Couple : pourquoi ça matche… ou pas ! Les 3 règles d’or !

Par Maxime Barbier · Chargé de communication BtoC · Mis à jour le 10 février 2022

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Saviez-vous qu’un couple qui fonctionne reposerait sur trois piliers, trois “contrats” ? Des études montrent que les couples qui durent sont ceux qui parviennent à trouver un bon équilibre entre ces trois contrats d’importance égale. Au contraire, tout miser sur l’un d’eux risquerait de conduire à la séparation. Alors ces contrats, quels sont-ils ?

Le contrat narcissique

L’intérêt d’être en couple est de pouvoir se renforcer positivement l’un l’autre ! Par exemple en se faisant des compliments, en se soutenant dans les moments de doutes, en mettant l’autre en valeur, ou en montrant qu’on est fier de son partenaire. Hélas parfois c’est l’inverse qui se produit : certaines personnes ont tendance à dénigrer l’autre pour mieux se mettre en avant, par exemple en clamant qu’ils touchent un salaire plus élevé, qu’ils cuisinent mieux, qu’ils font tout à la maison etc…. Et ça, ce n’est pas bon pour le contrat narcissique !

Le contrat libidinal

Il n’y a pas de règles ni de normes sur la fréquence, la qualité ou les modalités des rapports sexuels. La seule règle qui tienne : les deux partenaires doivent être d’accord ! Personne ne doit se sentir ni frustré, ni forcé de quoi que ce soit. On peut faire l’amour 3 fois par jour ou 3 fois par an, pourvu que les deux partenaires soient en phase !

Le contrat symbolique

Celui-ci est plus complexe, car il est subjectif et inconscient. Au niveau symbolique, le partenaire représenterait la somme de plusieurs personnes rencontrées dans sa vie et qui nous ont marqué, souvent sans nous en rendre compte : un professeur, un membre de la famille, un ancien partenaire, un ami, un collègue de travail… Si un jour notre partenaire nous déçoit et trahit la représentation que nous nous faisons de ce “partenaire idéal”, alors il ne serait pas possible de passer outre.

Cet aspect est complexe car totalement subjectif, ce qui explique qu’une infidélité, une lâcheté, ou un manquement puisse être perçu avec plus ou moins de gravité en fonction des personnes. Difficulté supplémentaire : quand on réalise de quoi est fait notre “contrat symbolique”, c’est qu’il est déjà trop tard car “le mal est fait” ! D’où l’importance de bien se connaître, de connaître ses limites, et de les partager avec son partenaire.