Troubles du sommeil : apnées du sommeil

Par Dr Julien Wain-Hobson · Médecin Cardiologue · Mis à jour le 4 mars 2020, publié le 24 avril 2017

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

On parle souvent de ”sommeil réparateur” ou encore entend-on l’expression “bien dormir pour guérir”, le sommeil est en effet une fonction vitale de notre organisme. Nous passons environ un tiers de notre vie à dormir, et le sommeil joue un rôle clé quant à notre état de bien-être. Cependant, il se peut que cela ne soit pas une partie de plaisir… Il existe différentes pathologies pouvant obstruer le sommeil, et le syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS) en fait partie.

De quoi s’agit-il ?

Le SAOS touche environ 2 à 4 % de la population mais reste extrêmement sous-diagnostiqué : environ 80% des sujets atteints n’en savent rien. Ce syndrome est caractérisé par une répétition d’apnées au cours du sommeil par obstructions intermittentes des voies respiratoires supérieures (cf. schéma). Ce blocage de la respiration est à l’origine de micro-réveils par manque d’oxygène et d’une altération importante de la qualité du sommeil.

Comment faire le diagnostic ?

Les symptômes les plus fréquents sont:

  • Apnées détectées par l’entourage
  • Ronflements sévères et quotidiens
  • Maux de tête
  • Fatigue chronique
  • Troubles de la concentration
  • Endormissements fréquents dans la journée
  • Troubles de l’humeur
  • Nycturie (le patient va uriner plusieurs fois par nuit)

Des facteurs favorisants ont été identifiés :

  • Obésité
  • Hypertension artérielle
  • Anatomie des voies respiratoires (épaississement de la base de la langue par exemple)
  • Prise régulière d’alcool et de somnifères
  • Position allongée sur le dos

Si votre médecin le juge nécessaire, il pourra vous proposer de réaliser un enregistrement du sommeil pour établir le diagnostic.

Quels sont les risques d’un SAOS non traité ?

Outre le retentissement sur la qualité de vie, il est démontré qu’un SAOS modéré à sévère augmente :

  • La mortalité globale
  • Le risque d’accident de voiture (somnolence au volant)
  • Les accidents du travail
  • Les accidents cardiovasculaires

Quel traitement ?

Plusieurs traitements peuvent être proposés en fonction de la sévérité des apnées. En cas d’apnées fréquentes et profondes (certaines pouvant durer plus de 30 secondes), une machine de ventilation nocturne est proposée.

La ventilation nocturne est très efficace lorsqu’elle est bien utilisée, permettant une disparition des ronflements, des apnées ainsi qu’une amélioration de la qualité de vie souvent spectaculaire.

En cas de forme moins sévère d’autres traitements pourront être proposés : prothèses buccodentaires à porter la nuit et/ou mesures hygiéno-diététiques simples : perte de poids, éviter l’alcool et les sédatifs ou encore dormir sur le côté. Les indications de chirurgie des voies aériennes supérieures sont réservées à des cas individuels rares.