Les troubles de la marche chez l’enfant

Par Dr Philippe Bonnet · Médecin Pédiatre · Mis à jour le 10 mars 2020, publié le 24 avril 2017

Tout le contenu médical est validé par la Direction médicale de Qare

En général, un enfant fait ses premiers pas autour de son premier anniversaire. Cependant, en réalité, pour la majorité des enfants, la fourchette de la normale est assez large… Elle peut aller de 12 à 18 voire 24 mois, sans que cela n’ait une signification pathologique ou anormale (variation individuelle, facteurs familiaux).

trouble marche enfant

Dans les premières années, on note souvent des anomalies quant à la marche ou la course chez l’enfant. Si la plupart d’entres elles sont bénignes, elles méritent néanmoins d’être connues, puisqu’elles peuvent, à juste titre, inquiéter les parents et l’entourage de l’enfant.

Le Genu Valgum

Il s’agit d’un enfant qui, lorsqu’il est debout et droit sur ses deux jambes, celles-ci sont en X avec un élargissement de l’appui au sol, et il présente un écartement des chevilles très supérieur à celui de ses genoux.

Les ligaments des genoux sont en effet très extensibles dans les 5 à 7 premières années de la vie et le poids du corps a tendance à favoriser cet écartement en X.

Un facteur familial existe, le surpoids par exemple, est un facteur favorisant. Autre facteur favorisant : cette mauvaise habitude qu’ont les petits à s’asseoir « entre leurs cuisses » avec les jambes retournées à l’extérieur en W. Cette position favorise le genu valgum.

Ainsi faut-il préférer la position ancienne et éprouvée depuis des siècles : s’asseoir en tailleur. Le vélo ou le porteur sont aussi des facteurs de prévention et rééducation du genu valgum. Ils favorisent le renforcement des muscles et tendons qui maintiennent le genou sans pour autant faire ressentir la charge du poids du corps à l’enfant.

Cette déformation réductible et non fixée est dans la grande majorité des cas bénigne, et s’améliorera avec l’âge vers 6, 7 ou 8 ans.

Une consultation médicale 1 à 2 fois par an est souhaitable afin de surveiller et de mesurer que l’écart entre les deux chevilles ne soit pas supérieur à 5cm. Pour ce, l’enfant doit être couché, jambes tendues, genoux au contact. S’il y a aggravation ou anomalie persistante après l’âge de 7 ans, une consultation avec un chirurgien orthopédiste pédiatre est recommandée.

Le Genu Varum

Il s’agit de la déformation inverse, les membres inférieurs sont en « parenthèses ». Lorsque les deux chevilles sont au contact, les deux genoux sont écartés de plus de 3 cm.

Cette déformation est fréquente avant 18 mois ou 2 ans, surtout chez les enfants qui ont appris à marcher très tôt. Dans la plupart des cas, elle disparaît par la suite.

Si elle persiste, il faut consulter un Pédiatre voir un orthopédiste Pédiatre car cela peut correspondre à des maladies osseuses ou articulaires, qui sont à diagnostiquer et suivre.

La maladie de Blount par exemple, caractérisée par un défaut de croissance de la partie interne du tibia au niveau de son extrémité supérieure, et qui conduit progressivement à une déformation des jambes (jambes arquées).

Pieds plats

Ils sont là aussi physiologiques dans les premières années, jusqu’à 5 voire 7 ans, en raison de la laxité ligamentaire (pieds dits Valgus). Chez les nourrissons, on retrouve plutôt un pied rond qui a tendance à s’appuyer sur le bord interne.

On peut différencier un vrai pied plat d’un faux pied plat physiologique en demandant à l’enfant de se mettre sur la pointe des pieds. On observe alors chez les « faux » pieds plats que la voûte plantaire se creuse normalement. Cet exercice peut aussi servir de rééducation, tout comme la marche pieds nus dans le sable.

Les pieds qui « tournent » en dedans ou en dehors

Il s’agit d’une rotation externe ou interne des pieds lorsque l’enfant marche.

Elle est plus due à des variations d’inclinaison ou de rotation des hanches. La rotation des pieds en dedans est quasi normale jusqu’à 8 ans et se corrige spontanément. Celle en externe peut persister mais n’a pas, sauf si elle est majeure, de conséquences articulaires.

Il sera nécessaire de consulter dans le cas où la malposition est asymétrique ou douloureuse.

L’observation des parents est une condition du dépistage de nombreux problèmes chez l’enfant. Ceux de la marche en sont un bon exemple. Les éléments ci-dessus peuvent vous aider a déjà y voir un peu plus clair et avoir une orientation diagnostique. Si le trouble est gênant et douloureux ou qu’il s’aggrave, il faut bien sûr consulter.

Pour en savoir plus :

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/complications-pieds/complications-pieds