Colique néphrétique : comment la reconnaître et comment y remédier ?

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Consultez un médecin depuis chez vous

Téléconsultez un médecin en quelques minutes pour lui décrire vos symptômes et recevoir un traitement si nécessaire. Sans avance de frais avec le tiers payant.

Prendre RDV

Si la colique néphrétique est particulièrement douloureuse, elle n’entraîne pas toujours de complications. Toutefois il est important d’adopter les bons gestes pour la traiter rapidement. Comment reconnaître la colique néphrétique ? Comment la traiter ? Comment la prévenir ? L’équipe médicale de Qare répond à vos questions. 

Qu’est-ce qu’une colique néphrétique ?

La colique néphrétique peut aussi bien toucher les hommes que les femmes. Elle se caractérise par une douleur intense et aiguë, au niveau lombaire et abdominal, et se fait sentir le plus souvent d’un seul côté. Si la colique néphrétique cause une telle douleur, c’est parce qu’elle est due à un obstacle, comme un calcul, dans l’un des deux uretères mais peut également survenir sans calcul. Elle peut entraîner des complications importantes si elle s’accompagne d’autres symptômes pouvant mener à une hospitalisation en urgence.

L’obstacle en question est en général un calcul rénal composé de cristaux de sels minéraux qui bloque dans les voies urinaires. Il se déplace ensuite dans l’uretère pour arriver jusqu’à la vessie, puis l’urètre, pour être évacué dans les urines, soit de lui-même soit après la prise d’un traitement spécifique.

Quels sont les symptômes de la colique néphrétique ?

La colique néphrétique entraîne des symptômes qui alertent rapidement :

  • Vous ressentez une douleur intense (souvent d’intensité 10/10) de manière brutale qui naît dans le dos, et se diffuse dans l’abdomen, l’aine, voire les organes génitaux.
  • La douleur se manifeste plutôt la nuit ou le matin. Elle se manifeste uniquement d’un côté, car l’obstacle qui cause la douleur se trouve soit dans les voies urinaires de gauche, soit à droite.
  • Vous ressentez cette douleur de manière rapide et intense qui lance de manière répétée, avec des moments d’accalmie entre deux douleurs aiguës.
  • Aucune position ne parvient à vous soulager, même allongé.
  • Vous n’avez pas de fièvre. Si c’est le cas, cela implique que vous souffrez d’une complication infectieuse liée à votre colique néphrétique.

La douleur ressentie lors d’une colique néphrétique peut s’accompagner d’autres symptômes tels que des troubles digestifs comme des nausées/vomissements, de la constipation, des ballonnements, mais aussi des symptômes urinaires comme de fréquentes envie d’uriner sans pouvoir y parvenir, et parfois la présence de sang dans les urines.

Quelles sont les complications de la colique néphrétique ?

La colique néphrétique peut devenir grave dans de rares cas par exemple si :

  • Elle est associée à de la fièvre, ce qui peut signaler une infection du rein : la pyélonéphrite.
  • Vous êtes une femme enceinte. La colique néphrétique est plus dangereuse durant une grossesse.
  • Vous êtes atteint d’une maladie rénale chronique ou vous n’avez qu’un seul rein.

Vous ressentez les symptômes d'une colique néphrétique ?

Prenez rendez-vous rapidement pour échanger avec un médecin en vidéo et recevoir un traitement, si nécessaire.

Quelles sont les causes de la colique néphrétique ?

Elle trouve sa cause dans un blocage des voies urinaires dû à un obstacle. La douleur provient des spasmes de l’uretère et de l’inflammation secondaire causée par le blocage du calcul :

  • Dans la majorité des cas, l’obstacle sur le trajet des voies urinaires est un calcul rénal qu’on nomme aussi lithiase rénale.
  • Dans de plus rares cas, la colique néphrétique peut survenir si vous présentez une malformation d’une voie urinaire, une compression de l’uretère par exemple qui peut représenter un obstacle fonctionnel en bloquant le passage de l’urine.

Bon à savoir : il existe un risque héréditaire concernant la colique néphrétique. Si l’un de vos parents est concerné par ce problème, il y a plus de chances pour que vous en souffriez aussi.

Comment la colique néphrétique se manifeste ?

Comment les calculs rénaux engendrent-ils la colique néphrétique ?

Si vous souffrez d’une colique néphrétique due à des calculs rénaux, il faut d’abord comprendre leur implication dans vos douleurs. Un calcul est une petite pierre formée par des sels minéraux, et dans 90% des cas, par de l’oxalate de calcium. On parlera alors de lithiase calcique.

Avant d’être évacué avec l’urine, le calcul parcourt le chemin des voies urinaires depuis le rein pour se diriger jusqu’ à la vessie. La douleur ressentie lors d’une colique néphrétique est donc due à des spasmes de l’uretère qui essaie d’évacuer le calcul lorsqu’il s’y trouve coincé au cours de son trajet.

Bon à savoir : la colique néphrétique ne trouve pas directement sa cause dans le stress mais la formation de calculs rénaux peut y être liée.

Qu’est ce qui peut provoquer des coliques néphrétiques ?

Les différentes causes de la colique néphrétique

Il existe de nombreux facteurs pouvant encourager la survenue d’une colique néphrétique comme :

  • Une alimentation grasse et la consommation d’alcool
  • Un voyage prolongé
  • Un séjour dans un pays chaud
  • Une atmosphère surchauffée ( chez soi, au travail …)
  • Une longue immobilisation (après un accident ou une maladie par exemple)
  • Une consommation insuffisante d’eau.

Comment soigner une colique néphrétique ?

Le traitement auquel recourir dépend de vos symptômes, et de la cause de votre colique néphrétique.

Que faire en cas de colique néphrétique ?

Les premiers gestes en cas de colique néphrétique

Lors d’une colique néphrétique, il est important d’agir vite malgré la douleur :

  • Prenez votre température pour vous assurer que vous n’avez pas de fièvre.
  • Appliquez une compresse chaude ou une bouillotte sur la zone qui vous fait souffrir. Vous pouvez également prendre un bain chaud ou laisser couler l’eau de la douche sur la zone.
  • Buvez de l’eau normalement.
  • Prenez un comprimé antalgique de type paracétamol ou anti-inflammatoires non stéroïdiens (sauf contre-indication) ou également du Spasfon°.
  • Prenez rendez-vous rapidement avec un médecin généraliste qui vous prescrira peut-être un autre traitement.

Bon à savoir : Si l’homéopathie peut être efficace dans le cas d’une colique classique chez le bébé elle s’avère peu efficace en cas de colique néphrétique.

Prenez rendez-vous sans plus tarder

Consultez un médecin en vidéo depuis chez vous, disponible 7j/7 et de 6h à 1h du matin. Sans avance de frais avec le tiers payant.

Colique néphrétique : dans quels cas appeler le 15 ?

Dans certains cas, elle peut symboliser une urgence. Il vous faudra appeler le 15 (le samu) ou le 112 (numéro d’urgence européen) si :

  • Votre crise de colique néphrétique se manifeste avec de la fièvre, des frissons, et un état général qui semble se dégrader.
  • La douleur augmente et devient insupportable.
  • Vous perdez connaissance.
  • La crise survient à nouveau après un traitement.
  • Vous êtes enceinte.
  • Vous présentez une insuffisance rénale ou vous avez eu des maladies touchant l’appareil urinaire.
  • Vous n’avez pas uriné depuis 24h.
  • Du sang est présent dans vos urines et/ou vous souffrez de vomissements.
  • Vous n’avez qu’un seul rein ou vous avez eu une transplantation rénale.

Quels sont les examens qui mettent en avant la colique néphrétique ?

examen des urines ECBU en cas de colique néphrétique

Il existe 3 examens que le médecin peut demander pour confirmer le diagnostic de la colique néphrétique :

  • L’examen des urines : qui permet de détecter la présence de sang via une bandelette urinaire. Celui-ci permet de s’assurer qu’il n’y a pas de nitrites ni de leucocytes qui pourraient signaler la présence d’une infection urinaire associée. En cas de doute, un examen cytobactériologique des urines peut être demandé.
  • Le bilan sanguin : pour rechercher s’il n’y a pas trop d’acide urique dans les urines ni d’hypocalcémie.
  • Les examens radiologiques : comme une échographie pelvienne, vessie pleine, pour visualiser l’appareil urinaire, un scanner de l’abdomen, ou encore un examen radiologique simple de l’abdomen pour mettre en évidence le calcul rénal, le plus souvent radioopaque.

Comment faire passer une crise de colique néphrétique ?

Quel traitement médicamenteux ?

Concernant la douleur engendrée par la colique néphrétique, votre médecin pourra vous prescrire au plus vite un traitement par anti-inflammatoires non stéroïdiens ou par antalgique associé à des antispasmodiques pour calmer les crises. Si la douleur est véritablement insupportable ou si votre colique néphrétique nécessite une hospitalisation, on pourra aller jusqu’à vous prescrire de la morphine et un arrêt de travail de quelques jours.

Comment éliminer les calculs rénaux ?

Les calculs rénaux, lorsqu’ils sont petits, peuvent s’éliminer spontanément dans 90 % des cas en parvenant jusqu’à la vessie. Des analyses peuvent ensuite être faites sur le ou les calculs en demandant au patient de les récupérer dans un récipient en filtrant ses urines.

Toutefois, si après deux heures de traitement vous ne constatez aucune amélioration ni aucune élimination du ou des calculs, un traitement urologique est nécessaire :

  • La mise en place d’une sonde urétrale.
  • La fragmentation extracorporelle par ondes de choc.
  • Une endoscopie des voies urinaires avec fragmentation des calculs par technique du laser.
  • Une néphrolithotomie percutanée.

Le dernier recours à la colique néphrétique si vos calculs sont trop importants sera l’opération qui consiste à les retirer manuellement mais qui reste relativement rare.

Que faire en cas de complications d’une colique néphrétique ?

risques de complication de la colique néphrétique chez la femme enceinte

On parle de complication de colique néphrétique lorsque-celle-ci prend une tournure grave, par exemple si vous êtes une femme au cours d’une grossesse, si elle s’accompagne d’une pyélonéphrite aigue, ou si la taille du ou des calculs nécessite une opération pour le ou les extraire manuellement. Ces cas précis nécessitent une hospitalisation en urgence.

Comment prévenir les coliques néphrétiques ?

Pour prévenir les coliques néphrétiques, il existe de nombreux traitements naturels qui passent essentiellement par l’alimentation. Pensez à :

  • Eviter les aliments comme les viandes, les asperges, l’alcool et surtout le vin blanc qui font grimper l’acide urique.
  • Boire 2 litres d’eau par jour, voire plus si vous pratiquez du sport ou qu’il fait chaud, sauf si cela vous est contre-indiqué.
  • Boire y compris la nuit si vous vous réveillez.
  • Adapter votre alimentation en fonction du type de calculs que vous avez en demandant conseil à votre médecin.

Foire aux questions

Combien de temps dure une colique néphrétique ?

La crise douloureuse vécue durant une colique néphrétique possède une durée variable en fonction de la personne touchée et de la cause. Elle peut durer d’une dizaine de minutes à quelques heures.

Quelle eau boire quand on a des coliques néphrétiques ?

Si vous êtes victime de coliques néphrétiques, préférez de temps à autre, une eau riche en bicarbonate comme Vichy et Saint-Yorre, qui désacidifie les urines et freinent le processus de cristallisation.