Vaccination anti-covid : 7 fake news passées au crible

Par Zoé Falgarone · Rédactrice web santé · Mis à jour le 13 juillet 2021

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Depuis le début de la campagne de vaccination contre la covid-19, de nombreuses fausses informations circulent sur les vaccins. L’équipe médicale de Qare vous livre son expertise médicale sur ces rumeurs et démêlent le vrai du faux.

1. La vaccination n’est pas recommandée pour les femmes enceintes ou allaitantes.

FAUX. L’Organisation Mondiale de la santé recommande aux femmes enceintes, et notamment celles les plus exposées au virus, de se faire vacciner. Les effets secondaires rencontrés chez les femmes enceintes vaccinées sont les mêmes rencontrés par les femmes vaccinées qui ne sont pas enceintes.

La vaccination n’est pas non plus déconseillée pour les femmes allaitantes. D’ailleurs, le lait maternel des femmes ayant la covid-19 ou ayant été vaccinées serait vecteur d’anticorps contre le coronavirus, et permet ainsi de protéger le bébé.

2. La vaccination peut entraîner des problèmes de fertilité ou un dérèglement hormonal.

FAUX. Aucune corrélation n’a été détectée entre les vaccins et ce type de problèmes, alors que plus de 3 milliards de doses de vaccins ont été administrées dans le monde. Ce type de problème peut survenir à cause de différents facteurs, sans que cela soit lié à la vaccination.

3. Les vaccins ne protègent pas du variant Delta.

FAUX. Une vaccination complète à deux doses permet de se protéger efficacement contre le variant Delta. Elle réduit à 90% les hospitalisations liées à ce variant en évitant les formes graves. Les vaccins à ARNmessager (Pfizer, Moderna) semblent encore plus efficaces, notamment sur les formes peu symptomatiques, mais aussi sur la transmission.

4. On ne peut pas être sûr que les vaccins n’auront pas d’effets secondaires à long terme.

VRAI ET FAUX. En science, le risque zéro n’existe pas. Cependant, dans l’histoire de la vaccination, aucun effet secondaire grave et à long terme n’a été relié à un vaccin en 100 ans de vaccination. Depuis le début de l’utilisation des vaccins contre la covid-19, aucun effet secondaire nouveau et à long terme n’a été détecté par les autorités de pharmacovigilance. Tous les effets secondaires sont d’ailleurs répertoriés et suivis de près.

À ce jour, les effets les plus graves sont de court terme et extrêmement rares. Il s’agit des réactions allergiques de type choc anaphylactique, semblables à ce qui peut se produire avec n’importe quel autre vaccin ou médicament.

5. La vaccination n’est pas utile si je suis en bonne santé et que je fais attention à voir peu de monde.

FAUX. La vaccination de l’ensemble de la population permet d’atteindre l’immunité collective et de réduire la transmission. Vous vacciner vous permet :

  1. d’éviter d’avoir une forme grave ;
  2. de réduire le risque de contamination si vous êtes infecté (la charge virale présente chez les personnes vaccinées et bien inférieure que chez les non-vaccinés) ;
  3. d’éviter de faire un covid long, qui peut survenir même suite à une forme bénigne, également chez des patients jeunes.

6. L’ARNmessager reste dans le corps.

FAUX. L’ARNmessager qui est injecté grâce au vaccin permet de transporter le matériel génétique permettant à votre organisme de fabriquer la protéine Spike du virus, ce qui va déclencher la production d’anticorps. L’ARNmessager est détruit au bout de 48h mais les anticorps restent.

7. Il y a besoin d’une troisième dose car les vaccins ne sont pas suffisamment efficaces.

FAUX. Les vaccins sont efficaces pour se protéger, mais une troisième dose est nécessaire car après un certain temps, votre taux d’anticorps diminue. Il est donc nécessaire de faire un rappel. C’est un principe physiologique naturel et connu. C’est le même principe que pour les vaccins contre la grippe ou contre la fièvre typhoïde.