Douleur à l’utérus : quelles en sont les causes ?

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Parlez-en à votre médecin ou à votre gynécologue

Consultez un médecin en vidéo depuis chez vous et décrivez lui vos symptômes pour recevoir les meilleurs conseils médicaux et une ordonnance si nécessaire.

Sans avance de frais avec le tiers payant.

Démarrer la consultation

Une douleur à l’utérus est en fait une douleur pelvienne, qui se situe dans le bas-ventre. Elle peut avoir de nombreuses causes, plus ou moins bénignes et se soigner de différentes manières. Quels sont les symptômes qui accompagnent cette douleur ? Comment diagnostiquer une pathologie plutôt qu’une autre ? L’équipe médicale de Qare vous parle de la douleur pelvienne.

Pourquoi j’ai mal à l’utérus ?

Les causes d’une douleur pelvienne peuvent être multiples. Il est tout d’abord important de savoir que dans le bas-ventre d’une femme, se trouvent plusieurs organes : l’utérus, les ovaires, la vessie, ainsi que la fin du tube digestif (rectum).

Quelles sont les causes d’une douleur pelvienne ?

L’origine des douleurs pelviennes est donc attribuable à un organe, la plupart du temps. Voici une liste non exhaustive des autres causes possibles :

Au niveau de l’utérus

  • L’endométriose ;
  • Endométrites (inflammation du tissu utérin) ;
  • Des douleurs menstruelles ;
  • Une grossesse extra-utérine ;

Au niveau des ovaires

  • Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ;
  • Des ovaires micropolykystiques ;
  • Une torsion d’un kyste ;
  • Chez certaines femmes, une ovulation douloureuse.

Décrivez vos symptômes à un médecin

Téléconsultez un médecin généraliste ou un gynécologue depuis chez vous et recevez une ordonnance pour réaliser des examens en laboratoire si nécessaire. Sans avance de frais avec le tiers payant.

Au niveau des trompes

  • Les infections génitales hautes (salpingite…).

Au niveau urinaire

  • Une cystite

Au niveau du rectum

  • Les recto sigmoïdites (petites poches présentes à la fin de l’intestin et qui peuvent s’infecter). Cela peut donner lieu à une constipation importante.

Au niveau du petit bassin

  • De potentielles séquelles d’infections ou d’opérations.

Au niveau de la colonne lombaire et des sacro-iliaques

  • Les douleurs liées aux calculs rénaux ou à une infection urinaire haute (type pyélonéphrite).

Enfin, sachez que chez les femmes jeunes, il ne faut pas oublier de penser aux maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI).

Quand consulter ?

Il est important de savoir qu’une douleur persistante dans le bas-ventre doit systématiquement vous amener à consulter. Cela est d’autant plus vrai lorsque celle-ci est accompagnée d’autres symptômes. Parmi eux, on compte :

  • Des vomissements
  • Des saignements
  • Des troubles digestifs
  • Des diarrhées
  • De la fièvre
  • Une constipation
  • Des brûlures
  • Une envie fréquente d’uriner

Si vous faites l’objet d’une douleur pelvienne très intense, n’attendez pas d’avoir un rendez-vous chez le médecin et allez directement aux urgences. Cette douleur violente peut être le signe d’une grossesse extra-utérine, une anomalie qui nécessite d’être prise en charge très rapidement.

Consultez un gynécologue en vidéo

Téléconsultez un gynécologue ou une sage-femme depuis chez vous et décrivez lui vos symptômes pour recevoir les meilleurs conseils médicaux. Médecins disponibles 7J/J de 6h à 1h du matin.

Comment savoir si l’on a mal à l’utérus ?

L’utérus se situe au-dessus du vagin, entre le rectum et la vessie. Il s’agit d’un organe qui est rarement douloureux, hormis en cas d’infection (endométrite) ou de contractions lors d’un accouchement.

Quels sont les traitements qui existent ?

En cas de douleurs pelviennes, l’objectif premier de la prise de médicaments est de calmer la douleur. Pour cela, vous pouvez prendre un antalgique simple, tel que du paracétamol ou un antispasmodique, comme du Spasfon.

L’évolution de la douleur face à cette prise de médicament est à surveiller. En effet, si celle-ci passe peu de temps après, il est probable que l’origine de la douleur n’ait pas de caractère inquiétant.

Enfin, si même après avoir pris des médicaments, la douleur reste toujours aussi importante, n’en prenez pas davantage. Consultez un médecin sans tarder. Il pourra alors, selon l’origine de la douleur, vous prescrire un traitement adapté comme des anti-inflammatoires, des hormones, etc.

Soulager sa douleur sans médicament

Il est possible d’apaiser un peu sa douleur en ayant recours à la chaleur. Vous pouvez utiliser une bouillotte en la plaçant sur votre bas-ventre, toujours à travers un tissu pour éviter les brûlures. Une douche chaude peut également aider.

Quels examens pour poser un diagnostic ?

En fonction des symptômes ressentis, de leur fréquence et de leur intensité, le médecin peut décider de prescrire des examens à la patiente, afin de confirmer ou infirmer son diagnostic. Plusieurs approches sont envisagées :

En première intention

  • L’examen clinique (gynécologique de préférence) ;
  • Une échographie endovaginale (échographie pelvienne ou endopelvienne si nécessaire).

En deuxième intention

  • Une IRM pelvienne ;
  • Un examen pelvien orienté avec recherche d’endométriose profonde (en cas de dyspareunie profonde, d’infertilité associée, de signes urinaires cycliques…).

En troisième intention

  • Une cœlioscopie

Ne restez pas seule avec vos symptômes

Consultez un médecin généraliste, un gynécologue ou une sage-femme et posez toutes vos questions. Prenez RDV en ligne dès maintenant.

Foire aux questions

Comment savoir si j’ai mal aux ovaires ?

Une douleur au niveau des ovaires se situe dans le bas-ventre, à droite, à gauche ou des deux côtés. Elle se caractérise par une sensation de pincement ou de brûlure.

Attention à ne pas la confondre avec d’autres douleurs abdominales provenant de l’utérus, par exemple, mais aussi du côlon (côté gauche), de l’appendice (côté droit) ou encore de la vessie.

Qu’est-ce que l’endométriose ?

L’endométriose est une maladie gynécologique qui touche près de 10% des femmes. Elle désigne la présence anormale de tissus de l’endomètre en dehors de la cavité utérine.

Méconnue jusqu’alors, elle a fait l’objet ces dernières années d’une grande médiatisation et de multiples efforts de recherche.

Pour en savoir plus sur la douleur pelvienne :