6 erreurs à ne pas faire pour éviter l’indigestion

Par Barbara Ejenguele · Rédactrice web santé · Mis à jour le 27 décembre 2022

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Les fêtes de fin d’année sont souvent synonymes d’excès alimentaires. Trop de sucre, de sel, de gras, d’alcool… Les occasions de faire une indigestion sont nombreuses et variées. Pour ne pas souffrir de tous ces écarts, voici les astuces anti-indigestion à connaître.

L’indigestion, aussi appelée dyspepsie dans le jargon médical, se caractérise le plus souvent par des douleurs abdominales, des ballonnements, ainsi qu’une sensation de lourdeur après avoir mangé.

Si cette affection est relativement fréquente, elle l’est d’autant plus à une certaine période de l’année : les fêtes ! À Noël (et au jour de l’an), nous mangeons beaucoup, mélangeons les catégories d’aliments, et il arrive bien souvent que notre système digestif ne nous le pardonne pas.

Certains comportements sont efficaces pour éviter les catastrophes digestives. En voici 6 !

Manger trop vite

Les réjouissances remplissent la table et l’envie de dévorer son assiette, puis se resservir rapidement est très tentante. Mais attention, c’est une grosse erreur !

Pour éviter l’indigestion, il est indispensable de prendre votre temps et de bien mâcher les aliments. De cette manière, le travail de dégradation des aliments est bien initié. On parle de travail mécanique par la mastication, et chimique par l’imprégnation des enzymes salivaires sécrétées lors de la mastication.

Si vous laissez à votre corps le temps de réaliser tout ce processus, les dégâts seront moindres. Quelques minutes après l’ingestion (15-20’) des premiers aliments, l’estomac sécrète l’hormone de satiété, la leptine.

Aussi, commencez par manger les aliments les moins riches et dès que vous sentez la sensation de satiété arriver, c’est-à-dire que vous n’avez plus faim, écoutez votre corps et arrêtez de manger. Votre système digestif a besoin d’un peu de temps pour tout assimiler. Désolée Tante Mireille, nous ne nous resservirons pas une autre assiette, c’est notre estomac qui le demande !

Pour rappel : il est toujours préférable de manger léger, mais en période de fêtes, ce n’est souvent pas possible. Si vous le pouvez, essayez de ne pas enchaîner deux repas trop riches.

Ne pas boire d’eau pendant le repas

On entend souvent que boire de l’eau en mangeant ralentit la digestion ou pire encore, qu’elle la perturbe. Au risque de déconstruire une idée reçue, sachez que non, boire en mangeant ne présente aucun risque, cela a même plusieurs avantages.

L’eau, une fois mélangée avec des aliments solides dans l’estomac, permet de les ramollir. De plus, les pauses que l’on effectue en buvant pendant un repas sont bénéfiques, elles ralentissent le processus alimentaire. De ce fait, nous sommes repus plus rapidement.

Quand il s’agit d’un repas de fête, où la quantité de nourriture est plus importante que d’habitude, n’abusez pas trop de l’eau, mais ne faites pas l’impasse dessus non plus !

Se ruer sur les digestifs

Malgré leur appellation évocatrice, les digestifs et plus globalement l’alcool, n’ont pas du tout l’effet digestif escompté, bien au contraire.

Ouvrir une bonne bouteille d’alcool fort après un gros repas ou boire un petit shot de « digeo » est monnaie courante. “Ça aide à faire passer tout ça”, se dit-on.

Il s’agit en fait d’une fausse bonne idée. Boire de l’alcool après avoir beaucoup mangé augmente encore plus la quantité de calories à absorber. De plus, il perturbe la digestion en bloquant la sécrétion de gastrique, enzyme chargée de stimuler la sécrétion des sucs gastriques.

Si vous souhaitez consommer un breuvage qui aide vraiment à la digestion, tournez-vous plutôt vers les infusions à base de thym, de gingembre, de romarin ou encore de menthe.

Enchaîner trop vite le salé et le sucré

En période de fête, le gros repas salé s’achève souvent sur un gros dessert sucré. Dans la mesure du possible, essayez d’attendre un peu avant de manger le dessert, et de ne pas enchaîner le salé et le sucré.

Le sel a une influence sur l’élévation de la glycémie, ce qui n’est pas bon pour l’organisme. Pour les personnes diabétiques, enchaîner le salé et le sucré est même déconseillé.

Jeûner avant les fêtes

Jeûner juste avant une période où l’on va énormément manger peut s’avérer néfaste. Votre corps pourrait en effet de pas supporter le contraste, et c’est à ce moment-là que des problèmes digestifs peuvent survenir, ou une prise de poids. En effet, lorsque l’on jeûne, le corps met en place tout un système de « survie » pour continuer à assurer les fonctions vitales en piochant dans les réserves de graisse.

En enchaînant cette période de privation avec de grands apports en nourriture, votre organisme va reconstituer les stocks de graisses, bien au-delà du besoin, pour se tenir prêt en cas de nouvelle coupure de nourriture. En d’autres termes, vous allez prendre du poids sans rien faire.

Si vous souhaitez effectuer un jeûne, réalisez-le plutôt après la période des fêtes, votre système digestif ne sera pas contre un peu de répit pour se reposer.

Afin de ne pas mettre votre santé en danger, demandez toujours un avis médical avant de jeûner.

Confondre les médicaments digestifs

Le premier réflexe en cas d’indigestion est de se précipiter dans son armoire à pharmacie pour prendre un médicament. Attention, cela peut s’avérer contre-productif en cas d’erreur !

Pour rappel :

  • Le Gaviscon : anti-reflux, traite les brûlures d’estomac et les remontées acides ;
  • Le citrate de bétaïne : facilite la digestion, lutte contre les ballonnements et les troubles digestifs, comme l’indigestion ;
  • Le Vogalène : traite les nausées et les vomissements.

Nous vous rappelons qu’en cas de doute sur un médicament pendant les fêtes (période ou les cabinets médicaux sont généralement fermés), ayez toujours le réflexe de la téléconsultation. Pratique, elle permet d’éviter des erreurs d’automédication, mais aussi de se déplacer inutilement.

Joyeuses fêtes à toutes et à tous !