Drogues : que faire pour réduire les risques en cas de consommation occasionnelle ?

Par Inès Montenon · Rédactrice web santé · Mis à jour le 1 août 2022

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

L’été insuffle un brin de liberté en chacun de nous. Sur les routes, les cheveux au vent ou encore les pieds dans le sable avec l’océan à perte de vue, le désir d’évasion s’exhale tel un subtil parfum d’interdit. Un nouveau cadre, de nouvelles expériences. Lors d’une de ces soirées d’été, portée par l’ambiance si particulière, l’idée de tester une drogue peut se révéler. Si vous testez de manière occasionnelle la consommation de drogue, voici notre guide pour réduire les risques liés à la consommation occasionnelle de drogue.

Nous tenons à rappeler que l’usage des drogues est illicite et dangereux pour la santé.

Les 8 précautions pour réduire les risques pour votre santé

Précautions à prendre pour les drogues à fumer ou priser

Si vous fumez une drogue, lors du roulage, utilisez un filtre à cigarette plutôt qu’un bout de carton. Cela diminue l’impact des produits de coupage et la toxicité liée à la combustion du produit.

Si vous prisez une drogue (sniff), n’utilisez pas de billet de banque. Ils sont le fief de milliers de bactéries qui peuvent contaminer les muqueuses de vos sinus. Préférez une paille en papier, moins coupante qu’une paille en plastique destinée aux boissons.

Lorsque vous prisez une drogue, la paille provoque des micro-coupures sur les parois nasales. Pour éviter d’attraper une maladie transmissible par voie sanguine, ne partagez pas votre paille.

Les drogues sous forme de poudre sont très corrosives. Pour limiter l’impact sur vos sinus, utilisez du sérum physiologique pour nettoyer votre nez et éviter la formation de croûtes.

Limitez-vous à un seul produit

Au-delà de l’expérience vécue, il est important de garder en tête que les drogues sont composées de multiples molécules. Lorsqu’elles sont en contact, certaines provoquent des effets dévastateurs. De plus, les cannabinoïdes démultiplient les effets des drogues hallucinogènes tout comme les risques associés à leur prise. Il vaut donc mieux consommer un seul produit à la fois et éviter l’alcool.

Nous vous conseillons de pratiquer le micro-dosing pour les produits que vous n’avez jamais testé. Les drogues provoquent des effets différents selon vos enzymes. Quant aux NSP, elles sont souvent mal dosées.

Evitez le risque de surdose

Lorsque l’on teste quelque chose de nouveau, qui plus est interdit, on s’attend à ressentir des sensations rapidement. Pourtant selon le mode de consommation, les effets peuvent mettre 45 minutes, parfois plus, avant d’apparaître.

Après avoir consommé une drogue, soyez patient(e), pensez à autre chose, profitez de la soirée et de votre entourage. Ne re-consommez pas sous prétexte que vous ne ressentez rien, au risque d’être submergé par les effets d’une surdose.

Ne consommez pas si votre moral est en berne

La drogue agit comme un catalyseur. Si vous vous êtes triste(e) ou angoissé(e), une drogue ne fera qu’amplifier votre état de mal être. Il est donc préférable de reporter votre expérience à un moment où vous vous sentirez en meilleur état.

Ne retardez pas la descente

Si vous consommez une drogue, partez du principe que cela se terminera par une descente aussi violente que fut forte la montée.

Lorsque vous commencez à ressentir une sensation désagréable, ne cherchez pas à l’éviter en re-consommant. Cela ne fera qu’accentuer la difficulté de la descente.

Protégez-vous

Lorsqu’on est sous l’effet de psychotropes, on est désinhibé et exalté. Le désir sexuel peut être décuplé. Pensez à garder un préservatif sur vous, et à vous protéger en cas de rapport sexuel.

En cas de première expérience, évitez les lieux à risques de type bateaux, ponts, ou falaises. Préférez un endroit sécurisé pour limiter les risques lors de la descente. Entourez-vous de personnes de confiance, et si un de vos proches ne consomme pas de psychotrope, demandez-lui de veiller sur vous.

Comme avec l’alcool, ne prenez pas le volant, rentrez à pied ou en taxi ou dormez sur place.

En cas de bad trip

Lorsqu’on consomme de la drogue un bad trip peut arriver. Si tel est le cas :

  • Restez avec une personne de confiance et avec qui vous vous sentez à l’aise
  • Allez dans un endroit calme à l’abri des regards
  • Gardez en tête que les effets sont temporaires et vont finir par s’estomper
  • Buvez de l’eau sucrée

L’expérience doit rester anecdotique

Comme disait l’alchimiste Paracelse, le poison réside dans la dose plutôt que la substance. Restez raisonnable dans vos envies d’évasion, espacez le plus possible vos prises pour échapper à l’addiction et à la dépendance. Une douce réalité vaut mieux qu’un paradis artificiel.

Faites-vous aider si votre consommation devient régulière

Prendre une drogue occasionnellement peut paraître bénin. Le plaisir éprouvé masque la gravité des risques. S’en sans rendre compte, on peut lentement glisser vers l’addiction puis la dépendance.

Certains signes doivent vous alerter :

  • Vous avez l’impression que vos soirées sont fades lorsque vous ne consommez pas de psychotropes
  • Vous consommez plus souvent et en plus grandes quantités
  • Vos fréquentations ont évolué vers un cercle de consommateurs réguliers de psychotropes

Si vous ressentez l’un de ces symptômes, vous pouvez parler de votre situation à un professionnel de santé en appelant Drogues Infos Service 7j / 7 de 8h à 2h du matin. L’appel est anonyme et gratuit depuis un poste fixe au 0 800 23 13 13 et au prix d’une communication classique au 01 70 23 1313.

Ne restez pas seul(e), vous pouvez consulter un psychologue afin d’avoir un soutien pour surmonter cette situation.