Vitamine D trop basse : symptômes, conséquences et traitement

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

En manque de vitamine D ?

Demandez conseil à un médecin généraliste pour trouver le traitement le plus adapté.

Consultation remboursable par l’Assurance maladie.

Prendre RDV en ligne

La vitamine D joue un rôle important dans l’organisme. Lorsque l’on en manque, diverses conséquences peuvent s’observer. Quels sont les causes et les symptômes d’une carence en vitamine D ? Et comment y remédier ? On fait le point avec l’équipe médicale de Qare.

Quel est le rôle de la vitamine D dans le corps ?

La vitamine D (ou vitamine d2 ou d3) est un élément essentiel au bon fonctionnement de l’organisme. Elle permet d’augmenter les concentrations de phosphore et de calcium dans le sang.

Quelques éléments à retenir sur la vitamine D :

  • Elle intervient dans la régulation hormonale, le système immunitaire et certaines cellules cutanées.
  • On peut effectuer son dosage par le biais d’une prise de sang.
  • Selon l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), la majorité des Français n’en consomme pas suffisamment.

Quel est le taux idéal de vitamine D dans le sang ?

D’après l’Agence Européenne des Aliments (EFSA), les valeurs nutritionnelles de référence (VNR) pour les apports en vitamines D sont de 15 µg par jour pour une personne en bonne santé, dès l’âge d’1 an, y compris pour les femmes enceintes et allaitantes.

Chez les nourrissons de 7 à 11 mois, ce taux descend à 10 µg par jour.

Pourquoi la vitamine D baisse-t-elle ?

Une vitamine D trop basse peut avoir plusieurs causes, la principale étant le manque de soleil. Certaines personnes ne s’exposent pas assez aux rayons solaires et d’autres, n’arrivent pas à en tirer tous les bénéfices, même avec une bonne exposition.

Cela arrive notamment aux personnes ayant la peau très foncée, les personnes âgées, et celles qui utilisent régulièrement de l’écran solaire. D’autres causes peuvent être observées :

  • Une alimentation carencée en vitamine D ;
  • Un trouble de la malabsorption (incapacité de l’organisme à absorber normalement les graisses) ;
  • Certains troubles hépatiques et rénaux ;
  • Certaines maladies héréditaires rares (ex : rachitisme hypophosphatémique) ;
  • La prise de certains médicaments (anticonvulsivants, rifampicine…).

Vous avez des questions sur la vitamine D ?

Consultez un médecin généraliste depuis chez vous. Disponibilités 7J/7, de 6h à minuit.

Quels sont les symptômes d’un manque de vitamine D ?

Une vitamine D trop basse entraîne des symptômes caractéristiques, chez l’enfant et l’adulte.

Chez le nourrisson

  • Des crampes musculaires (tétanie), qui peuvent être les premiers signes d’un rachitisme.
  • Des spasmes qui peuvent toucher les pieds, les mains, le visage. S’ils sont sévères, ils peuvent conduire à des convulsions.
  • En cas de rachitisme, un crâne mou.
  • Des difficultés à s’asseoir, à marcher à quatre pattes.

Chez le jeune enfant (1 à 4 ans)

  • Une altération de la croissance osseuse, qui peut conduire à une scoliose, un valgus des genoux ou un varus.
  • Un retard dans l’apprentissage de la marche.

Chez l’adulte

  • Une fatigue.
  • Une fragilité osseuse, en particulier au niveau de la colonne vertébrale, des jambes et du bassin, ce qu’on appelle l’ostéomalacie
  • Des fractures fréquentes, notamment chez les personnes âgées (souvent au niveau de la hanche), qui peuvent être causées par un choc léger ou une chute mineure.

Bon à savoir : d’après une étude sud-coréenne publiée en 2020 dans la revue Neurology, prendre de la vitamine D deux fois par jour permettrait de réduire les risques de vertiges positionnels.

Quelles sont les conséquences d’une vitamine D trop basse ?

Une carence en vitamine D induit un manque de calcium et de phosphore. Tous ces éléments étant essentiels à l’organisme, les répercussions sont donc réelles quand les taux sont insuffisants.

Une vitamine D trop basse pendant la grossesse : quelles conséquences ?

Si maintenir un taux correct de vitamine D au quotidien est essentiel, cela l’est d’autant plus quand on est enceinte.

En effet, en régulant le calcium, cette vitamine aide à construire la masse osseuse de l’enfant et à entretenir celle de la future maman. En manquer pourrait donc avoir des répercussions sur leur santé osseuse à tous les deux.

Des questions sur la vitamine D pendant votre grossesse ?

Des médecins généralistes et des gynécologues sont disponibles sur Qare pour pour vous guider.

Les complications ne se limitent pas qu’à cela, on distingue également une augmentation des risques de développer :

Comment remonter son taux de vitamine D rapidement ?

Pas besoin d’un remède de grand-mère miracle pour faire remonter une vitamine D trop basse, puisque le traitement médical préconisé est simple et efficace. Il repose sur :

  • Des suppléments en vitamine D ;
  • Une supplémentation en phosphore et en calcium, si nécessaire.

Ce traitement doit être pris quotidiennement, par voie orale. Pendant 1 mois, les doses de vitamine D prescrites sont élevées, puis réduites progressivement, jusqu’au seuil recommandé.

Il s’agit d’un traitement efficace, qui conduit à une régularisation des taux dans la majeure partie des cas. Chez les personnes atteintes de troubles chroniques rénaux ou hépatiques, les préparations de vitamine D doivent être spécifiques.

L’alimentation, un apport important en vitamine D

Comme c’est souvent le cas, l’alimentation a son rôle à jouer et la vitamine D ne fait pas exception à la règle !

Vous devez vous assurer que votre alimentation comprend des aliments riches en vitamine D, tels que :

  • Les poissons gras, comme les sardines, le saumon, le maquereau, le hareng ;
  • Le chocolat noir ;
  • Le jaune d’œuf ;
  • Les produits laitiers enrichis en vitamine D ;
  • Les margarines et le beurre ;
  • Certains champignons, tels que les morilles, les cèpes et les girolles ;
  • Les céréales enrichies en vitamine D ;
  • La viande (avec modération) ;
  • Les abats.

Quel aliment détruit la vitamine D ?

Certains aliments contribuent à une mauvaise absorption de la vitamine D, voilà pourquoi il est préférable de les éviter si vous avez une carence, au moins pendant la durée de votre traitement. Parmi eux :

  • La tomate ;
  • Les agrumes ;
  • Le potiron ;
  • Le poisson cru ;
  • Les épinards ;
  • Les légumes secs mal cuits ;
  • Le café ;
  • L’alcool…