Symptômes de la trichomonase : reconnaître l’infection parasitaire

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Vous avez des symptômes ?

Téléconsultez un médecin depuis chez vous et recevez une ordonnance, si nécessaire.

Consultation remboursable par l’Assurance maladie.

Prendre RDV en ligne

La trichomonase est une infection vaginale causée par le parasite Trichomonas vaginalis. Très fréquente, elle se transmet principalement par voie sexuelle. Quels sont les symptômes ? Les hommes peuvent-il aussi la contracter ? Et quel test permet de dépister la trichomonase ? L’équipe médicale de Qare vous en dit plus sur cette infection à prendre très au sérieux.

Quels sont les symptômes de la trichomonase ?

Les symptômes chez la femme

Chez la femme, les symptômes de la trichomonase surviennent dans 50% des cas, l’autre moitié est asymptomatique. Cette infection se manifeste le plus souvent par une vulvo-vaginite (inflammation des lèvres et/ou du vagin), accompagnée :

  • De sécrétions vaginales abondantes, parfois malodorantes, d’aspect mousseux, de couleur verdâtre ou blanchâtre ;
  • De brûlures ou de démangeaisons au niveau de la vulve ;
  • Une envie fréquente d’uriner et une gêne/sensation de brûlure à la miction ;
  • De douleurs chroniques lors des rapports sexuels, d’intensité variable.

À noter : les douleurs sont davantage marquées en début et en fin de cycle, en raison de l’augmentation du pH vaginal, dont le Trichomonas vaginalis est très friand pour se développer. Il en va de même au moment de la ménopause.

Les symptômes chez l’homme

Le plus souvent, la trichomonase est asymptomatique chez l’homme et passe inaperçue (80% des cas). Lorsque des symptômes surviennent, on observe :

  • Une urétrite (infection de l’urètre, le canal cheminant les urines de la vessie au milieu extérieur), qui peut donner lieu à un petit écoulement matinal discret au moment d’uriner ;
  • Des troubles urinaires, avec une envie fréquente d’uriner, une gêne à la miction ;
  • Parfois, une prostatite (plutôt rare) ;
  • Des douleurs chroniques lors des rapports sexuels, d’intensité variable.

Quel est le temps d’incubation de la trichomonase ?

Après la contamination, la période d’incubation du Trichomonas vaginalis s’étend de 5 à 30 jours, avec une moyenne de 7 jours.

Certaines personnes restant asymptomatiques, l’infection peut perdurer sur plusieurs mois, voire plusieurs années.

Parler à un médecin en toute confidentialité depuis chez vous

Des médecins généralistes, des gynécologues et des sages-femmes sont disponibles de 6h à minuit. Prenez RDV en ligne dès maintenant.

Gardnerella ou trichomonase ?

L’examen clinique réalisé lors d’une consultation médicale permet de différencier les différents agents à l’origine de l’infection.

Les sécrétions mousseuses et aérées font davantage penser à un Trichomonas vaginalis, alors que les sécrétions blanches en « lait caillé », s’apparentent à une mycose vaginale. En cas de vaginose bactérienne, causée par Gardnerella vaginalis, par exemple, on observe des sécrétions grisâtres et nauséabondes.

Qu’est-ce que la trichomonase ?

À la base de cette infection se trouve Trichomonas vaginalis, un parasite de l’être humain appartenant à la famille des protozoaires. Il est à l’origine d’une infection sexuellement transmissible (IST), le plus souvent bénigne, la trichomonase.

  • Cette forme d’IST est souvent asymptomatique, mais peut entraîner des complications non négligeables.
  • Selon l’OMS, plus de 200 millions de personnes seraient contaminées chaque année dans le monde.
  • Un traitement adapté, ainsi que l’application de mesures de prévention permettent d’éradiquer le parasite, dans 90% des cas.

Est-ce que la trichomonase est grave ?

La trichomonase, tout comme une infection à chlamydia n’est pas grave en soi. C’est son caractère latent qui peut s’avérer dangereux, car susceptible de donner lieu à des complications, ainsi qu’à une propagation des contaminations.

En effet, quand l’infection est asymptomatique, elle peut persister pendant des années et entraîner des séquelles, notamment sur le système reproducteur. Chez la femme enceinte, la trichomonase peut être responsable d’accouchement prématuré.

Le seul moyen de prévenir ces éventuelles complications est de se protéger lors des rapports sexuels avec un préservatif bien utilisé.

Comment s’attrape la trichomonase ?

La première voie de transmission de la trichomonase est sexuelle (sexe vaginal, anal ou oral), elle appartient donc à la famille des Infections sexuellement transmissibles (IST).

Pour rappel, il est nécessaire d’utiliser des préservatifs, correctement, lors des rapports sexuels, d’autant plus lorsque vous ne connaissez pas le statut infectiologique de votre/vos partenaire(s).

Plus rarement, la trichomonase peut se contracter sans rapport sexuel, par l’intermédiaire d’un linge de toilette humide, des lunettes de WC contaminées ou encore l’eau du bain. Si les conditions lui sont favorables, le parasite peut en effet survivre jusqu’à 24 heures dans le milieu extérieur.

Diagnostic et traitement

Comment détecter la trichomonase ?

Le dépistage de la trichomonase s’effectue par le biais d’un examen PCR. Il n’existe pas de test sanguin.

Chez la femme :

  • Avec un prélèvement cervico-vaginal (option privilégiée) ou une analyse du 1er jet urinaire de la journée.

Chez l’homme :

  • Par une analyse du 1er jet urinaire de la journée.

Bon à savoir : on recommande de rechercher la présence de Trichomonas vaginalis chez les personnes atteintes d’autres IST, car le parasite peut être à l’origine d’une augmentation de la transmission d’autres agents infectieux.

Après un rapport à risque, pensez à vous faire dépister

Téléconsultez un médecin 7J/7 et, si nécessaire, recevez votre ordonnance en ligne pour le dépistage d’IST.

Comment soigner la trichomonase ?

L’agent responsable de la trichomonase étant bactérien, celui-ci ne peut être éradiqué avec un simple traitement sans ordonnance. Les antibiotiques sont indispensables pour s’en débarrasser.

Le traitement de la trichomonase repose sur un antibiotique antiparasitaire, à ingérer par voie orale. Celui-ci peut être monodose ou à prendre sur plusieurs jours (en fonction des symptômes ressentis).

L’abstinence totale est fortement recommandée pendant toute la durée du traitement.

À noter attentivement : si vous avez été diagnostiqué(e) avec une trichomonase, vo(s) partenaire(s) doi(vent) être traité(es) impérativement, même sans symptôme, pour éviter toute récidive.

Comment soigner la trichomonase pendant la grossesse ?

Si vous êtes atteinte de la trichomonase pendant votre grossesse, le médecin préfèrera vous prescrire un traitement local, plutôt qu’un antibiotique. Il s’agit d’un ovule à insérer dans le vagin ou de crèmes à appliquer localement.

Chez les femmes allaitantes, il est préconisé de ne plus nourrir son bébé au sein pendant la durée du traitement, puis 24 heures après la fin de ce dernier.

Foire aux questions

Comment savoir s’il s’agit d’une mycose ou d’une chlamydia ?

Une mycose vaginale se caractérise par des démangeaisons, des rougeurs et des pertes blanches épaisses. Une infection à chlamydia est très souvent asymptomatique (près d’une fois sur deux), mais lorsqu’elle entraîne des symptômes, ceux-ci sont caractéristiques :

Chez la femme :

  • Douleurs pendant les rapports sexuels (dyspareunie) ;
  • Brûlures et douleurs en urinant ;
  • Pertes vaginales blanchâtres ;
  • Saignements anormaux ;
  • Douleurs rectales et écoulements anaux ;
  • Douleurs pelviennes (dans le bas-ventre).

Chez l’homme :

  • Douleurs au niveau des testicules ;
  • Brûlures en urinant ;
  • Douleurs rectales.

Quels sont les facteurs qui favorisent les infections génitales ?

Plusieurs facteurs peuvent favoriser le développement d’infections génitales, comme le manque d’hygiène, des sous-vêtements trop serrés ou peu absorbants, des douches vaginales, des lésions ou des irritations