Hypercholestérolémie : des réflexes diététiques simples à acquérir

Par Dr Caroline Le Marchand Duros · Nutritionniste · Mis à jour le 3 mars 2020, publié le 26 février 2020

Contenu validé par la Direction médicale de Qare.

L’hypercholestérolémie est un facteur de risque cardio-vasculaire majeur, qui apparaît de plus en plus tôt dans la vie des individus. En appliquant quelques règles diététiques simples, on peut éviter (ou repousser le moment) de prendre des médicaments anti-cholestérol. Rappelons cependant que la majorité du cholestérol circulant est fabriquée par le foie et que seulement un tiers est apporté par l’alimentation.

Avant de se fixer des objectifs, Il faut d’abord se poser quelques questions simples pour évaluer les facteurs de risque cardio-vasculaires:

Parmi les facteurs de risque, certains sont inévitables :

  • l’âge
  • les antécédents familiaux d’hypercholestérolémie

D’autres peuvent être améliorés par le patient pour limiter les risques :

  • le surpoids
  • le tabac
  • l’hypertension artérielle
  • le diabète
  • la sédentarité.

En fonction de l’existence ou non de ces facteurs de risque cardio-vasculaires, le médecin fixe des objectifs chiffrés pour les taux de bon et de mauvais cholestérol.

Faut-il dans tous les cas se mettre au régime ?

Il faut différencier le régime hypocholestérolémiant et le régime hypocalorique.

Seuls, les individus qui ont trop de cholestérol et qui sont en surpoids devront essayer de maigrir en adoptant un régime hypocalorique et de limiter la teneur en cholestérol de leur alimentation.

Ceux qui ne sont pas en surpoids devront simplement modifier la nature des graisses qu’ils consomment pour avoir moins de cholestérol dans leur alimentation.

L’objectif est alors de consommer moins de graisses animales au profit des graisses végétales :

  • Limiter au maximum les viandes grasses (agneau, porc, bœuf gras, et surtout la charcuterie )
  • Pas de lait entier ou dérivés du lait entier comme : beurre, fromages gras, crème entière, yaourt au lait entier…
  • le moins possible de graisses cuites (animales et végétales), donc attention aux plats cuisinés, aux biscuits, aux sauces….
  • Uniquement des huiles pour cuisiner (pas de friture)
  • Éliminer les aliments contenant le plus de cholestérol : beurre, jaune d’œuf, fromage supérieur à 45% de MG …
  • Manger des poissons gras 2 fois par semaine (thon, saumon, sardine, maquereau..) : on note en effet que les poissons gras peuvent être consommés sans soucis car ils sont riches en acides gras polyinsaturés de type oméga 3

En dehors des graisses, existe-t-il d’autres recommandations en cas d’hypercholestérolémie ?

  • Manger plus de fibres. Elles permettent de limiter l’absorption des molécules de cholestérol au niveau intestinal. Donc plus de légumes, de fruits et des céréales complètes.
  • Apprendre à lire les étiquettes des denrées alimentaires pour reconnaître les plats gras et les taux de mauvaises graisses (acides gras saturés).
  • Pratiquer régulièrement une activité physique qui agit directement sur le taux de cholestérol.

Pour en savoir plus : https://www.ameli.fr/medecin/exercice-liberal/memos/troubles-endocriniens/hypercholesterolemie