et le vaccin d’AstraZeneca n’est pas prouvé, même si la possibilité n’est pas entièrement exclue selon l’EMA. Plusieurs éléments sont à prendre en compte et permettent d’affirmer que le vaccin reste la meilleure option.

Le rapport bénéfice-risque reste en faveur du vaccin

Le vaccin d’AstraZeneca a prouvé son efficacité pour protéger les personnes de la covid-19, notamment des formes graves. La vaccination peut donc permettre de réduire le nombre d’hospitalisations et de décès liés à la covid-19. Les effets secondaires graves observés après vaccination restent extrêmement rares (30 cas sur 5 millions de personnes vaccinées), alors que le vaccin permet d’apporter une protection efficace contre le virus.

L’Agence Européenne du Médicament a précisé qu’il n’y avait pas de preuve d’un lien direct entre les cas de thrombose et le vaccin. Cependant, elle reconnaît qu’il n’y avait pas non plus de preuve suffisante pour écarter complètement un lien. Emer Cooke, la directrice de l’EMA a ainsi déclaré : « Lorsque vous vaccinez une grande population, il n’est pas rare que des cas de pathologies surviennent. L’important est de détecter ces incidents et d’enquêter rapidement pour déterminer s’il s’agit de coïncidences. Nous nous engageons à enquêter rapidement sur les éventuels effets indésirables ».

Le Royaume-Uni a vacciné massivement et n’a pas repéré de cas thrombose

Le Royaume-Uni, qui a vacciné massivement sa population avec ce vaccin, bien plus qu’au Danemark, qu’en Norvège et qu’en Islande réunis, n’a pas repéré ce type d’effets secondaires. Pourtant, le Royaume-Uni dispose d’un très bon système de surveillance pharmacologique et ils sont très transparents.

Les populations vaccinées ne sont pas les mêmes entre les pays

Chaque pays définit sa politique vaccinale, et ce ne sont pas toujours les mêmes types de populations qui sont ciblés. C’est aussi la première fois qu’on vaccine de façon aussi massive la population. D’habitude, la vaccination concerne plutôt les très jeunes ou les personnes âgées. Chez les adultes, les vaccins sont utilisés de façon plus ponctuelle. Il est donc plus rare d’observer les effets d’un vaccin sur cette population.

Les effets secondaires des vaccins anti-covid de Pfizer et Moderna

Plusieurs effets secondaires des vaccins contre le coronavirus ont été reportés mais la grande majorité sont bénins. Le vaccin de Pfizer est déjà en circulation dans certains pays, tandis que celui de Moderna attend encore les autorisations. Il faut préciser que les deux laboratoires utilisent la même technologie pour leurs vaccins contre la covid -19. Il s’agit de vaccins à ARN Messager, qui ont montré près de 95 % d’efficacité contre le virus.

La fatigue : un effet secondaire fréquent

Lors des essais cliniques du vaccin contre la covid-19 de Pfizer-BioNTech, 63 % des participants ont ressenti des effets secondaires telle qu’une fatigue inhabituelle, et ils étaient 68 % pour Moderna. À savoir que la fatigue est un effet qui peut se retrouver suite à d’autres types de vaccination, même s’il ne fait pas partie des plus communs. Il s’agit en tout cas d’effets secondaires bénins et passagers.

Le vaccin est-il sûr ? Un médecin peut vous répondre en vidéo

Téléconsultez dès maintenant un médecin et préparez votre vaccination en toute confiance : prendre RDV (Remboursable par l’Assurance Maladie)

Les maux de tête liés à la vaccination anti-covid

Parmi les volontaires pour recevoir les vaccins contre la covid-19 des deux laboratoires américains, certains ont rapporté des maux de tête dans leurs effets secondaires. Ils étaient 55 % pour Pfizer et 63 % pour Moderna. Ces céphalées sont gênantes mais passent rapidement et n’entraînent pas d’autres désagréments.

Bon à savoir : le gouvernement a annoncé que la vaccination en entreprise contre la covid-19 sera possible, mais qu’elle ne serait absolument pas obligatoire pour les salariés.

Des courbatures et des douleurs communes à d’autres vaccins

Les courbatures et les douleurs locales font partie des effets secondaires très fréquents de la vaccination, qu’elle concerne la covid-19 ou d’autres maladies. On observe couramment des rougeurs, gonflements ou douleurs au niveau la zone de la piqûre après une vaccination. Pour Pfizer, 86 % des participants à l’essai ont rapporté une douleur persistante durant au moins 24 heures. Lors de la phase de test de Moderna, 91 % ont également indiqué ce même type de douleurs. 38 % des volontaires de l’essai de Pfizer et 60 % de ceux de Moderna ont éprouvé des douleurs de type musculaire suite à l’injection.

Les effets secondaires de ces vaccins anti-covid-19 sont donc assez nombreux, et plutôt fréquents, toutefois ils sont en grande majorité sans gravité.

Devez-vous vous faire vacciner ? Téléconsultez pour le savoir

Posez toutes vos questions sur le vaccin lors d’une consultation avec un médecin vidéo. Prise en charge possible par l’Assurance Maladie : prendre RDV

vaccin covid-19 courbature

Des réactions allergiques graves liées aux vaccins contre la covid-19

L’administration du vaccin de Pfizer, hors essais cliniques, a provoqué quelques réactions graves. Il y a également eu quelques cas lors des essais cliniques de Moderna. Ces réactions surviennent généralement dans les minutes ou heures qui suivent la vaccination. C’est pourquoi certains pays ont mis en place un protocole pour que les patients recevant le vaccin à ARN messager contre la covid-19 restent sur place quelque temps, afin de vérifier qu’il n’y a pas d’effets secondaires graves.

Les cas de réactions allergiques au vaccin de Pfizer au Royaume-Uni

En Europe, et plus précisément au Royaume-Uni, quelques cas d’effets secondaires sévères ont été observés après l’inoculation du vaccin contre la covid-19. Au début de la campagne de vaccination, il y a eu deux réactions allergiques sévères au vaccin de Pfizer. Il s’agissait de deux personnes ayant déjà des antécédents d’allergies sévères (elles portent en permanence une seringue d’adrénaline en auto-injection), comme l’a indiqué le directeur médical du service national de santé (NHS) d’Angleterre. Elles se sont néanmoins rétablies depuis.

Une plus grande fréquence d’allergies au vaccin observée aux États-Unis

21 cas d’allergies pour 1,8 millions d’injections ont été détectés aux États-Unis durant le début de la campagne de vaccination contre la covid-19. Deux cas recensés en Alaska avaient notamment marqué les esprits. Il s’agissait de deux employés médicaux qui se sont fait vacciner contre la covid-19 et ont eu pour effets secondaires des réactions allergiques sévères.

La première est une agente de santé sans antécédent d’allergie, qui a fait une réaction anaphylactique. Quelques minutes après l’injection, elle a commencé à ressentir de fortes bouffées de chaleur, puis un essoufflement ainsi qu’une augmentation de son rythme cardiaque et une chute de sa tension artérielle. Elle a été hospitalisée et traitée. Le lendemain, son état s’était stabilisé et elle a pu sortir. L’autre personne a eu la gorge irritée, des poches sous les yeux et des étourdissements suite à l’injection. Transporté rapidement aux urgences, il en est ressorti une heure plus tard sans présenter de symptômes.

Bon à savoir : tout vaccin quel qu’il soit peut entraîner une réaction allergique ou immunitaire pouvant donner dans de très rares cas des atteintes neurologiques le plus souvent bénignes.

Recevez un avis médical en moins de 10 minutes

Des médecins sont disponibles 7J/7 en téléconsultation pour répondre à vos questions : prendre RDV (Remboursable par l’Assurance Maladie)

Les cas de paralysie faciale dans les essais cliniques des vaccins

Quelques cas de paralysie faciale (paralysie de Bell) sont survenus lors des essais cliniques des vaccins contre la covid-19 de Pfizer et Moderna, mais cela fait partie des effets secondaires rares. Quatre personnes ont eu ce type d’effets secondaires lors de l’essai de Pfizer, et trois pour celui de Moderna, dont une ayant reçu un placebo, et non le vaccin contre le coronavirus.

Environ 40 000 personnes ont participé à l’essai de Pfizer et environ 30 000 à celui de Moderna. Dans chaque essai, environ la moitié a reçu le vrai vaccin et l’autre un produit placebo. C’est ce qu’on appelle un essai randomisé en double aveugle car ni le patient ni le médecin ne savent ce que la seringue contient (vaccin ou placébo).

Le lien de causalité avec les vaccins n’est pas encore établi

Ces quelques cas n’ont pas inquiété outre-mesure la Food and Drug Administration (FDA), l’Agence américaine du médicament, qui a donné son autorisation, tandis que les laboratoires ont réfuté un lien avec leurs vaccins. Pour quelle raison ? Avec 4 cas pour 22 000 personnes, cela fait proportionnellement 18 cas pour 100 000 personnes, et donne un taux d’incidence très proche de celui que l’on retrouve dans la population générale. Le lien n’est donc pas certain entre ces paralysies et le vaccin. La FDA a tout de même demandé une vigilance particulière sur ces cas de paralysie.

Paralysie de Bell : de quoi s’agit-il ?

Pour rappel, la paralysie faciale de Bell provoque une paralysie partielle d’un côté du visage. Elle est due à un trouble du nerf facial qui contrôle les muscles du visage. Ce type de trouble peut être provoqué par une infection virale ou un dysfonctionnement du système immunitaire. Cela peut entraîner un gonflement du nerf qui résulte en une paralysie faciale. La plupart des personnes qui en souffrent récupèrent leurs facultés en quelques mois, avec ou sans traitement.

Vaccination covid-19 en France : quels sont les effets indésirables ?

Le bilan de l’ANSM sur les effets des vaccins en France

Selon l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM), les effets secondaires des vaccins sont majoritairement bénins et correspondent à des symptômes classiques liés à la vaccination. Les symptômes sont légers à modérés et s’atténuent rapidement après l’injection.

Les effets secondaires les plus fréquents des différents vaccins contre la covid-19 sont :

  • une douleur locale ;
  • de la fatigue ;
  • des maux de tête ;
  • des douleurs musculaires ou articulaires ;
  • un syndrome pseudo-grippal (frissons, fièvre…).

Les effets secondaires plus rares sont :

  • des douleurs dans les membres ;
  • des troubles du sommeil ;
  • un malaise ;
  • des ganglions lymphatiques gonflés ;
  • des démangeaisons au niveau de la piqûre.

Enfin, parmi les effets secondaires rares mais plus graves, l’ANSM rapporte :

  • des paralysies faciales ;
  • quelques cas de réactions allergiques graves.

Les réactions allergiques sont de type anaphylactique (chute brutale de la tension, perte de connaissance, signes cutanés ou œdème au niveau de la gorge et de la face…) et nécessite un traitement d’urgence (adrénaline injectable). Les symptômes surviennent souvent dans l’heure qui suit l’injection.

Suivi des effets indésirables de la vaccination contre la covid-19

Les effets secondaires seront étudiés de près lors des campagnes de vaccination, notamment par les autorités sanitaires européennes et françaises. En France, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) va suivre les répercussions de la vaccination sur les personnes vaccinées pendant au moins deux ans. Comme l’a indiqué le Président Emmanuel Macron lors de son allocution du 24 novembre, un comité scientifique va être créé à cet effet, accompagné d’un collectif de citoyens qui suivra la vaccination afin de garantir une totale transparence.

En France, 1 cas de réaction allergique sur 100 000 vaccinés

Au début 2021, seul un cas de réaction allergique au vaccin sur plus de 138 000 personnes ayant déjà reçu la première dose du vaccin covid-19 a été rapporté. Le ministre de la Santé Olivier Véran a précisé que « l’issue a été favorable et les suites simples », sans donner plus de détails. Environ 1 cas pour 100 000 personnes ayant reçu une première dose, cela correspond à la fréquence observée dans les autres pays, notamment au Royaume-Uni. Aux États-Unis, la fréquence est légèrement supérieure avec environ un cas pour 86 000 personnes vaccinées.

En France, les effets secondaires du vaccin contre la covid-19 sont surveillés par le gouvernement :

Vaccination contre la covid-19 chez l’adulte : quelles contre-indications ?

Une femme enceinte peut-elle se faire vacciner ?

Les essais cliniques des deux laboratoires n’ont pas inclus de femmes en période de grossesse. Les possibles effets secondaires des vaccins contre le coronavirus sur les femmes enceintes ou le fœtus sont donc inconnus, et la vaccination n’est pas recommandée durant la grossesse.

vaccin covid-19 femme enceinte

Vaccin covid-19 : les recommandations pour les personnes allergiques

Suite aux cas de réactions allergiques qui se sont produits au Royaume-Uni, la NHS a émis de nouvelles recommandations. Pour éviter les effets secondaires chez les adultes qui reçoivent un vaccin contre la covid-19, l’organisme demande d’exclure toute personne ayant des antécédents allergiques concernant des médicaments, des aliments ou des vaccins. L’organisme a précisé qu’il fallait faire particulièrement attention aux personnes ayant eu des réactions anaphylactiques ou à qui l’on conseille de porter un injecteur d’adrénaline.

Par ailleurs, suite aux deux cas de réactions allergiques recensés aux États-Unis, le centre américain de prévention et de contrôle des maladies (CDC) a recommandé de ne pas injecter de deuxième dose aux personnes ayant eu une réaction allergique à la première injection. Par ailleurs, il conseille aux professionnels de santé de vérifier les antécédents allergiques aux composants du vaccin avant de procéder à la vaccination.