Symptômes de l’hypomanie : comment reconnaître le trouble ?

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Vous pensez souffrir d’hypomanie ?

Si vous en ressentez le besoin, parlez de votre situation en téléconsultant un psychiatre depuis chez vous. Disponibilités 7j/7, de 6h à 1h.

Prendre RDV en ligne

Trouble de l’humeur, l’hypomanie se caractérise par des épisodes d’énergie débordante et excessive, que les personnes atteintes et leur entourage ont parfois du mal à gérer. Comment savoir si l’on est hypomane ? L’équipe médicale de Qare vous détaille les symptômes qui doivent vous alerter.

Qu’est-ce que l’hypomanie ?

L’hypomanie est un trouble psychiatrique de l’humeur, répertoriée dans le DSM-5 (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux et des troubles psychiatriques).

Plusieurs éléments à noter concernant cette pathologie :

  • Elle désigne un dérèglement chronique de l’humeur ;
  • Cette maladie fait partie des critères diagnostiques des maladies du spectre du trouble bipolaire ;
  • Il s’agit de la forme atténuée de la manie, qui est elle aussi, est un symptôme de la bipolarité.

Quelle est la différence entre manie et hypomanie ?

On différencie la manie de l’hypomanie par son intensité, la seconde étant considérée comme une forme atténuée de la première. En grec, “hypomanie” signifie littéralement “sous-manie”.

La manie est le stade I de la bipolarité et l’hypomanie, le stade II.

Quels sont les symptômes de l’hypomanie ?

Si vous pensez que vous ou l’un de vos proches êtes atteints d’hypomanie, il vous faut faire l’inventaire des signes caractéristiques.

Les épisodes vécus doivent être réguliers et caractérisés par :

  • Une euphorie (joie intense et excessive) ;
  • Une hyperactivité, dont découlent de multiples projets et idées ;
  • Un besoin de sommeil limité, sans ressentir une quelconque fatigue ;
  • Une confiance en soi exacerbée ;
  • Une confiance sociale excessive (sans gêne) ;
  • Une irritabilité intense qui peut conduire à de grosses colères ;
  • Des sautes d’humeur extrêmes qui peuvent faire passer du rire aux larmes rapidement.

Si ces épisodes sont suivis de phases dépressives, il se peut que vous souffriez d’hypomanie.

Vous présentez des symptômes de l'hypomanie ?

Parlez de votre situation à un psychiatre, il vous aidera à trouver des solutions. Disponibilités 7J/J, de 6h à 1h.

Les éléments caractéristiques d’une phase de dépression étant :

  • Une baisse d’estime de soi ;
  • Un sentiment de culpabilité ou d’inutilité ;
  • Une perte d’appétit ;
  • Une perte d’intérêt ou de plaisir ;
  • Un abattement général ;
  • Une fatigue constante ;
  • Des insomnies ou au contraire une hypersomnie ;
  • Des idées noires.

Bon à savoir : l’hypomanie ou la manie, tous deux symptômes de la bipolarité, se différencient du trouble borderline par la fréquence des changements d’états. Souffrir d’un trouble borderline provoque une alternance entre des états maniaques et dépressifs de manière très rapprochée, parfois dans une même journée.

Qu’est-ce qu’une phase hypomaniaque ?

Une phase hypomaniaque est une période durant laquelle tous les symptômes caractéristiques de la maladie sont réunis. Pour citer des exemples pratiques du quotidien, une personne en phase hypomaniaque pourrait avoir envie de refaire toute sa maison, organiser un voyage sur un coup de tête, se montrer très exubérante dans un cadre professionnel…

Selon le DSM-5, une phase hypomaniaque dure au minimum 4 jours.

Quels sont les premiers signes de la bipolarité ?

La bipolarité étant un trouble de l’humeur, la manie, l’hypomanie et/ou les épisodes dépressifs font partie des premiers symptômes qui doivent alerter.

Cette maladie se développe le plus souvent à l’adolescence, entre 15 et 19 ans. C’est généralement l’entourage de l’adolescent qui observe un changement brutal dans son humeur, soit par des comportements excessifs (phases maniaques ou hypomaniaques), soit par un état dépressif (dépression).

Comment soigner l’hypomanie ?

Le premier pas pour aller mieux est de prendre conscience que quelque chose ne va pas et de consulter un avis médical. Cela n’est pas toujours possible, car l’état d’hypomanie est finalement assez « agréable » pour la personne atteinte, qui se sent capable de soulever des montagnes.

Plusieurs approches peuvent être envisagées dans le traitement de l’hypomanie .

Vous n'êtes pas seul(e)

Téléconsultez dès maintenant un psychiatre et recevez un premier diagnostic. Disponibilités de 6h à 1h 7j / 7.

Le suivi psychologique

Entamer une psychothérapie est un des points essentiels dans le traitement de l’hypomanie. Elle permet, d’une part, d’être diagnostiqué par un psychiatre ou un psychologue.

D’autre part, les troubles de l’humeur sont difficiles à vivre pour une personne au quotidien. Recevoir un accompagnement par un professionnel, ainsi qu’une aide dans la gestion de ses émotions est primordial.

Le traitement médicamenteux

Le traitement médicamenteux se définit au cas par cas, après une analyse approfondie de votre état par le professionnel de santé qui vous suit.

Selon le degré de sévérité du trouble, plusieurs traitements sont possibles. Parmi eux :

  • Les antiépileptiques ;
  • Le lithium ;
  • Les antipsychotiques de 2e génération.

À noter que ces traitements comportent de nombreux effets secondaires, parfois lourds. Ils sont néanmoins souvent indispensables à la guérison du patient, en complément du suivi thérapeutique.

Comment se comporter avec un hypomane ?

Il faut lui faire prendre conscience que son état n’est pas totalement normal, car même s’il est “agréable”, il peut faire face à plusieurs conséquences néfastes, comme : des dépenses inconsidérées, des décisions trop hâtives, un épuisement et une bascule vers une période de dépression.

Face à une personne hypomane, ne vous énervez pas. Même si cet état est irritant et fatiguant pour l’entourage, n’oubliez pas qu’elle souffre d’un trouble et qu’elle “ne le fait pas exprès”. Essayez de l’adresser rapidement vers un professionnel de santé.

Foire aux questions

C’est quoi l’hyperthymie ?

L’hyperthymie est un autre trouble du spectre bipolaire. Les personnes qui en souffrent débordent d’énergie, sont très extraverties, à la limite de l’exubérance.

Leurs symptômes (forme moyenne de la manie) ne sont toutefois pas ressentis par phase, mais constamment. Cela fait partie intégrante de leur personnalité.

Est-ce qu’une personne bipolaire peut vivre sans traitement ?

Selon la Haute Autorité de Santé, dix ans s’écoulent en moyenne entre l’apparition de la maladie et la mise en place d’un traitement adapté. Plusieurs tests doivent être effectués avant de trouver celui qui convient le mieux.

La bipolarité est un trouble qui doit être pris en charge, en raison des comportements excessifs (et parfois à risques) qu’il entraîne chez les patient(e)s. De plus, étant donné le temps nécessaire pour trouver le bon traitement, il importe de le diagnostiquer tôt, pour soulager le quotidien des patients.