Comment se remettre d’une mauvaise nouvelle ou d’une déception ? Nos conseils 100% psy

Par Inès Montenon · Rédactrice seo - santé et psychologie · Mis à jour le 31 janvier 2024

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Au lendemain d’une nouvelle qui a provoqué des émotions négatives ou de la déception, il est fréquent de se sentir triste et abattu. Comment faire pour éviter de tomber dans un état de prostration et pour retrouver un esprit serein ? Voici deux conseils utiles et super efficaces !

1/ Rester dans le moment présent et pratiquer “l’ici et maintenant”

Nous avons souvent tendance à confondre le problème réel du jour avec les problèmes supposés à venir, qui n’arriveront peut-être jamais. Comme le dit si bien l’adage : “l’homme déprimé vit dans le passé, l’homme angoissé vit dans le futur, l’homme heureux vit dans le présent”.

Face à une mauvaise nouvelle, il faut donc essayer de rester objectif, de réfléchir aux conséquences immédiates et certaines de cette nouvelle, et d’écarter de nos pensées les circonstances lointaines et incertaines. Faire cela permet de réaliser que bien souvent, le problème réel du moment n’est pas si grave. Car ce sont surtout les conséquences potentielles de ce problème qui nous semblent insurmontables, et qui produisent de l’anxiété.

Prenons un exemple : Vous recevez la mauvaise nouvelle que vous n’avez pas été pris pour le job de vos rêves. Problème réel : “je n’ai pas le job, je dois gérer ma déception et reprendre mes recherches”. Problèmes lointains et incertains : “dans 6 mois mes indemnités chômage vont diminuer, si je rate mon prochain entretien je suis fichu(e), je ne vais plus pouvoir payer mon loyer, je vais devoir retourner vivre chez mes parents…”. Tous ces problèmes ne sont pas dans “ l’ici et le maintenant”. C’est pourquoi il est important de les tenir éloignés de ses pensées pour mieux fonctionner et pour se remettre dans l’action.

2/ Faire de cette déception une force en passant à l’action

« Chaque difficulté rencontrée doit être l’occasion d’un nouveau progrès » (Pierre De Coubertin)

Après avoir fait le tri entre “difficulté réelle” et “difficulté potentielle”, la meilleure thérapie face à une déception est de prendre les choses en main.

Tout d’abord, prenez conscience que vous avez un pouvoir d’influence sur la mauvaise nouvelle. Car selon la manière dont vous agissez, vous êtes en mesure d’en amplifier ou d’en diminuer l’impact qu’elle produit sur vous. Passer à l’action permet également de se sentir acteur de sa vie, ce qui est un bon remède pour ne pas s’angoisser : sentir qu’on a la main sur les événements, et non l’inverse ! Enfin, agir permet d’éviter de trop ruminer.

Concrètement, écrivez sur un papier votre déception, votre mauvaise nouvelle ou votre difficulté… puis écrivez les différentes étapes concrètes et objectives sur lesquelles vous pouvez avoir une influence pour faire bouger les choses. Une fois que c’est fait, foncez ! Ne réfléchissez pas trop et déroulez votre plan d’actions pour reprendre petit à petit le contrôle.

Pour poursuivre l’exemple précédent de la mauvaise nouvelle : “je n’ai pas eu le travail que j’espérais”. Actions : aujourd’hui sport et relaxation, cinéma avec les amis, coiffeur…. on se change les idées ! Demain : tour des offres d’emploi, relecture de CV par un professionnel, coup de fil pour mieux comprendre les raisons de refus de ma candidature… La semaine prochaine : entrainement à l’entretien d’embauche avec un proche, envoi de CV et de lettre de motivation, etc…

Ayez le réflexe numérique !

Pour surmonter les soucis “psy” du quotidien, l’application mobile Mon Sherpa est là pour vous aider. Pour surmonter une mauvaise nouvelle, je vous conseille de compléter les activités du parcours “Prendre du recul”.