Les enfants et l’été de tous les dangers

Par Dr Philippe Bonnet · Médecin Pédiatre · Publié le 25 juillet 2017, mis à jour le 4 mars 2020

Tout le contenu médical est validé par la Direction médicale de Qare

L’été est pour les enfants une saison bénie, synonyme de liberté, soleil, vie riche en nouveautés, découvertes et bien d’autres choses ! Revers de la médaille, comme souvent, c’est aussi une saison à risques plus spécifiques. Il vaut mieux les connaître et anticiper pour protéger, sans étouffer ni inhiber, mais en éduquant pour une vraie prévention, celle de la connaissance. Voici quelques grands thèmes et « coups de projecteur » pour s’y préparer.

enfant été dangers

L’eau

En été elle est partout : piscines, lacs, étangs et mares, rivières, et mer.

Le danger : la noyade concerne surtout les plus petits, qui s’éloignent seuls à la découverte, sans notion du danger…Il faut expliquer à l’enfant, avec ses mots, le danger et surtout les consignes, dès qu’il peut comprendre, c’est à dire plus tôt qu’on ne le croit souvent.

Un enfant ne sachant pas nager ne doit pas être laissé seul, même dans 40cm d’eau. Trop de catastrophes surviennent encore tous les ans (70 à 80 noyades annuelles d’enfants de moins de 16 ans en France), et la multiplication des piscines privées ainsi que le manque de vigilance (même très bref) sont redoutables.

Dès qu’on stationne près d’une zone d’eau profonde pour une durée un peu prolongée, équipez l’enfant de brassards ou d’un gilet adapté.

Avoir toujours un œil, savoir qui surveille (surtout si l’on est plusieurs adultes…), et dès que possible apprendre à nager aux enfants !

Par ailleurs, les parents et les grands-parents devraient connaître les gestes de secours à un noyé (info : https://www.croix-rouge.fr/Je-me-forme/Particuliers/Les-accidents-de-l-ete/Noyade)

Le feu

La météo estivale et le mode de vie “vacances” sont propices aux repas faits au barbecue ou sur des réchauds de camping, et aux feux de camp le soir.

Ce sont des moments de bonheur familial et amical, ne les gâchez pas avec une brûlure accidentelle.

Protégez le lieu du foyer, pas de précipitation, attention aux liquides inflammables et allume-feux divers, n’oubliez pas que les enfants adorent le feu, qu’il les fascine (ce feu a tellement bouleversé notre évolution humaine).

Il faut expliquer, protéger, surveiller; soyez conscients que la joie et la chaleur humaines (et autres…) peuvent faire baisser la vigilance.

En cas d’accident, refroidir de suite avec de l’eau de robinet à laisser couler en continu au moins 15 minutes, et dans le même temps appeler le 112 (15 en France, 999 au UK), pour une évaluation et une orientation. Par la suite, envelopper la zone brûlée dans un linge propre, et donner une dose d’antalgique type paracétamol.

Attention aussi bien sûr aux liquides chauds (thé, café, lait,…) qui, en cette saison d’activités extérieures, sont quelquefois posés dans des endroits inhabituels ou trop accessibles aux enfants.

Le soleil

Si été, soleil, baignades vont ensemble, il est nécessaire de rappeler la nécessité de protéger la peau des enfants, surtout les plus jeunes.

Chez le tout-petit, les rayons du soleil ne demandent qu’à croquer cette petite peau si tendre… L’exposition doit être minimale, avec peau couverte par un vêtement ample et léger (idéalement anti-UV), associé à un chapeau et un parasol de qualité. Ainsi bébé jouera en paix à découvrir le sable et les seaux d’eau.

Attention même à l’ombre d’un parasol, au bord de l’eau, un petit peut attraper un coup de soleil, en raison de la réverbération des rayons à la surface de l’eau !
Penser à associer une crème solaire protectrice indice 50, à renouveler en cas de baignade, ou au moins toutes les deux heures.

Bien évidemment, limiter le temps d’exposition à proximité des rayons solaires, et éviter l’horaire de midi.

Enfin, donner à boire, souvent, de l’eau, pour éviter la déshydratation.

Piqûres et envenimations

Elles sont rares mais possibles (vipéridés, araignées…). En France, la plus dangereuse est la veuve noire présente dans certaines zones du Sud. En cas de morsure, appeler le 15 pour avoir un conseil spécifique et une orientation.

Les piqûres d’hyménoptères (guêpes et abeilles) sont plus fréquentes, leur gravité est liée notamment au nombre de piqûres, au poids, et donc à l’âge de l’enfant, ainsi qu’à la localisation(visage, bouche, gorge,…) ou encore à l’éventuel terrain allergique, connu ou non…

Enlever précautionneusement et rapidement le dard et désinfecter. S’il y a le moindre doute sur une gravité éventuelle : appeler le 112.

Infections cutanées

En été, les conditions d’expositions du corps, des pieds, l’eau de mer, le sable, le sol des prés,… exposent à de nombreuses petites plaies, mais à nettoyer avec soin et à surveiller pour éviter des infections plus profondes et sérieuses, à même de gâcher les vacances…

Conclusion

Informer est toujours porteur d’inquiétude, celle de la connaissance, mais aussi de prévention et de protection notamment d’accidents dits « évitables », c’est notre souhait dans un but: “un bon été avec votre famille et vos amis”.

Dernière recommandation

La fête est finie, on se sépare, certains partent, d’autres sont encore là, on s’embrasse, on regarde moins les enfants…

ATTENTION aux manoeuvres de voiture (un petit enfant de moins de 1m (4 ans), est invisible derrière le pare-choc arrière d’une voiture).