Les régimes d’éviction chez l’adulte

Par Dr Jordan Gendre · Médecin Généraliste · Mis à jour le 4 mars 2020, publié le 7 septembre 2017

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

Depuis quelques années, on constate une certaine recrudescence des régimes d’éviction chez l’adulte. Il s’agit notamment du régime sans gluten, régime sans produit laitier, régime végétarien, régime végétalien, régime végan… Ces régimes sont débutés soit par conviction personnelle (effet de mode, recherche d’une performance sportive ou de bien-être, pour des symptômes digestifs ou articulaires…), soit par recommandation par un professionnel (médecin, diététicien, naturopathe, ostéopathe…). Comme pour les enfants, débuter un régime d’éviction nécessite un avis médical afin d’éviter les carences alimentaires.

Voici un listing des principaux régimes d’éviction :

Régime sans gluten

Régime écartant les aliments à base de blé, orge, seigle et avoine. Ce régime est en théorie uniquement indiqué pour les patients atteints de maladie coeliaque (cf article spécifique). Sans raison médicale, le régime sans gluten est-ce vraiment une bonne idée ?

Régime sans produit laitier

L’allergie aux protéines de lait de vache se développe chez l’enfant de moins de 3 ans et se guérit dans pratiquement 90% des cas avant l’âge de 6 ans. Il devrait donc ne pas concerner l’adulte , même si effectivement la consommation de produits laitiers n’a pas la même importance à l’âge adulte que pour l’enfant, car le lait est essentiel dans l’alimentation des enfants.

L’intolérance au lactose, quant à elle, concerne essentiellement l’adulte. Elle est provoquée dans des situations de maladie coeliaque, de gastroentérites… et se traduit par des troubles digestifs de type douleur abdominale, flatulence, diarrhée, nausées-vomissements, constipation.

Le traitement est donc un régime d’éviction des produits laitiers sur une durée maximale de 4 semaines avec réintroduction progressive des produits laitiers. Un régime sans produit laitier sur le long terme expose à des carences nutritionnelles (notamment en calcium, vitamines et minéraux).

Pour limiter les symptômes digestifs, quelques conseils peuvent s’appliquer :

  • consommer les produits laitiers au cours d’un repas avec d’autres aliments en privilégiant les fromages affinés et les yaourts,
  • consommer le lait dans des préparations (crème anglaise, crème pâtissière, béchamel, purée, …)
  • limiter le lait à jeun et en grande quantité.

Régime végétarien

Régime évitant la viande (rouge et blanche), les poissons et fruits de mer. Le risque est une carence en minéraux et vitamines, notamment en protéines et en fer de « bonne qualité ». Il est donc conseillé de compenser en privilégieant les produits céréaliers (surtout complets) et les légumineuses (haricots blancs ou rouges, pois cassés, pois chiches, lentilles, …)

Régime végétalien

Régime évitant tous les produits d’origine animale, c’est-à-dire aussi bien la viande et le poisson que les oeufs, les produits laitiers, le beurre, le miel, etc…. Ce régime induit des risques notables de carence alimentaire notamment en protéines, fer, vitamines et calcium, ce d’autant que des parents suivant ce régime, l’imposeront souvent à leurs enfants. Les principales complications pour la santé sont : ostéoporose, rachitisme et retard de croissance chez l’enfant, anémie…

Régime végan

Le véganisme est avant tout un mode de vie cherchant à exclure l’exploitation et la souffrance envers les animaux aussi bien pour se nourrir que pour se vêtir, se maquiller, les loisirs. Le régime végan est donc un régime végétalien étendu à l’ensemble du mode de vie.

Pour en savoir plus :

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/intolerance-lactose/alimentation-evolution