Lichen vulvaire : comment le reconnaître et le soigner ?

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Vous pensez souffrir d’un lichen vulvaire ?

Téléconsultez dès aujourd’hui un médecin, décrivez lui vos symptômes et recevez une prescription médicale. Consultation remboursable par l’Assurance Maladie.

Voir les disponibilités

Le lichen vulvaire est une maladie inflammatoire touchant la vulve. Au-delà des démangeaisons qu’elle provoque, elle peut, dans ses formes les plus sévères, obstruer l’orifice vulvaire rendant les rapports sexuels impossibles. Comment attrape-t ’on un lichen vulvaire ? Quels sont les symptômes ? Comment le soigner ? Chez Qare, on vous livre toutes les informations sur le sujet.

Lichen scléreux vulvaire : qu’est-ce que c’est ?

Le lichen scléreux vulvaire, aussi appelé lichen scléro-atrophique ou kraurosis, est une maladie inflammatoire de la peau (dermatose) touchant la vulve.

Lorsque le lichen scléreux se déclare, il modifie progressivement la peau et les muqueuses de la vulve. Cela provoque des démangeaisons (prurit) parfois intenses. Au fil du temps, la peau se sclérose, elle durcit et devient plus épaisse.

Les symptômes sont évolutifs et peuvent aller jusqu’à l’obstruction de l’entrée du vagin. Le lichen vulvaire est à l’origine de rapports sexuels douloureux, ces derniers pouvant créer des fissures. Dans ses formes sévères, il peut rendre impossible la pénétration vaginale.

Toutes les femmes peuvent contracter un lichen scléreux, néanmoins certaines sont plus à risque. Le lichen vulvaire se déclare fréquemment après la ménopause, et entre 50 et 60 ans.

A noter : l’inflammation des glandes de Bartholin peut aussi être à l’origine de rapports sexuels difficiles.

Comment attrape-t ’on un lichen vulvaire ?

Des causes encore mal connues

A ce jour, les recherches médicales n’ont pas permis de comprendre l’origine de cette maladie. Nous pouvons néanmoins affirmer avec certitude que le lichen scléreux n’est pas dû à une infection, il n’est donc pas contagieux. Le facteur génétique a lui aussi été écarté.

De plus, cette maladie ne se transmet pas sexuellement et n’est pas corrélée au degré d’hygiène intime.

L’origine la plus probable

Actuellement les études sur le sujet ont mis en lumière deux causes potentielles. La première hypothèse est que le lichen vulvaire prendrait racine dans un dérèglement hormonal. En effet, ce dernier se déclare fréquemment des suites de la ménopause.

La deuxième hypothèse est que cette maladie inflammatoire serait auto-immune. C’est-à-dire due à un dysfonctionnement du système immunitaire.

Dans la même thématique : infection urinaire, tout savoir pour la soigner

Traitez votre lichen vulvaire dès aujourd'hui en téléconsultation

Des gynécologues et des sages-femmes sont disponibles en vidéo de 6h à minuit 7j / 7. Consultation remboursable par l’Assurance Maladie.

Comment reconnaître un lichen vulvaire ?

Les premiers symptômes

Dans certains cas, le lichen vulvaire peut être asymptomatique. Mais généralement des signes précoces apparaissent lorsque la maladie se déclare :

  • Une peau plus fragile qu’à l’accoutumée
  • L’apparition de bleus
  • La formation d’ampoules
  • Des démangeaisons légères à intenses

L’évolution des symptômes

Au fil du temps, les symptômes évoluent :

  • Les démangeaisons s’intensifient
  • Les petites lèvres s’atrophient
  • La peau devient plus pâle avec des zones hyper-pigmentées
  • Des fissures de la vulve peuvent survenir, notamment lors de rapport sexuel
  • Des difficultés à uriner

Dans les cas avancés de lichen vulvaire, on constate une modification de la structure vulvaire entraînant :

  • Une sclérose des tissus (la peau durcit)
  • Une obstruction de l’orifice vaginal due aux lèvres qui fusionnent
  • Une incapacité à avoir des rapports sexuels

Dans la même thématique : Cystite, comment la soigner rapidement ?

En cas de symptômes de lichen vulvaire, téléconsultez dès aujourd'hui

Des gynécologues et des sages-femmes sont disponibles en vidéo de 6h à minuit 7j / 7. Consultation remboursable par l’Assurance Maladie.

Le diagnostic médical d’un lichen scléreux vulvaire

Dès l’apparition des premiers signes, il convient de consulter un dermatologue, un gynécologue ou une sage-femme. Afin de poser son diagnostic, le médecin va effectuer un examen clinique.

Certaines pathologies ayant des symptômes similaires, notamment la mycose, le psoriasis ou encore l’eczéma, le médecin ou la sage-femme peut adresser la patiente à un dermatologue. Ce dernier effectue alors une biopsie de la vulve. Cet examen permet d’affirmer avec certitude la présence d’un lichen scléreux.

Lichen vulvaire et cancer de la vulve, quels sont les risques ?

Le cancer de la vulve est une pathologie extrêmement rare dont la proportion se réduit à 0,00015% des femmes seulement avec un âge médian de 77 ans lorsque le cancer est diagnostiqué.

Le risque qu’un lichen scléreux vulvaire évolue en cancer est faible, d’autant plus si celui-ci est correctement pris en charge.

Est-ce que le lichen se guérit ?

Le lichen vulvaire ne se guérit pas. Néanmoins, il est possible de ralentir la propagation de l’inflammation. Des traitements symptomatiques existent pour apaiser les sensations de démangeaisons et les douleurs.

Afin d’éviter toute complication, il est primordial d’effectuer un suivi régulier par un gynécologue, une sage-femme ou un dermatologue.

Comment soigner un lichen vulvaire ?

Bien que sur le web il soit possible de trouver un traitement naturel du lichen vulvaire, nous vous déconseillons fortement de vous lancer dans cet exercice. Un remède naturel, notamment à base d’huiles essentielles, peut aggraver la situation.

La prise en charge par un professionnel de santé est nécessaire. Le suivi régulier est de mise pour contenir l’inflammation et suivre l’évolution de la situation.

Le traitement à base de crème

Dans la majorité des cas, le médecin prescrit de la cortisone à usage local. Parmi les crèmes à base de corticoïdes, aussi appelées dermocorticoïdes, qui sont généralement prescrites on retrouve :

  • La crème betamethasone Biogaran
  • La crème Nérisone

La posologie évolue au fil du temps. Au début du traitement, la crème est utilisée tous les jours, puis progressivement le médecin réduit la fréquence. Dans certains cas, une utilisation par semaine est nécessaire. Pour d’autres, une utilisation par mois suffit.

Le traitement chirurgical

Dans les cas les plus sévères, l’orifice vulvaire est obstrué. Dans ce cas, une intervention chirurgicale est nécessaire afin de recréer une ouverture vaginale.

Ce type de situation peut être particulièrement difficile à vivre sur le plan moral. N’hésitez pas à consulter un psychologue afin d’être accompagnée au mieux.