Noël : p’tit guide de survie pour des fêtes réussies

Par Inès Montenon · Rédactrice web santé · Mis à jour le 13 décembre 2022

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Ça y est, nos ruelles scintillent de mille feux, un parfum de pain d’épices se dégage des boulangeries et le vin rouge fait son grand retour. C’est officiel, le réveillon approche ! Quand certains se laissent porter par la féérie ambiante, d’autres plus pragmatiques ressentent déjà les multiples pièges que recèlent les fêtes de fin d’année. Pour que la magie de Noël puisse opérer, voici un petit guide de survie pour des fêtes réussies.

Les gestes pour éviter les petits maux de l’hiver

Vos cadeaux sont prêts, les congés sont posés et les billets de train réservés. Plus que deux jours avant le départ ! Vous avez tout programmé de façon à ce que vos fêtes de famille se passent au mieux.

Tout, sauf cette petite toux qui s’immisce en vous. Une quinte sèche qui vous murmure : « c’est raté pour cette année, dans deux jours tu es au lit, une bouillotte sur la tête ».

Pour éviter de ruiner votre réveillon des suites d’une infection qui vous aura pris en traître, prenez les devants ! Certains gestes en apparence anodins peuvent sauver votre Noël en famille :

  • Faites un lavage nasal à l’eau de mer chaque jour, cela permettra de réhydrater votre muqueuse et d’éliminer les bactéries et virus pouvant provoquer une infection ORL
  • Mangez des clémentines et des oranges au petit déjeuner. En plus d’être un fruit de saison, les oranges sont les fruits de Noël par excellence ! Au-delà de la tradition, elles sont pleines de vitamines C, un bouclier naturel contre les infections ORL
  • En cas d’irritation de la gorge, prenez une cuillère de miel, ses effets antibactériens naturels sont particulièrement efficaces pour soigner la toux et apaiser les douleurs
  • Pensez à boire suffisamment d’eau au quotidien (1,5 L), le chauffage a un effet déshydratant sur l’organisme
  • Lors de vos déplacements ne négligez pas les gestes barrières : lavez-vous les mains régulièrement et portez un masque dans les lieux fermés et bondés et dès l’apparition de symptômes

Les techniques pour faire face aux remarques déplaisantes

On le sait notre famille nous veut du bien. Mais comme dit l’adage : « l’enfer est pavé de bonnes intentions ». Alors que vous prenez place pour débuter le dîner, un parfum de « bilan annuel » souffle autour de la table.

Et c’est tout spontanément que maman nous demande, entre les huîtres et le foie gras : « Alors le petit bébé c’est pour quand ? Tu as déjà trente ans ! ». Ce foie gras qui semblait si bon a soudainement un goût d’amertume.

A ce stade du dîner, il suffit d’une phrase pour que l’ambiance si chaleureuse tourne au vinaigre. Pour éviter ce faux pas, ne vous laissez pas submerger par vos émotions et prenez le temps avant de répondre à cette remarque qui vous a froissé. Pour cela, gardez en tête les 4 piliers de la communication non violente :

  • Observez la situation sans juger ou généraliser
  • Exprimez ce que vous ressentez
  • Identifiez votre besoin inassouvi à travers l’émotion que vous ressentez
  • Exprimez votre demande

Dans l’exemple ci-dessus, votre réponse pourrait être « ta remarque me peine, j’ai besoin de me sentir acceptée telle que je suis actuellement pour profiter de ce moment avec toi ».

L’art de s’extraire en cas de discussions clivantes

Jusqu’alors, vous avez réussi à éviter tous les pièges que vous réservait ce réveillon. C’est alors qu’au moment du plateau de fromage, votre cousin lance tout naturellement son point de vue sur le bilan des élections présidentielles, pensant avoir une approbation générale. C’était sans compter le nouveau compagnon de votre sœur, qui semble vouloir en découdre sur le sujet.

L’ambiance du dîner prend rapidement une tournure de match de rugby.

Deux options s’offrent à vous :

  • Désamorcer la discussion grâce à une diversion, par exemple en prévenant qu’il est maintenant l’heure d’aller ouvrir les cadeaux
  • Vous extraire de la situation, en prétextant aller promener le chien par exemple

Les astuces pour s’assurer un « après-dîner » agréable

Enfin, le dîner touche à sa fin. Vous allez vous coucher de merveilleux souvenirs plein la tête. Il vous reste encore une dernière étape à franchir : éviter la gueule de bois et la crise de foie. Petite précision linguistique, la crise de foie est une expression courante qui signifie en fait une indigestion.

Pour se prémunir de l’indigestion, voici nos conseils :

  • Évitez de prendre des grosses portions de chaque plat et ne vous resservez pas
  • Pour l’entrée si vous devez choisir, privilégiez les fruits de mer au foie gras
  • Pour le dessert privilégiez les fruits
  • Quant aux gourmandises de fin de repas, il est préférable d’opter pour du chocolat noir (70% de cacao minimum)
  • Après le repas, n’hésitez pas à faire une promenade digestive en famille

Pour se prémunir de la gueule de bois, voici nos conseils :

  • Consommez avec modération
  • Ne commencez pas à boire le ventre vide
  • Ne mélangez pas les types d’alcool
  • Lorsque vous buvez un verre d’alcool, buvez ensuite un verre d’eau car l’alcool déshydrate
  • Faites des pauses régulièrement et dès que vous ressentez les premiers effets
  • Plus le degré d’alcoolémie est élevé plus le verre doit être bu lentement
  • Avant d’aller vous coucher buvez de l’eau
  • Le lendemain évitez le café et privilégiez une tisane au petit déjeuner

Maintenant que vous connaissez les secrets pour passer des fêtes de fin d’année magiques, il ne vous reste plus qu’à vous laisser baigner par l’ambiance féérique. Après tout, Noël c’est un état d’esprit,

Joyeuses fêtes !