Se débarrasser de la mauvaise haleine

Par Dr Sabine Barlette · Chirurgien-Dentiste · Publié le 23 mai 2017, mis à jour le 23 mars 2020

Tout le contenu médical est validé par la Direction médicale de Qare

Ou comment être sûr que le french kiss soit aussi un fresh kiss… Problème de santé publique, fléau personnel (et mondial), tue l’amour… En effet, un quart de la population mondiale serait touchée de manière permanente (chronique), et chaque individu de manière ponctuelle (les petits matins qui déchantent), par ce problème au nom abscons : l’halitose.

Pour une atteinte sévère et chronique, les répercussions sociales peuvent être très gênantes voire franchement handicapantes, alors que faire ? Environ 85 % des cas sont d’origine buccale, mais cette origine buccale peut être très variée :

  • brossage inadapté
  • dépôt lingual
  • maladie parodontale
  • carie profonde voire dent nécrosée
  • alvéolite dentaire post-opératoire (os alvéolaire enflammé et/ou infecté)
  • couronnes ou bridges mal adaptés (avec stagnations alimentaires)
  • prothèse amovible rugueuse ou mal adaptée
  • certaines maladies de la muqueuse buccale
  • troubles salivaires

Environ 10% des cas peuvent aussi être d’origine ORL (sinusites, corps étranger,…), et environ 5% des cas d’origine autre (pulmonaire, digestive,….).

Conclusion:

  • J’arrête les grignotages et les bonbons
  • Je mange un chewing gum sans sucre à midi si je ne peux pas me brosser les dents au travail
  • Je vérifie ma technique de brossage (au besoin avec un révélateur de plaque)
  • Je demande à mon pharmacien des aides au brossage (fil, gratte-langue, brossettes, bains de bouche quotidiens)
  • Si cela ne suffit pas et que je ne mange pas d’aïoli provençal en cachette, alors il faudra sûrement faire un bilan chez mon dentiste pour diagnostiquer l’origine de cette halitose.