Traitement du fibrome utérin : sur quoi repose la prise en charge ?

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Parlez de vos symptômes à un professionnel

Consultez des gynécologues et des sages-femmes depuis chez vous et faites le point.

Consultation remboursable par l’Assurance maladie.

Prendre RDV en ligne

Un fibrome utérin est une masse bénigne qui se développe à partir des tissus de l’utérus. Certains fibromes doivent être pris en charge, soit par un traitement médicamenteux, soit par une intervention chirurgicale. L’équipe médicale de Qare vous en dit plus sur les traitements des fibromes utérins.

Qu’est-ce qu’un fibrome utérin ?

Un fibrome utérin est une tumeur bénigne qui se développe à partir du muscle de l’utérus. Il en existe plusieurs types, qui varient selon leur localisation :

  • Le fibrome intramural ou interstitiel, il se situe à l’intérieur de l’utérus et forme une petite bosse sur la paroi utérine ;
  • Le fibrome sous-séreux, il se développe à la surface de l’utérus, dans la cavité pelvienne ;
  • Le fibrome sous-muqueux, il s’installe à l’intérieur de l’utérus et grossit ;
  • Le fibrome pédiculé, il ne se développe pas directement à partir du muscle de l’utérus, mais est rattaché par un pédicule. Il peut être sous-séreux ou sous-muqueux.

Quel est le type de fibrome le plus dangereux ?

Les fibromes sous-muqueux sont ceux qui représentent le plus de risques, en raison des complications qu’ils peuvent entraîner.

Quand la majeure partie de la masse se trouve dans l’utérus, cela peut donner lieu à des fausses couches ou à une anémie (à cause des pertes de sang abondantes).

Qu’est-ce qui fait grossir les fibromes ?

Même si les causes des fibromes utérins ne sont pas encore précisément connues, il existe un point sur lequel la communauté scientifique s’accorde : leur évolution est étroitement liée aux variations hormonales.

La grossesse, par exemple, joue un rôle dans leur développement, en raison d’une augmentation significative du taux d’œstrogènes dans le sang. La ménopause, quant à elle, est une période où les fibromes régressent naturellement, puisque les œstrogènes diminuent.

Des questions sur les fibromes utérins ?

Des gynécologues et des sages-femmes sont à votre écoute sur Qare, 7J/J, de 6h à minuit.

Les différents traitements du fibrome utérin

Il est important de noter qu’à l’heure actuelle, il n’existe pas de traitements naturels ou médicaux capables de faire disparaître complètement les fibromes utérins.

Les traitements médicamenteux préconisés sont symptomatiques. L’intervention chirurgicale n’est envisagée que lorsque les symptômes deviennent trop gênants.

Notez également que si le ou les fibromes utérins n’entraînent pas de symptômes, on ne les traite pas. La mise en place d’un simple suivi médical par échographie pelvienne pour surveiller leur évolution suffit.

Le choix du traitement est pris en fonction de différents facteurs, tels que le désir de grossesse, l’âge, le type de fibrome (volume, nombre, localisation), l’état général de la patiente, l’importance des symptômes et les éventuelles complications.

Un fibrome utérin peut-il partir tout seul ?

Oui, un fibrome peut régresser tout seul, sans que l’intervention d’un quelconque traitement n’ait été nécessaire. Toutefois, ce phénomène n’arrive pas à n’importe quel moment de la vie, seulement à la ménopause.

Durant cette période de la vie féminine, les hormones ovariennes (œstrogènes et progestérones) diminuent drastiquement, puis finissent par disparaître complètement. Les fibromes utérins étant grandement liés aux variations hormonales, c’est donc naturellement qu’ils régressent à la ménopause, chez une grande majorité de femmes.

Les traitements médicamenteux

En prenant en compte tous les facteurs nécessaires, le médecin peut proposer un traitement médicamenteux pour réduire les symptômes provoqués par le fibrome.

Les progestatifs

Ils ne permettent pas de réduire le volume des fibromes utérins. Leur rôle est de diminuer les saignements abondants qui ont lieu entre les règles ou pendant. Par exemple, un stérilet au lévonorgestrel.

Les analogues de la gonadolibérine (Décapeptyl®, Enantone®, Gosereline®, Gonapeptyl®)

Ce type de traitement est transitoire et généralement pris sur une période de 3 mois. Ils sont prescrits en cas de fibromes très volumineux, soit avant une opération destinée à les enlever ou quelque temps avant la ménopause, là où les symptômes disparaîtront spontanément.

À noter qu’en raison de la diminution d’œstrogènes qu’ils induisent, ces traitements peuvent être à l’origine d’effets secondaires. Parmi eux, une sécheresse vaginale, des céphalées, une prise de poids, des bouffées de chaleur, une fatigue, des troubles de l’humeur, une irritabilité

Les médicaments anti-fibrinolytiques

Ils agissent comme coagulants et aident à réduire les saignements (ex : l’acide tranexamique).

Les antalgiques et les anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS)

Ils permettent de réduire les douleurs provenant de la région pelvienne.

Ne restez pas seules avec vos questions

Même après avoir été diagnostiquée, des professionnels sont là pour vous accompagner dans le traitement de vos fibromes utérins.

Les traitements chirurgicaux

Dans certains cas, un fibrome utérin doit faire l’objet d’un traitement chirurgical. Cette option est valable quand celui-ci est jugé trop volumineux, s’il est responsable de douleurs très importantes, d’hémorragies ou d’infertilité.

Au regard du nombre de tumeurs, de leur localisation et de leur taille, le médecin chirurgien doit alors choisir entre plusieurs techniques :

  • La myomectomie (l’utérus est conservé, les fibromes sont retirés, mais sont susceptibles de revenir après l’opération dans 20% des cas) ;
  • L’hystérectomie (l’ablation subtotale ou totale de l’utérus) ;
  • La cœlioscopie ;
  • La laparotomie ;
  • Par voie vaginale.

L’embolisation artérielle

Ce traitement peut être proposé à une patiente comme alternative à la chirurgie. Il consiste à obstruer certaines des artères qui vascularisent le fibrome, en injectant un produit.

L’embolisation artérielle est réalisée sous contrôle radiologique, par un radiologue interventionnel. Grâce à ce traitement, le fibrome n’est plus vascularisé et finit par diminuer de volume.

Attention toutefois, ce traitement est susceptible d’avoir un impact sur la fertilité, même si les cas observés sont rares.

Peut-on réduire un fibrome utérin sans opération ?

Beaucoup de sites internet promettent de faire disparaître un fibrome utérin en utilisant les plantes ou autres remèdes miracle. Leur efficacité n’a jamais été prouvée.

Les seuls traitements qui permettent d’observer une amélioration dans la réduction des symptômes sont médicamenteux ou chirurgicaux.

Foire aux questions

Peut-on mourir d’un fibrome ?

Les fibromes utérins ne sont pas des tumeurs malignes, mais bénignes. Elles n’ont pas vocation à évoluer vers des pathologies potentiellement mortelles.

Est-il dangereux de garder un fibrome ?

Même si vos fibromes utérins ne nécessitent pas de prise en charge médicale, il est important de les faire surveiller. On détermine souvent le degré de gravité en fonction du type de fibrome (taille, volume, localisation).

Est-ce qu’un fibrome fait prendre du poids ?

Le fibrome utérin à lui seul n’est pas responsable d’une prise de poids, sauf s’il est vraiment très volumineux.

Cette prise de poids reste néanmoins minime, à raison de quelques centaines de grammes.