4 gestes pour préserver notre santé et notre planète

Par Inès Montenon · Rédactrice seo - santé et psychologie · Mis à jour le 14 avril 2022

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Le saviez-vous ? Le 7 avril c’est la Journée mondiale de la santé. Organisée par l’OMS (organisation mondiale de la santé) cette journée de mobilisation annuelle vise à sensibiliser l’opinion publique sur une thématique de santé d’ordre international. Cette année, deux sujets sont au cœur des préoccupations : la protection de l’environnement et la santé. A travers la thématique « Notre planète, notre santé », l’OMS nous rappelle le profond lien de corrélation entre notre santé et celle de l’environnement. Ces dernières années, l’épisode de pandémie et les alertes climatiques ont certainement impacté votre moral. Mais le futur reste à écrire. De petits changements mis bout à bout peuvent avoir un réel impact positif. Nous vous avons sélectionné 4 gestes inédits à mettre en place facilement dans votre quotidien !

« Privilégiez le vélo plutôt que la voiture » on connait tous ce refrain par cœur. Il n’en reste pas moins toujours aussi efficace. Mais pour aller plus loin, voici 4 conseils inédits :

Dans vos pratiques sportives alliez l’utile à l’agréable

L’OMS souligne que les changements climatiques que nous subissons font fortement progresser le cancer et les maladies cardiovasculaires. Prendre l’habitude de courir permet de réduire les risques de ces pathologies.

Et depuis peu, courir permet aussi de préserver votre environnement ! L’éco-jogging ou plogging est un concept venu de Suède qui consiste à ramasser les déchets sur votre trajet. Une double bonne action pour un plaisir multiplié ! A la sensation de bien-être que procure une séance de sport, vous ajoutez la satisfaction de contribuer à un monde plus propre. Et si vous hésitez à vous lancer par peur du regard des autres, rassurez-vous, vous n’êtes pas bizarre vous êtes juste en avance sur votre temps.

Aliments : repensez votre façon de les stocker

D’un point de vue pragmatique Musset se trompait lorsqu’il écrivait « Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse. ». Récemment, une équipe de recherche de l’université libre d’Amsterdam a analysé le sang d’un panel de donneurs. Les résultats de l’étude sont édifiants : 77% des donneurs ont des particules de plastique dans le sang. En majorité, il s’agit du PET (polyéthylène téréphtalate) utilisé pour les bouteilles de plastique et du PE (polyéthylène) notamment pour les boîtes de conservation.

A échelle planétaire, ce plastique finit sa course dans l’océan à hauteur de 8 millions de tonnes par an, selon WWF. Pour votre santé et celle de nos océans, pensez à conserver vos aliments et votre eau dans des contenants en verre plutôt qu’en plastique.

Quand hygiène corporelle rime avec naturel

L’hygiène corporelle est pour certain(e)s un véritable rituel de bien-être. Pour sublimer ce retour à soi, nous trouvons dans le commerce des marques proposant de véritables expériences sensorielles. Mais au-delà de l’emballage, de l’odeur et des résultats promis, le critère le plus fiable pour garantir un produit sain c’est sa composition !

Aujourd’hui, la majorité des produits d’hygiène corporelle de manufacture industrielle contiennent des ingrédients issus de la pétrochimie. La combustion des énergies fossiles comme le pétrole contribue à la pollution de l’air, comme le rappelle L’OMS. Leur campagne alerte sur le fait que neuf personnes sur dix respirent un air pollué.

Pour savoir ce que vous mettez sur votre peau, ouvrez l’œil sur l’étiquette de composition de vos produits. Sous les termes « paraffinum liquidum », « Cera microcristallina », ou encore « mineral oil » se cachent des dérivés de pétrole. Pour décrypter facilement le contenu de vos produits vous pouvez utiliser l’application INCI Beauty !

La face cachée des produits ménagers

Pour analyser la composition de vos produits ménagers l’affaire se complique. En cause, la législation actuelle qui n’impose d’indiquer que les fourchettes de concentration des grandes familles de composants. Pour ce qui est des allergènes ou des conservateurs il n’y a pas d’obligation de mention sur l’emballage.

Pour nous éclairer, L’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) nous met en garde sur le fait que 91% des produits testés dans une étude sur les produits ménagers émettent du formaldéhyde. D’après le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer) cet élément s’avère cancérogène pour l’homme.

Pour éviter toutes substances allergisantes, irritantes, corrosives, ou risquées pour l’environnement, nous vous recommandons les produits faits maison. Les « méthodes de grands-mères » faites à partir de bicarbonate de soude, de vinaigre blanc ou encore de savon noir s’avèrent particulièrement efficaces.

Enfin, la mobilité urbaine est un critère crucial concernant la préservation de l’environnement. Dans nos modes de transports, nous pouvons aussi faire évoluer nos habitudes. Pour vos consultations médicales, pensez à télé-consulter quand vous le pouvez. Au-delà de son côté pratique, la téléconsultation vous évite de nombreux trajets. Cela participe à réduire votre empreinte carbone, mais aussi votre stress lié aux embouteillages si vous prenez la voiture.