Grossesse molaire : comment la détecter et la traiter ?

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

En cas de doute, demandez conseil à un professionnel

Des gynécologues et des sages-femmes sont disponibles sur Qare pour répondre à toutes vos interrogations.

Consultation remboursée si vous consultez en tiers payant. Disponibilités 7j / 7 de 6h à 1h.

Démarrez la consultation

La grossesse molaire provient d’une anomalie lors de la fécondation. Bien que le test de grossesse s’avère positif, la grossesse ne pourra pas être menée à son terme. Quelles sont les causes de cette anomalie ? Comment détecter une grossesse molaire ? Quels sont les traitements possibles ? Est-il possible de tomber enceinte après une grossesse molaire ? Chez Qare, on vous explique tout.

La grossesse molaire ou môle hydatiforme qu’est-ce que c’est ?

Aussi appelée môle hydatiforme, la grossesse molaire est une grossesse non viable. Il s’agit d’une maladie trophoblastique gestationnelle. Ce type de pathologie de grossesse concerne les cellules qui constituent la couche entourant l’embryon, aussi appelée trophoblaste.

En voici les caractéristiques :

  • Il en existe deux types : grossesse molaire complète et grossesse molaire partielle
  • Dans les deux cas, elle résulte d’une anomalie lors de la fécondation
  • La constitution génétique de l’œuf est incomplète
  • Lorsqu’elle se produit, la fausse couche est inévitable
  • Les symptômes de grossesse vécus peuvent être beaucoup plus intenses
  • L’utérus se développe plus rapidement que dans une grossesse classique
  • Dans de rares cas, la môle hydatiforme envahit les tissus voisins, on parle de choriocarcinome

Quelles sont les causes d’une grossesse molaire ?

La grossesse molaire complète

Dans le cas d’une môle hydatiforme complète, l’anomalie provient de l’ovule. Celui-ci ne contient pas de noyau, on parle d’ovule anucléé. Il peut y avoir un ou deux spermatozoïdes.

Le placenta se développe, et l’absence de l’embryon est remplacée par une multitude de kystes. Ces derniers sont détectés dès la première échographie.

La grossesse molaire partielle

Dans le cas d’une môle hydatiforme partielle, l’ovule est fonctionnel et possède tous les chromosomes de la mère. L’anomalie provient du fait qu’il y a deux spermatozoïdes ou un spermatozoïde anormal.

L’embryon est bien présent, mais sa constitution est déficiente.

En cas de doute, n'attendez pas que la situation s'aggrave

Des gynécologues et des sages-femmes sont disponibles dès maintenant pour un premier diagnostic en vidéo. Disponibilités de 6h à 1h 7j / 7.

Grossesse molaire : quels sont les symptômes ?

Grossesse molaire symptomatique

Lors d’une grossesse molaire complète ou partielle, les symptômes ressentis sont les mêmes que lors d’une grossesse classique. La différence se trouve dans le degré d’intensité des symptômes, dû au développement plus rapide de l’utérus en raison d’une prolifération anormale du trophoblaste. La femme enceinte peut donc ressentir :

  • Des nausées et vomissements sévères, plus intenses que les nausées matinales classiques
  • Des saignements vaginaux importants pouvant provoquer une anémie
  • Des pertes vaginales incluant des résidus de tissu gluant
  • Une fausse couche spontanée peut se produire

Grossesse molaire asymptomatique

Dans certains cas, la grossesse molaire ne présente aucun symptôme. C’est lors de la première échographie que la môle hydatiforme est alors diagnostiquée.

Si vous avez des symptômes, téléconsultez dès aujourd'hui

Des gynécologues et des sages-femmes sont disponibles de 6h à 1h 7j / 7.

Les complications possibles d’une grossesse molaire

Dans de très rares cas, la môle hydatiforme peut provoquer une tumeur trophoblastique gestationnelle. Son apparition est due à un résidu de tissu molaire qui envahit l’utérus et se transforme en tissu tumoral plus ou moins invasif. Il y a alors un risque de propagation au niveau des organes adjacents.

Un taux d’hormone Chorionique Gonadotrope (HCG) trop élevé permet de détecter une tumeur trophoblastique. Selon son degré d’avancée, une chimiothérapie peut être entamée.

Le diagnostic de la grossesse molaire

Dans la majorité des cas, la grossesse molaire est rapidement détectée. Après un examen des symptômes, en cas d’utérus anormalement développé, le médecin va prescrire une analyse du taux d’HCG. Celle-ci permet de constater le taux surélevé qu’induit la môle hydatiforme.

Si tel est le cas, une analyse de sang est ensuite réalisée afin de détecter un éventuel excès d’hormones thyroïdiennes, appelée hyperthyroïdie.

Enfin, une échographie est effectuée pour confirmer la présence d’une môle hydatiforme.

En cas de besoin, recevez un premier diagnostic sans vous déplacer

Des gynécologues et des sages-femmes sont à votre écoute en vidéo de 6h à 1h 7j / 7.

Quel traitement en cas de grossesse molaire ?

Après diagnostic d’une môle hydatiforme partielle ou complète, une interruption médicale de grossesse (IMG) est programmée. Durant l’opération, le chirurgien va retirer la môle par dilatation du col et exécuter un curetage par aspiration.

Des examens sont ensuite effectués pour vérifier que la môle a été totalement évacuée.

Une mesure des taux sanguins est effectuée régulièrement après l’aspiration pour vérifier le taux d’hormone Chorionique Gonadotrope. 10 semaines après l’interruption médicale de grossesse (IMG), le taux est censé revenir à la normale. Une échographie de contrôle est réalisée systématiquement pour vérifier que la môle a bien été retirée entièrement.

Des examens supplémentaires permettent de s’assurer que la môle ne s’est pas propagée. Parmi eux, une radiographie des poumons permet de s’assurer que les poumons n’ont pas été contaminés.

Dans de rares situations, si la môle hydatiforme a touché d’autres organes, une chimiothérapie peut s’avérer nécessaire.

Tomber enceinte après une grossesse molaire

Dans la majorité des cas, la grossesse molaire ne se produit qu’une fois. Le risque d’enchaîner une seconde grossesse molaire est très faible. Les probabilités oscillent entre 0,5% et 1%.

En cas de grossesse molaire complète, il faut attendre 6 mois après l’ablation de la môle. Durant ce laps de temps, un suivi du taux d’HCG est effectué chaque mois.

En cas de grossesse molaire partielle, il faut attendre 3 semaines après l’aspiration de la môle. Des analyses de sang permettent de confirmer la rémission totale.

Si la môle hydatiforme entraîne une tumeur trophoblastique, sachez que la chimiothérapie n’affecte pas la fécondité.