Constipation enfant : comment la prévenir et la traiter ?

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Consultez un médecin en 10 minutes

Prenez RDV en téléconsultation pour recevoir un avis médical en quelques minutes et une ordonnance, si nécessaire, sans vous déplacer !

100 % remboursée par l’Assurance Maladie.

Démarrer la consultation

La constipation chez les 2-3 ans (ou plus) trouve bien souvent son origine dans l’alimentation. La plupart du temps, elle est sans gravité et passe rapidement. Pour cela, quelques bons réflexes sont à adopter. L’équipe médicale de Qare vous détaille les caractéristiques de la constipation chez l’enfant et comment la soigner.

Comment combattre la constipation chez l’enfant ?

Les traitements médicamenteux

Pour traiter la constipation chez l’enfant (2-3 ans et plus) ou l’adolescent (dès 12 ans), le médecin peut décider de prescrire un traitement médicamenteux. Il partira principalement sur des laxatifs doux. En cas d’absence d’avis médical, la prise de ces médicaments doit rester exceptionnelle et de courte durée.

Les plus utilisés sont les laxatifs osmotiques (type Duphalax® ou Forlax ®). Ils empêchent les selles de durcir en retenant l’eau. Les enfants les supportent généralement bien, mais ces derniers peuvent parfois provoquer quelques ballonnements.

À noter qu’on ne doit jamais donner de laxatifs, de suppositoires ou faire des lavements à un nourrisson sans avis médical.

Les autres remèdes pour aider au transit

Chez le nourrisson

La constipation d’un bébé passe parfois grâce à des remèdes efficaces, dont la prise peut avoir un effet instantané. Pour débloquer son transit, vous pouvez lui donner :

  • Quelques cuillerées de jus de pomme ou de jus d’orange mélangées à une eau riche en magnésium (comme Hépar).
    Des biberons d’eau régulièrement dans la journée.
  • Si la constipation persiste, le médecin ou le pédiatre pourra vous recommander l’utilisation d’une huile minérale (type paraffine). Ce remède contre la constipation ne doit toutefois pas être administré à votre bébé de moins de 2 ans au-delà du temps indiqué par le professionnel.

Chez l’enfant

Comme chez le nourrisson, la consommation de jus de pomme ou d’orange peut parfois suffire à réguler le transit. Pour lutter contre la constipation chez un enfant, on peut opter pour un remède grand-mère qui a su faire ses preuves : les pruneaux !

Vous pouvez lui en donner sous leur forme naturelle, mais aussi en jus ou en confitures. Attention toutefois aux doses, une trop grosse quantité pourrait faire plus de dégâts que de bénéfices.

Demandez conseil à un médecin depuis chez vous

Prendre RDV. Remboursée à 100 % par l’Assurance Maladie et sans avance de frais si vous choisissez le « tiers payant ».

Comment prévenir la constipation chez l’enfant ?

Les bons réflexes à adopter chez l’enfant

L’alimentation

L’alimentation étant souvent en cause dans la constipation chez l’enfant, il importe, vous parents, d’être vigilants sur ce point-là. Quelques axes pour vous aider, à adapter selon l’âge de l’enfant :

  • Ne négligez pas l’apport en fibres (fruits, céréales complètes, crudités et légumes verts).
  • Limitez les féculents (pomme de terre, riz…).
  • De temps en temps, optez pour des pruneaux ou des fruits secs trempés, connus pour faciliter le transit intestinal.
  • Faites boire de l’eau régulièrement à votre enfant, surtout en été.

Constipation enfant eau

Les réflexes du quotidien

Le stress étant un élément qui peut conduire à des épisodes de constipation chez l’enfant, n’hésitez pas à parler avec lui pour dédramatiser certaines situations stressantes (déménagement, rentrée scolaire…).

Afin de lui inculquer de bonnes habitudes, essayez d’instaurer un rituel pour aller aux toilettes : une fois par jour, systématiquement après un repas.

L’apprentissage de la propreté est souvent source d’angoisse pour un enfant. Essayez de ne pas en faire un énorme sujet et de l’accompagner sans qu’il ne ressente de pression. Pour les toilettes, assurez-vous de fixer un réducteur de lunette, ainsi qu’un petit tabouret pour que l’enfant pose ses pieds dessus.

Parlez-en à un médecin en vidéo

Des médecins ou des pédiatres sont disponibles 7J/7 en téléconsultation. Remboursée à 100 % par l’Assurance Maladie.

Les bons réflexes à adopter chez le nourrisson

L’hydratation est primordiale pour prévenir la constipation chez un bébé.

  • Si vous allaitez : buvez abondamment dans la journée (2 à 3 litres par jour).
  • Si vous donnez le biberon : diluez suffisamment le lait en poudre sans abuser de farine épaississante.
  • En été particulièrement, n’hésitez pas à donner régulièrement à votre bébé des biberons d’eau.

Foire aux questions :

Quand s’inquiéter en cas de constipation ?

Si la constipation chez le bébé, l’enfant ou l’adolescent n’est en soit pas grave, certains éléments doivent néanmoins vous alerter. Il est impératif de contacter un numéro d’urgence (15 ou 112) ou de vous rendre directement au service d’urgences le plus proche de chez vous si :

  • En plus de la constipation, votre enfant se plaint de violents maux de ventre ;
  • Son ventre est douloureux et tendu ;
  • S’il vomit plusieurs fois ;

Un peu moins urgemment, il vous faut consulter un médecin dans la journée dans les cas où vous constatez :

  • Des nausées ;
  • Une perte d’appétit ;
  • Une prise de poids stagnante ;
  • La constipation entraîne une hausse de la température corporelle, (particulièrement chez le bébé) ;
  • Des vomissements après les repas ;

Quels sont les aliments qui constipent ?

Parmi les aliments qui constipent, on retrouve bien entendu les féculents comme le riz, les pommes de terre, le pain blanc, le tapioca, etc. Quelques fruits comme la banane, les coings ou les myrtilles ne facilitent pas le transit, tout comme certains fruits à coque (châtaignes et marrons).

Autre aliment constipant que les enfants apprécient généralement beaucoup : le chocolat ! Veillez à ce qu’il n’en consomme pas trop, au risque de perturber ses passages à la selle.

À l’inverse, certains aliments aident au transit (le pain au son, les céréales complètes, tous les légumes verts, la plupart des fruits, les crudités, les abricots secs et les pruneaux). Une consommation régulière de ces aliments est très importante pour le bien-être intestinal. À noter qu’il ne faut tout de même pas trop en abuser.