4 idées reçues sur les maladies de la peau

Par Inès Montenon · Rédactrice seo - santé et psychologie · Mis à jour le 13 février 2024

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Notre peau est le miroir de nos vies, reflétant les défis auxquels nous faisons face, notamment lors d’un hiver agité. Entre les changements de température et l’humidité, notre épiderme est soumis à une rude épreuve. Pourtant, autour des maladies de la peau gravitent de nombreuses idées reçues. Ces malentendus peuvent non seulement induire en erreur, mais aussi isoler ceux qui en souffrent. Dans un souci de clarté, déconstruisons ensemble quelques-unes de ces idées reçues, et rappelons-nous que la compréhension et l’acceptation sont les premiers pas vers le mieux-être.

Toutes les pathologies de la peau sont contagieuses : Faux 

Il est courant de penser que les maladies de la peau se transmettent par simple contact, alimentant ainsi la stigmatisation. Pourtant, la plupart de ces affections, comme le psoriasis ou l’eczéma, ne sont pas contagieuses. Elles sont le résultat de réactions inflammatoires, génétiques ou encore de déséquilibres internes, et non d’agents infectieux que l’on pourrait transmettre à autrui. Il est crucial de démystifier ce mythe pour favoriser l’empathie et la compréhension autour de nous. 

Les troubles cutanés sont dus à un problème d’hygiène : Faux 

Un autre préjugé tenace associe les troubles cutanés à un manque d’hygiène. Or, la réalité est bien plus complexe. Si un manque d’hygiène peut aggraver certains symptômes, il n’est pas nécessairement l’origine du problème. Des facteurs comme le stress, les déséquilibres hormonaux ou encore certaines prédispositions génétiques jouent un rôle prépondérant.  

Adopter une routine de soins adaptée reste néanmoins essentiel pour éviter d’aggraver un trouble dermatologique. Utilisez des soins doux, sans parfum, adaptés à votre type de peau, et si possible conseillés par votre médecin. 

Les problèmes de peau sont dus à un manque de volonté : Faux 

L’idée que l’on pourrait simplement « vouloir » que notre peau soit saine est non seulement réductrice mais profondément injuste. Les affections dermatologiques sont des maladies nécessitant souvent un traitement et une gestion sur le long terme.  

La volonté seule ne peut guérir un trouble cutané, tout comme elle ne peut guérir une grippe ou une fracture. En revanche, l’empathie et l’absence de jugement peuvent apporter un soutien à une personne souffrant d’un problème de peau chronique. 

Les pathologies dermatologiques n’ont pas d’impact sur la qualité de vie : Faux 

Ce mythe est peut-être l’un des plus nocifs. Les maladies cutanées, surtout lorsqu’elles sont chroniques, peuvent avoir une profonde répercussion sur la qualité de vie d’une personne.   

Souvent elles s’accompagnent de démangeaisons qui peuvent à terme engendrer un sentiment d’épuisement. En parallèle, les contraintes quotidiennes liées aux traitements sont une charge supplémentaire vécue.  

Enfin, le regard des autres est un élément essentiel dans la construction de son identité. Tant que ces fausses croyances perdurent, le fait d’avoir un problème de peau chronique peut sur le long terme fragiliser l’estime de soi 

Déconstruire ces idées reçues permet cultiver une société plus inclusive et empathique. En comprenant mieux ce que vivent ces personnes, nous pouvons tous contribuer à un environnement plus accueillant et chaleureux. Après tout, la peau n’est que la surface de notre être et comme dit l’adage “il ne faut pas se fier aux apparences”.