Et si l’on poursuivait nos bonnes résolutions ?

Par Anaëlle Malherbe · Psychologue · Mis à jour le 10 mars 2020, publié le 13 février 2018

Tout le contenu médical est validé par la Direction médicale de Qare

Chaque début d’année, la mode est à la prise de bonnes résolutions, le cœur rempli de bonne volonté et d’envie de changement. Mais bien souvent, il arrive que la motivation baisse au bout de trois semaines / un mois. Vient alors une sensation de découragement et parfois un abandon pur et simple de ses résolutions.

bonnes résolutions

Alors comment pouvons-nous y remédier ?

Tout d’abord, c’est peut-être le terme de « résolution » lui-même qu’il faudrait changer. En effet, ce terme est souvent connoté de façon négative dans notre société, comme quelque chose que l’on ne tient jamais et qui comporte une certaine pression sociale. Préférez peut-être le terme de « projet » pour la dimension réalisable ou de « souhait » dans l’idée de prendre soin de soi et de le faire pour soi.

Dans l’idée qu’il s’agit d’un projet, il est important de questionner vos objectifs pour leur donner du sens, vérifiez qu’ils soient réalisables et définissez un plan d’action. Le mieux est de faire par écrit un premier bilan de vos « résolutions » en suivant ce type de schéma :

schéma bonnes résolutions

Ensuite, il est important de fractionner son projet en petits objectifs plus accessibles et éventuellement d’y associer une limite de temps. En effet, « résolution » a souvent tendance à rimer avec « révolution », or Rome ne s’est pas faite en un jour. Prenons l’exemple de se mettre au sport. Commencez peut-être le premier mois par intégrer une activité douce par semaine, puis le second mois une deuxième et ainsi de suite.

Un changement progressif sera plus facile à intégrer dans votre quotidien

Enfin, pour envisager vos « résolutions » comme un souhait pour vous-même et par vous-même, il est primordial de prendre soin de vous en commençant par ne pas vous juger. Vous l’aurez compris, pour tenir vos « résolutions » il faut donc beaucoup de tolérance envers soi. Vous avez entrepris un rééquilibrage alimentaire et vous culpabilisez d’avoir mangé un burger dès la troisième semaine ? Et bien qu’importe ! Acceptez cet écart comme un plaisir et non comme un échec ! Cela vous permettra de rompre ce sentiment de découragement et d’échec pour vous permettre de vous remobiliser dès le lendemain. Quelle que soit votre « résolution », vous ne pouvez vivre uniquement dans la frustration (parfois présente dans un contexte de changement) et sans plaisir.

Le plaisir est le moteur essentiel de votre motivation et il ne faut d’ailleurs pas hésiter à inclure une récompense à chaque petit objectif accompli pour maintenir cette motivation (sortie, restaurant, cadeau,..). Cela vous encouragera et entretiendra la dynamique de prendre soin de vous, de reconnaître ce que vous faites de bien pour vous et d’être fier(e) de vous.

Pour finir, partager votre expérience dans des groupes, sur les réseaux sociaux peut apporter à la fois un soutien et renforcer votre engagement vers le changement grâce à l’effet de groupe. De même, tenir un journal de bord qui rapporte vos ressentis et vos petites victoires peut vous permettre dans les moments de baisse de motivation de vous rebooster.

Alors en Février, poursuivez vos « résolutions », faites le point, repartez du bon pied et surtout prenez soin de vous !