L’enfant, les écrans, et nous…

Par Dr Flore Laforest · Médecin Généraliste · Mis à jour le 4 mars 2020, publié le 1 mars 2018

Tout le contenu médical est validé par la Direction médicale de Qare

L’implication des écrans dans le quotidien de nos enfants est récente et être parent dans un monde de multimédia s’avère être une tâche complexe! Par manque d’informations, par facilité ou tout simplement par habitudes, notre relation comme celle de nos enfants, aux écrans est bien loin d’être saine… Mais au lieu de culpabiliser, la première étape est plutôt de s’informer, d’analyser notre quotidien et enfin de prendre la mesure des changements à effectuer.

enfants et écrans

Commençons d’abord par un état des lieux… Combien avez-vous d’écrans à la maison? On fait le tour de la maison/l’appartement, on compte tout. Alors, verdict ?
A titre comparatif, en 2015, un foyer français comptait en moyenne 6 écrans.

Le terme écran regroupe la télévision, les ordinateurs et les tablettes, sans oublier nos bien aimés Smartphones.
Ensuite, faites le décompte du temps passé sur les écrans pour chacun des membres de la famille pour une journée classique. Enfin, détaillez le contenu de ce que vous et/ou vos enfants regardez, pourquoi et comment ces contenus sont choisis.

Ces nouveaux outils numériques sont capables du meilleur comme du pire.

Finalement, c’est comme tout : les écrans c’est avec modération et encadré par des règles. Il est important de rappeler qu’une exposition précoce et/ou trop importante aux écrans représente des risques pour la santé tels que le retard de langage, le surpoids, la diminution des capacités de concentration et d’attention, le repli sur soi, les troubles du sommeil (cauchemars, somnolence et difficulté pour s’endormir). Certains enfants peuvent même présenter, à tort, des signes d’autisme. Heureusement, la plupart des symptômes liés aux écrans sont réversibles après modification des habitudes de vie.

Quelques repères en suivant la fameuse règle du 3-6-9-12, établie le psychiatre Serge Tisseron :

  • Pas d’écran avant 3 ans : Le bébé est passif devant l’écran alors que son cerveau est en plein développement. Il a besoin d’échanges, d’interactions et de stimulations sensori-motrice notamment pour acquérir un bon langage.
  • A partir de 3 ans, l’enfant va être capable de distinguer le réel du virtuel notamment grâce au jeu de « faire semblant ». Il reste important d’éviter de l’exposer aux publicités et de l’encourager à parler de ce qu’il voit sur les écrans et d’acquérir un sens critique. Il n’existe aucun avantage à la possession personnelle d’une tablette ou d’une console avant l’âge de 6 ans.
  • De 6 à 9 ans, les écrans et autres outils numériques peuvent être utilisés à visée éducative, à l’école ou à la maison et toujours dans un cadre horaire, décidé par les parents. On peut commencer à aborder le droit à l’image et à l’intimité.
  • A 9 ans, il peut commencer à utiliser internet, accompagné d’un adulte et en respectant encore une fois un temps limité. L’enjeu est d’instaurer à ce moment une relation de confiance entre parents et enfants notamment en leur laissant un peu d’autonomie, dans un environnement protégé par l’installation d’un contrôle parental, mais surtout par le dialogue et l’échange concernant les sources consultées. Il est également important de préciser que certaines données sur internet sont vraies, mais d’autres sont fausses.
  • Après 12 ans, l’adolescent : il va pouvoir utiliser réseaux sociaux et jeu vidéo de manière plus autonome mais toujours dans un cadre horaire défini par les parents. Il est également primordial de le mettre en garde de l’existence de personnes malintentionnées ainsi que des conséquences des informations qu’il partage sur internet (accessibles par tous et pour toujours). D’autre part, l’utilisation pathologique d’internet par les adolescents est souvent révélatrice de problèmes sous-jacents et doit être traitée comme une alerte.

les 4 pas d'écran

D’autre part, il a été démontré que la télévision représentait souvent une activité « par défaut » pour les enfants. Après une dure journée de travail pour les parents et une longue journée passée chez la nourrice ou à l’école, la télévision représente souvent la solution de facilité. De plus, la frustration et parfois même la colère exprimées par votre enfant lorsque vous éteignez l’appareil ont le don de vous faire culpabiliser ! Ces fins de journée sont pourtant le moment idéal pour s’asseoir et lire un livre, faire une activité manuelle, préparer le repas tous ensemble et même s’ennuyer ! Eh oui, les enfants ont besoin d’avoir des moments d’ennui et de ne rien faire !

En France, les textes de références sont parfois loin de la réalité et difficile à mettre en pratique. Voici les grandes lignes des recommandations de la société canadienne de pédiatrie pour vous aider concrètement à encadrer votre enfant et sa consommation d’écran.

Limiter le temps d’écran

L’exposition des enfants de 2 à 5 ans doit être limitée à moins d’1h par jour. Il est également important de s’assurer que le mode de garde des enfants ne consiste pas à les laisser devant des écrans.

Atténuer les risques associés au temps d’écran

Être présent et investi lors de l’utilisation des écrans. Renseignez-vous également du contenu et favorisez les émissions éducatives et adaptées à l’âge. Respectez les consignes d’âge indiquées sur les programmes et jeux video.

En famille, être attentif à l’utilisation des écrans

Les parents doivent aider les enfants à reconnaître et à remettre en question les messages publicitaires.

Les adultes doivent donner l’exemple d’une utilisation saine des écrans

Le temps d’écran peut facilement être remplacé par des activités saines telles que la lecture, les jeux extérieurs et les activités créatives. Il est recommandé de ne pas utiliser la télévision comme de fond sonore et d’éteindre tous les appareils lors des moments passés en famille.

Conclusion

Avec ces quelques informations, vous voilà maintenant dotés des outils pour pouvoir repérer les éventuelles mauvaises utilisations des écrans dans la famille. Avec bienveillance et indulgence, nous encourageons les parents à établir un vrai dialogue avec leurs enfants concernant les écrans et d’établir de nouvelles règles.

Pour en savoir plus :

https://www.csa.fr/Proteger/Protection-de-la-jeunesse-et-des-mineurs/Les-enfants-et-les-ecrans-les-conseils-du-CSA